UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Cinquième rapport sur l'octroi de licence aux clubs

L'UEFA a publié son cinquième rapport de benchmarking sur le football de clubs européen à la suite des mesures de fair-play financier mises en place.

Le dernier rapport de benchmarking de l'UEFA est disponible en anglais, français, allemand et russe
Le dernier rapport de benchmarking de l'UEFA est disponible en anglais, français, allemand et russe ©UEFA.com

L'UEFA a publié son cinquième rapport de benchmarking sur la procédure d'octroi de licence aux clubs dans le football européen à la suite des mesures de fair-play financier mises en place par l'UEFA – analysant plus de 670 clubs de première division à travers les 53 associations membres de l'UEFA.

Ce rapport annuel de 124 pages, qui est le troisième du genre à être publié sur uefa.com (le 5 février), est disponible dans quatre langues – anglais, français, allemand et russe – et donne un aperçu le plus complet possible du football interclubs national en Europe, y compris les structures des compétitions, l'affluence, la forme des contrat des entraîneurs et des joueurs, et les finances des clubs.

Pour la première fois, le rapport de benchmarking contient une section entière consacrée aux compétitions interclubs de l'UEFA et aux clubs participants, avec notamment une analyse de l'état des finances des clubs par rapport aux exigences liées au fair-play financier, qui entreront en vigueur prochainement. Ce rapport évalue de la manière la plus globale et la plus complète possible la santé financière des clubs de football. L'analyse des tendances financières sur cinq ans compile les données de plus de 3000 états financiers détaillés, relevant les points forts et les points faibles des finances du football interclubs européen.

Bien qu'il y ait un véritable focus sur les questions financières, le rapport traite également d'autres questions non financières pertinentes pour le football européen, avec une analyse paneuropéenne sur de nombreux domaines différents, y compris les taux de fréquentation des stades et les tendances, les structures des ligues nationales, la durée moyenne d'un entraîneur en poste et les questions associées aux stades et leurs propriétaires.

Le style de ce rapport est visuel, avec de nombreux graphiques et un format de questions-réponses, par exemple, une question demande : retrouve-ton toujours "les mêmes clubs" dans les compétitions interclubs de l'UEFA ? Un passage en revue des compétitions interclubs de l'UEFA au cours de la dernière décennie illustre la variation saine des clubs participants d'une année à l'autre, 578 clubs différents ayant disputé l'UEFA Champions League et/ou l'UEFA Europa League/la Coupe UEFA au cours de cette période. Le dernier cycle de l'UEFA Champions League (2009/10 à 2011/12) a vu la participation de 65 équipes différentes dans la phase de groupe, soit une hausse significative par rapport aux 53 à 55 clubs des trois cycles précédents. Seuls 10 clubs se sont qualifiés pour la phase de groupe dans chacune des trois années du cycle, contre 17 clubs lors du cycle précédent, ce qui montre le plus large éventail de participants.

Les derniers chapitres du rapport étudient les finances des clubs en détail, à l'échelle européenne, nationale et individuelle. Un message positif est réitéré, à savoir que les revenus du football restent importants, avec un chiffre d'affaires sur l'ensemble des premières divisions à l'échelle européenne de 13,2 milliards € en 2011, soit une croissance de 24% depuis 2007 - taux extraordinaire compte tenu du contexte de cette période de ralentissement économique.

Le contexte économique difficile transparaît au travers des recettes de billetterie (baisse de 2,7 % entre 2010 et 2011), qui reflètent les chiffres d'affluence bas en 2010/11 présentés dans le rapport de cette année. Cependant, cette tendance devrait s'inverser, avec une progression de l'affluence en 2011/12 (hausse de 2,5 %), plus de 103 millions de spectateurs ayant assisté aux matches de première division nationale au cours de la dernière saison. En Europe, 31 championnats ont fait état d'une progression de l'affluence, contre 20 présentant un recul. En outre, 13,4 millions de personnes ont assisté aux matches des compétitions interclubs de l'UEFA en 2011/12.

Par ailleurs, l'analyse donne à réfléchir, avec 55% des clubs de première division ayant remplacé leur entraîneur dans un délai de 12 mois. Le rapport documente également l'escalade incessante des dépenses des clubs, notamment les salaires et leurs dépenses associées, qui ont augmenté d'un énorme 38% entre 2007 et 2011, dépassant de loin la croissance des revenus de 24% au cours de cette même période. En effet, les dépenses liées aux employés et aux transferts nets représentent désormais 71% du chiffre d'affaires des clubs, une augmentation spectaculaire de 62% depuis 2007. C'est cette augmentation incessante qui constitue la toile de fond des pertes totales déclarées par les clubs européens de première division de près de 1,7 milliard € pour l'année financière se terminant en 2011.

Le rapport va encore plus loin derrière ces chiffres globaux, avec une analyse UEFA indiquant que pour les quelque 700 clubs de première division, les salaires et les frais relatifs se sont accrus de 38 % entre 2007 et 2011, dépassant de loin la croissance des recettes, de 24 % pendant la même période. Par ailleurs, les frais de personnel et les frais de transfert nets combinés ont augmenté, passant de 62 % à 71 % des recettes, alourdissant ainsi inévitablement les pertes des clubs.

Les pertes des clubs sont montées en flèche, passant de EUR 0,6 milliard en 2007 au chiffre record de EUR 1,7 milliard en 2011. L'analyse de l'UEFA indique que la détérioration des résultats a été constatée à tous les niveaux du jeu, et non seulement dans les larges pertes dont les médias se sont fait l'écho. Alors que les pertes des 10 clubs les plus déficitaires ont augmenté de EUR 260 millions entre 2007 et 2011, les résultats des 20 clubs suivants (11 à 30) se sont détériorés de EUR 310 millions, et les autres clubs ayant connu des pertes moins importantes ont vu leur résultat se détériorer de EUR 340 millions en 2011 par rapport à 2007. Pour compenser une partie des mauvaises nouvelles, le rapport identifie une proportion légèrement plus élevée de clubs ayant réussi à équilibrer leurs comptes, et l'analyse des bilans des clubs donne une image globalement neutre.

Avec l'avènement de règle de l'"UEFA break-even" à partir des saisons financières 2012 et 2013, de nombreux clubs en déficit participant aux compétitions interclubs de l'UEFA devront équilibrer leurs bilans financiers afin de répondre à ces exigences. Les premières améliorations dues au fair-play financier ont été enregistrées, avec une réduction de 39 % des arriérés de paiement résultant d'activités de transfert et des arriérés de paiement envers le personnel entre la première évaluation de juin 2011 et celle de juin 2012.

La recherche d'un équilibre plus durable entre les revenus, les dépenses et l'investissement est au cœur de la procédure d'octroi de licence aux clubs, qui va de pair avec le fair-play financier. Ce qui est clair d'après le rapport, c'est que l'UEFA, les organismes nationaux régissant et leurs clubs se doivent d'agir pour protéger la santé future du sport le plus populaire en Europe et dans le monde.