UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Les arbitres appelées à faire leurs preuves pour aller à l’EURO

Alors que les arbitres femmes d’Europe passent la vitesse supérieure dans l’espoir de décrocher leur billet pour l’EURO féminin de l’UEFA qui aura lieu l’an prochain en Angleterre, l’UEFA leur envoie un message d’encouragement : « Prouvez que vous avez le niveau pour y aller ! »

L’équipe arbitrale se prépare avant le coup d’envoi.
L’équipe arbitrale se prépare avant le coup d’envoi. UEFA via Getty images

Jenny Palmqvist a en effet récemment fait le point avec les arbitres féminines d’Europe à l’occasion du récent cours d’hiver de l’UEFA, dispensé en ligne. La Suédoise a arbitré au plus haut niveau avec l’UEFA et la FIFA et compte notamment à son palmarès deux éditions de la Coupe du monde féminine de la FIFA, trois tournois olympiques et deux éditions de l’EURO féminin de l’UEFA, en plus d’avoir dirigé la finale 2012 de l’UEFA Women’s Champions League et la finale retour 2009 de la Coupe féminine de l’UEFA.

Pour célébrer les 500 jours avant le coup d’envoi de l’EURO féminin, Mme Palmqvist, aujourd’hui membre du Panel Développement des arbitres de l’UEFA, s’est entretenue avec UEFA.com pour discuter des arbitres femmes, de la manière dont elles s’adaptent au développement rapide du football féminin et des défis qu'elles doivent relever pour décrocher leur place dans un tournoi qui sera à l’honneur l’été prochain.

UEFA.com : Quels sujets clés avez-vous abordés avec les arbitres lors de leur cours d’hiver de l’UEFA ?

Jenny Palmqvist : Nous avons pour objectif d’homogénéiser la prise de décision. Notre travail consiste à nous assurer que le corps arbitral prenne les bonnes décisions dans des situations de match clés.

Jenny Palmqvist, ancienne arbitre internationale aujourd’hui membre du Panel Développement des arbitres de l’UEFA
Jenny Palmqvist, ancienne arbitre internationale aujourd’hui membre du Panel Développement des arbitres de l’UEFAUEFA

Quelles consignes techniques avez-vous transmises aux arbitres pour la deuxième partie de la saison ?

Lors de ce stage, nous avons insisté sur un point auprès des arbitres : elles doivent se préparer pour avoir le meilleur angle et la meilleure vue possibles afin de prendre les bonnes décisions dans la surface de réparation. Notre objectif consiste à accroître l’homogénéité de leurs décisions dans différents domaines : les mains, les tacles, ou encore retenir un adversaire ou le priver d’une occasion de but manifeste.

Ce cours était une nouvelle étape importante sur la route de l’EURO féminin. Le travail a commencé, et les esprits sont déjà concentrés sur le tournoi en Angleterre.

Tout à fait ! Aujourd’hui plus que jamais, nous disposons d’une excellente liste d’arbitres d’élite et de première catégorie. Alors il est temps qu’elles montrent leurs compétences et leur passion, ainsi que leurs capacités de décision et de gestion pour valider leur billet pour l’EURO.

Alors que l’EURO féminin approche, pouvons-nous dire que le potentiel et la qualité des arbitres femmes d’Europe n’ont jamais été aussi forts ?

Les arbitres européennes font partie des meilleures au monde quant au potentiel et à la qualité. Nous leur avons dit de nous prouver, grâce à leurs prestations sur le terrain, qu’elles méritaient leur place à l’EURO. Nous souhaitons que le processus de sélection pour l’EURO représente un véritable casse-tête pour nous.

Vous avez participé à plusieurs grands tournois en tant qu’arbitre. Quels souvenirs gardez-vous de ces expériences ?

Les tournois sont les temps forts d’une carrière d’arbitre, surtout parce que nous passons des heures et des heures à nous entraîner et à nous y préparer. Lorsque vous êtes sélectionnée pour arbitrer à l’occasion d’un tournoi comme l’EURO, soudain, tous les sacrifices que vous avez consentis valent la peine lorsque vous entrez sur la pelouse aux côtés des équipes et que les hymnes retentissent. Vous gardez vos souvenirs et vos amies pour la vie.

En quoi les arbitres femmes européennes d’aujourd’hui vous impressionnent-elles le plus ?

Elles consentent des sacrifices et font preuve de dévouement et d’engagement. Elles adorent arbitrer, et elles adorent le football. Alors que le football féminin moderne évolue rapidement, elles nous montrent constamment qu’elles savent s’adapter à la situation. En particulier, elles absorbent très bien les nouvelles consignes, elles sont à l’écoute et elles font des commentaires. Elles apprennent les éléments techniques du football, ce qui leur permet de livrer des prestations de haut niveau..

L’arbitre Stéphanie Frappart pendant le match de groupe de l’UEFA Europa League opposant Grenade et Omónia, en novembre dernier en Espagne.
L’arbitre Stéphanie Frappart pendant le match de groupe de l’UEFA Europa League opposant Grenade et Omónia, en novembre dernier en Espagne.Getty Images

Plusieurs arbitres femmes commencent à se faire une place dans le football masculin. C’est le cas de Stéphanie Frappart, qui a dirigé la Super Coupe de l’UEFA ainsi que des rencontres d'autres compétitions interclubs masculines de l’UEFA. Plusieurs de ses homologues femmes arbitrent également en première division masculine dans leurs pays. De quel œil voyez-vous cela ? Leur progrès peut-il servir de motivation aux autres arbitres femmes ?

Je pense que tous les arbitres veulent être jugés parce qu’ils sont arbitres. Leur sexe ne devrait pas être pris en compte. Les arbitres femmes qui arbitrent dans les championnats masculins présentent une condition physique, une compréhension du football et une gestion du jeu exceptionnelles. C’est la marque de fabrique de tout arbitre de haut niveau. Elles prouvent que l’égalité des chances existe bel et bien si leurs performances sont à la hauteur.

Vous avez vécu une magnifique carrière d’arbitre. Qu’est-ce qui a changé pour les arbitres femmes par rapport à votre époque ? Quelles sont les différences ?

Au cours des dix dernières années, les joueuses se sont développées, que ce soit en matière de vitesse ou de technique. Par ailleurs, il est clair que la télévision, les médias et les sponsors ont favorisé la médiatisation du football féminin. Les entraînements se sont améliorés, tout comme le niveau de jeu. Et les sciences du sport ont fait leur apparition. J’ai également le sentiment que l’écart de niveau entre les équipes de chaque championnat et tournoi s’est réduit. Nous assistons à un plus grand nombre de matches compétitifs.

En raison des pas de géants réalisés par le football féminin, tant au niveau technique que tactique, les arbitres ont dû tenir le rythme. Êtes-vous satisfaite de leurs progrès par rapport à celui du football féminin dans son ensemble ?

L’UEFA est très satisfaite des progrès réalisés par l’arbitrage ces dernières années. Nous avons mis en place le programme CORE (Centre d’excellence pour arbitres de l’UEFA), grâce auquel des arbitres prometteurs, hommes et femmes, découvrent quelles exigences et quel entraînement sont nécessaires pour devenir arbitre de haut niveau. Le programme a clairement porté ses fruits puisqu’un certain nombre d’anciens élèves passés par CORE sont désormais des arbitres de haut niveau, et surtout, ils continuent de renforcer leurs connaissances tactiques. Ces arbitres ont profité de l’investissement réalisé par l’UEFA et leurs associations nationales, en particulier grâce aux cours et conseils que nous leurs donnons lors des séminaires de l’UEFA.

Les arbitres Jana Adámková (à gauche) et Esther Staubli en pleine discussion avec Jenny Palmqvist.
Les arbitres Jana Adámková (à gauche) et Esther Staubli en pleine discussion avec Jenny Palmqvist.UEFA via Getty Images

Les arbitres assistants vidéo (VAR) ont fait leur apparition dans le football masculin ces deux dernières années. Qu’en est-il dans les compétitions féminines de l’UEFA ?

L'assistance vidéo à l'arbitrage a déjà été utilisée lors de la finale de l’UEFA Women’s Champions League la saison dernière, et elle le sera à nouveau en finale cette saison, ainsi qu’à l’EURO féminin en Angleterre. Lors du dernier cours de l’UEFA en assistance vidéo à l'arbitrage, les arbitres femmes ont suivi une formation pour se préparer.

Après avoir vous-même atteint le plus haut niveau en tant qu’arbitre, cela doit vous donner une grande satisfaction de pouvoir travailler avec les arbitres aujourd’hui et leur transmettre votre expérience.

Oui, j’ai toujours voué une grande passion au football. Alors transmettre mes expériences aux arbitres qui font tomber les barrières aujourd’hui, c’est très gratifiant.

Les restrictions et les difficultés liées à la pandémie n’ont pas facilité la vie des arbitres. La façon dont l’UEFA et ces derniers ont fait face à la situation vous impressionne-t-elle ?

Les arbitres ont fait preuve d’une grande souplesse et étaient prêts à accepter des matches dans des délais très courts, même s'ils ont dû résoudre des problèmes de déplacement compliqués et passer moins de temps chez eux. Je dois dire qu’ils ont fait preuve d’un grand professionnalisme en s’adaptant à la situation afin de garantir la bonne tenue des matches.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux arbitres femmes d’Europe, et en particulier à celles qui visent une place à l’EURO 2022 ?

La compétition commence dans moins de 500 jours. Il est temps que chaque arbitre prouve sa volonté d’être sélectionnée. Elles ont maintenant, à chaque match, l’occasion de montrer leur condition physique, leur compréhension du football, leur gestion des joueurs et des joueuses, et leurs capacités de prise de décision. Nous aimerions que les arbitres se mettent au défi d’être à chaque fois meilleures que lors de leur match précédent. Il est primordial qu’elles fassent preuve d’ouverture d’esprit et d’humilité, sur le terrain et en dehors. Nos arbitres de l’EURO doivent être des ambassadrices exemplaires du football, ainsi que des modèles de professionnalisme.

Pour conclure, quel conseil donneriez-vous à une jeune fille qui souhaite devenir arbitre ?

Si tu aimes le football, n’hésite pas à devenir arbitre. L’arbitrage permet de développer des qualités de leader, une capacité à prendre des décisions rapides, le travail d’équipe et la communication. Mais ce n’est pas tout : tu auras la possibilité de te faire des amies pour la vie et de connaître des expériences merveilleuses, en plus de t’impliquer dans un sport que tu adores.