Le programme antidopage de l'EURO bat son plein

Après les tests réalisés hors-compétition, le programme antidopage de l'UEFA EURO 2012 est en place pour les 31 matches du tournoi.

Les analyses sont réalisées dans un laboratoire de Varsovie
Les analyses sont réalisées dans un laboratoire de Varsovie ©Sportsfile

Tout le monde s’affaire à l’Institut des Sports de Varsovie, le laboratoire accrédité par l’Agence mondiale antidopage, tandis que les activités antidopage à l’UEFA EURO 2012 passent à la vitesse supérieure. Mais en fait, toute cette activité est en place depuis bien longtemps…

Le programme de contrôles antidopage hors-compétition de l’UEFA EURO 2012 a permis de collecter des échantillons de  sang et d’urine dans les 16 équipes qualifiées à des moments clés de leur préparation. Des analyses ont ensuite été faites par le laboratoire de Dorota Kwiatkowska et son équipe à Varsovie.

À présent, le programme de contrôles en compétition est opérationnel pour la phase finale en Pologne et en Ukraine. Les 31 matches sont l'objet de contrôles, tandis que les équipes et les joueurs pourront être contrôlés sans préavis lors des périodes de repos entre les rencontres.

Pendant l’UEFA EURO 2012, quatre échantillons par match seront prélevés par les officiers de contrôle antidopage de l’UEFA. "Ces échantillons doivent être acheminés au laboratoire le plus rapidement possible, de préférence dans les 12 heures qui suivent. Notre laboratoire a ensuite 24 heures pour donner les résultats”, a déclaré Andrzej Pokrywka, directeur de l’Institut des Sports.

Le laboratoire de Varsovie opère 24h/24 7 jours/7. Le personnel peut compter sur l’aide de spécialistes venus de laboratoires de Lausanne (Suisse) et de Seibersdorf (Autriche) déjà utilisés lors de l’UEFA EURO 2008. Le gouvernement polonais a également offert un soutien important au laboratoire en lui offrant des équipements neufs et de haute technologie. Le Dr. Kwiatkowska et son équipe font un excellent travail, grâce notamment à l’assistance en termes de formation apportée par l’expert mondialement connu Martial Saugy.

“En football, le nombre de cas de dopage est relativement faible”, a déclaré Caroline Thom, chef de projet antidopage et médical de l’UEFA. "Nous avons entre deux et trois cas par an. C’est moins que quand nous avons commencé notre programme antidopage, et c’est également les effets des activités pédagogiques (de l’UEFA).”

Le président de la Commission médicale de l’UEFA, le Dr. Michel d’Hooge, met l’accent sur l’approche de “tolérance zéro” en termes de dopage adoptée par l’UEFA. Il a pu donner des informations très satisfaisantes sur les tests réalisés avant la compétition (10 joueurs de chaque équipe ont été testés). Il a annoncé que tous les échantillons collectés auprès des 16 équipes étaient négatifs. De plus, les profils hématologiques et hormonaux découlant de ces analyses montrent qu’il n’y a aucune présomption de manipulation sanguine ou hormonale chez les footballeurs participant à la compétition. On était arrivé à la même conclusion avant l’EURO 2008, lorsque 160 joueurs avaient déjà été testés.

Après la visite du laboratoire de Varsovie, les 12 officiers de contrôle antidopage ont reçu des instructions sur les procédures et les règles à suivre pour assurer une approche harmonisée pendant tout le tournoi.

Le programme antidopage de l’UEFA EURO 2012 est soutenu par toutes les équipes participantes. Les médecins d’équipe ont tous signé une charte antidopage pour confirmer leur engagement pour la promotion d’un football propre au sein de leurs équipes. L’UEFA et les équipes participantes ont pour but d’avoir un UEFA EURO 2012 à succès et sans dopage.

Haut