UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Radioscopie du football de clubs

L'UEFA vient de publier un rapport sur la santé financière du football de clubs européen, qui permettra d'accroître la transparence et le fair-play financier dans ce sport.

Radioscopie du football de clubs
Radioscopie du football de clubs ©UEFA.com

L'UEFA vient de produire un rapport de référence des licences de club sur le football de clubs européen, le plus grand jamais réalisé. Il fournit les résultats financiers de plus de 600 clubs d'élite des 53 associations nationales membres de l'UEFA.

Le paysage du football de clubs européen (European Club Footballing Landscape) est un rapport de 80 pages publié en quatre langues (anglais, français, allemand et russe) dont les analyses qu'il comprend ont formé une base importante des discussions récentes sur le fair-play financier, en plus de contribuer à accroître la transparence dans le football de clubs, l'un des plus grands objectifs de licences de clubs de l'UEFA. Le rapport aborde également des sujets non financiers, tels que les structures des compétitions, le nombre de spectateurs et, pour la première fois, le rapport comprend une analyse paneuropéenne des résultats de propriété et de licence des stades.

Le rapport affirme que le système de licences en Europe est bien en place et correctement utilisé : il présente notamment le nom de 21 clubs, dont six ces dernières années, qui n'ont pu accéder à l'UEFA Champions League, à la Coupe UEFA puis à l'UEFA Europa League, car aucune licence ne leur avait été délivrée.

Par ailleurs, le rapport indique que les investissements à long terme dans le football demeurent sporadiques et que la grande majorité de l'argent entre et sort des clubs. Alors que quelque 65 % des équipes de l'élite évoluent dans des stades dont les propriétaires sont les autorités municipales, les masses salariales - en grande partie les joueurs - ont augmenté de plus de 18 % par an pour atteindre le chiffre de 7 Md €, soit largement plus que l'augmentation de 10,6 % des chiffres d'affaires. Les écarts de pouvoirs d'achats sont également immenses. Les dix clubs les plus dépensiers en Europe ont affirmé avoir des coûts de transferts nets de 1 820 M€, soit le double des dix clubs suivants.

Le système de transferts continue à contribuer à la redistribution financière des plus grands clubs aux plus petits. 138 clubs européens ont signalé un effet financier positif important, à hauteur de plus de 10 % du revenu, grâce aux transferts. Mais surtout, les équipes de pays qui adoptent largement la culture des centres d'entraînement, comme la France, les Pays-Bas et la Croatie, ont vu leurs finances se renforcer.

Globalement, il est clair que bien que de nombreux clubs continuent de fonctionner correctement du point de vue financier, beaucoup d'autres adoptent des stratégies financières moins durables. Le rapport indique que 54 % des équipes de première division en Europe ont signalé des pertes d'exploitation (avant transferts) lors de l'exercice financier 2008. Sur ces pertes, les 20 clubs les plus endettés ont signalé des pertes d'exploitation cumulées de 344 millions €. Une fois que les transferts, les éléments financiers et d'autres éléments autres que les éléments d'exploitation ont été pris en compte, les 20 plus grosses pertes atteignaient le chiffre de 735 millions €.

En effet, alors que certains clubs de toutes les associations membres de l'UEFA présentent un bilan équilibré, l'analyse indique d'autres signes d'excès financiers et montre que certains clubs vivent au-dessus de leurs moyens. Par exemple, sur les 1 650 millions € de dettes de transfert signalés dans les déclarations financières des clubs, 550 millions € correspondaient à des dettes à long terme (plus de 12 mois). En d'autres termes, les clubs utilisent des joueurs aujourd'hui mais ne paieront les frais de transferts que dans les saisons à venir.

Le paysage du football de clubs européen (European Club Footballing Landscape) est disponible en quatre langues : anglais, français, allemand, russe.