Conférence sur les arbitres assistants supplémentaires

Les associations nationales membres de l'UEFA sont réunies pour une conférence sur les arbitres assistants supplémentaires cette semaine.

Un arbitre assistant supplémentaire lors de la dernière finale de l'UEFA Champions League
Un arbitre assistant supplémentaire lors de la dernière finale de l'UEFA Champions League ©Domenic Aquilina

Les responsables de l'arbitrage des 53 associations nationales membres de l'UEFA se retrouvent à Nyon ce mercredi et jeudi pour une conférence sur le système d'arbitre assistant supplémentaire (AAR) qui fait partie des Lois du Jeu depuis cet été.

L'arbitre, deux assistants et le quatrième arbitre sont accompagnés de deux arbitres assistants supplémentaires situés derrière chaque but, avec pour mission de surveiller les incidents se produisant dans la surface de réparation, pour les compétitions de clubs de l'UEFA depuis le feu vert de l'IFAB reçu en juillet et suite à des tests prenant place depuis 2008.

La conférence va étudier les résultats et le rôle joué par les arbitres assistants supplémentaires lors de près de 1000 rencontres, et examinera des questions liées à la préparation et aux exercices de formation. Les associations nationales auront l'occasion d'exprimer leurs points de vue lors d'une séance de questions-réponses. Des AARs sont présents en Italie depuis le début de la saison, et le séminaire étudiera leur impact lors des rencontres de Serie A. Le responsable de l'arbitrage de l'UEFA Pierluigi Collina et les responsables de l'arbitrage de l'UEFA Hugh Dallas et Marc Batta ainsi que d'autres membres de la Commission des arbitres de l'UEFA rendront compte de leur expérience sur ce système et afin de trouver d'autres améliorations possibles.

L'UEFA a produit, à l'attention de ses 53 associations membres, un DVD d'information sur la mise en œuvre du système avec arbitres assistants supplémentaires qui a intégré les Lois du Jeu cet été. Ce DVD s'inspire d'une présentation réalisée par le responsable de l'arbitrage de l'UEFA, Pierluigi Collina, lors d'une réunion avec les associations nationales en juillet à Kyiv. À travers des exemples vidéo tirés notamment de l'UEFA EURO 2012 et accompagnés de communications audio entre les arbitres, le DVD illustre les retombées bénéfiques de ce dispositif sur le terrain et propose des solutions afin d'exploiter au mieux les ressources arbitrales à disposition en vue de l'application du système.

Chaque confédération et/ou association nationale membre de la FIFA est libre d'utiliser des arbitres assistants supplémentaires dans ses compétitions, notamment pour lutter contre les incidents prenant place dans les surfaces de réparation.

"Comme le football s'accélère et que les joueurs deviennent plus forts physiquement, les hommes en noir font parfois face à une mission impossible" a déclaré Collina au début de la saison 2012/13, en août à Monaco. "Deux paires d'yeux supplémentaires concentrées sur la surface de réparation aident énormément l'arbitre et renforcent l'équipe arbitrale tout en donnant plus de fluidité au jeu. C'est la raison pour laquelle nous avons deux arbitres supplémentaires sur le terrain de jeu."

Collina explique que la présence des arbitres assistants supplémentaires prévient les fautes. "En raison de leur présence, le nombre de ce genre d'incidents a diminué. Dans un match, vous avez en moyenne dix corners et huit coups francs autour de la surface de réparation. Vous comprenez et reconnaissez donc que cette présence a un grand pouvoir dissuasif."

"Nous avons remarqué à l'EURO 2012 que le nombre de buts inscrits de la tête avait augmenté. Cela est la conséquence de la diminution du tirage de maillots et de joueurs qui se poussent, ce qui permet à un attaquant de marquer plus facilement de la tête. Nous avons aussi mieux contrôlé la ligne de but pour évaluer si un ballon a franchi la ligne ou non."

Haut