UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Les effets positifs du fair-play financier

Le fair-play financier commence à porter leurs fruits et l'UEFA, son instigatrice, affirme qu'elle ne fera pas demi-tour, pour le bien-être du football.

Le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino et le président de l'UEFA Michel Platini face à la presse à Monaco
Le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino et le président de l'UEFA Michel Platini face à la presse à Monaco ©Sportsfile

S'exprimant à Monaco vendredi, le président de l'UEFA Michel Platini a indiqué que le fair-play financier a emporté l'adhésion de toutes les parties prenantes du football européen, ce qui signifie que l'UEFA a reçu un soutien crucial dans ses efforts pour favoriser le bien-être du football de clubs en Europe et freiner les dérives financières de ces derniers temps.

"Je le répète, nous ne pourrons revenir en arrière", a déclaré M. Platini. "Nous avons pris la décision d'introduire le fair-play financier il y a quelques années avec le soutien unanime de tous les clubs européens, des associations nationales, des politiques. C'est quelque chose qui est très positif, et nous allons continuer."

Les principaux objectifs du fair-play financier sont d'introduire plus de discipline et de rationalité dans les finances du football de clubs, de réduire la pression sur les salaires et les frais de transfert et de limiter leur effet inflationniste, d'encourager les clubs à ne pas dépenser plus qu'ils ne gagnent, de s'assurer que les clubs règlent leurs dettes en temps opportun et de protéger la viabilité à long terme des clubs en Europe.

Le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino a expliqué qu'il y avait eu un ralentissement sensible et potentiellement significatif de l'activité de transfert. L'analyse de l'UEFA a confirmé que janvier 2012 était en valeur relative beaucoup plus calme que 2011. Les dépenses de transfert sont tombées à 393 M€, contre 613 M€ en janvier 2011, une diminution de 36 %. Il n'y avait qu'un transfert à plus de 15 M€ en janvier 2012 contre neuf sur la même période, en janvier 2011. Une comparaison entre janvier 2012 et la moyenne des mois de janvier de 2008 à 2011 a également montré que l'activité était de 20 % inférieure.

L'analyse de l'activité de transfert de l'été 2012, avant qu'elle ne soit close dans la plupart des pays aujourd'hui, a montré que les clubs européens avaient jusqu'à présent transféré 18 joueurs à plus de 15 M€ contre 26 en 2011 et un record de 33 en 2009. Un total de 1 753 M€ a été dépensé à ce jour, nettement inférieur à la moyenne sur les quatre dernières années de 2 249 M€.

"Les dépenses en transfert, hiver et été confondus, sont de 2 065 M€, ce n'est que 75 % de la moyenne calculée sur 2008-11", a déclaré M. Infantino. "Cela souligne l'impact du fair-play financier et le fait que de nombreux clubs n'ont plus un accès facile au financement de la dette. Ce sont des faits et des chiffres clairs, et cela est extrêmement important."

Toutefois, M. Infantino a averti que si l'ensemble de pertes financières s'est stabilisé dans les championnats de première division en Europe ces dernières années, elles demeurent encore à un niveau historique et dangereux. "Cela souligne la nécessité évidente de fair-play financier", a-t-il dit, ajoutant que de nombreux clubs avaient encore beaucoup de travail à faire dans la mise en œuvre de nouvelles stratégies pour être en conformité avec le fair-play financier.

L'UEFA a mis en place une Instance de contrôle financier des clubs (IFCB) pour remplacer le Panel de contrôle financier des clubs, qui avait suivi les clubs depuis mai 2010. L'IFCB est un organe de l'UEFA pour l'administration des règlements. Il a le pouvoir d'imposer des mesures disciplinaires en cas de non-respect des exigences et de se prononcer sur des affaires relatives à la qualification des clubs pour les compétitions de l'UEFA. L'Instance dispose d'un éventail de sanctions possibles dont l'avertissement, l'amende, le retrait de points, la disqualification des compétitions en cours et/ou l'exclusion de compétitions pour le futur.

M. Infantino a déclaré que les activités de surveillance de l'IFCB ont eu d'ores et déjà un impact réel. En 2011, les 237 clubs dans les compétitions de l'UEFA ont été audités concernant leurs arriérés de paiement entre juin et septembre, dix clubs ont été renvoyés devant l'Instance de contrôle et de discipline, et trois clubs ont été exclus de l'UEFA Champions League en cours. Cette année, les 237 clubs ont été contrôlés à la fin du mois de juin. Il y a eu une réduction de 47 % des montants dus aux employés, des charges sociales et des frais de transfert par rapport au 30 juin 2011 et 36 M€ ont été versés par les clubs dans les deux semaines avant la présentation de documents à l'UEFA.

"La mise en place de l'Instance de contrôle financier des clubs a eu un effet positif clair", a déclaré M. Infantino, "le fair-play financier est maintenant en bonne voie. Il n'y a qu'une voie pour s'en sortir, c'est celle qui est devant nous."