Les arbitres assistantes en route pour l’EURO féminin

Des arbitres assistantes européennes de premier plan ont entamé un voyage qui pourrait bien les conduire à l’EURO féminin de l’UEFA 2021 en Angleterre.

Un test de condition physique était au programme, à Nyon.
Un test de condition physique était au programme, à Nyon. ©UEFA

L’UEFA a offert à des arbitres assistantes européennes de premier plan une occasion sans précédent de décrocher une place dans l’équipe qui parcourra la ligne de touche lors de l’EURO féminin de l'UEFA 2021.

Les 38 candidates se sont réunies au siège de l’UEFA, à Nyon, pour assister à la toute première formation des arbitres assistantes de la FIFA. Elles nourrissent toutes de grands espoirs de faire partie des 24 arbitres assistantes qui seront sélectionnées pour l’EURO tant attendu qui se déroulera en Angleterre dans moins de deux ans.

La formation a été dispensée en deux groupes. Ici, le premier groupe d'arbitres assistantes aux côtés de l'équipe de l'UEFA.
La formation a été dispensée en deux groupes. Ici, le premier groupe d'arbitres assistantes aux côtés de l'équipe de l'UEFA.©UEFA

L’UEFA a organisé cette formation non seulement pour donner le coup d'envoi de la préparation des arbitres assistantes pour l’EURO 2021, mais aussi pour veiller à ce que plus d’assistantes européennes bénéficient de l’expérience de collègues ayant déjà officié lors de matches de la Coupe du monde de la FIFA et de l’EURO de l’UEFA.

« Nous avons demandé à nos associations membres de nous envoyer des arbitres assistantes féminines officiant dans les deux premières divisions de leurs championnats masculins », a expliqué la responsable de l’arbitrage de l’UEFA, Dagmar Damkovà.

Le second groupe d'arbitres assistantes
Le second groupe d'arbitres assistantes©UEFA

« Nous connaissons déjà les assistantes expérimentées, mais il y a, en Europe, des assistantes que nous connaissons moins et que nous souhaitons évaluer, car si elles officient dans les deux premières divisions masculines de leur pays, cela veut dire qu’elles disposent de qualités certaines. »

La formation dispensée à Nyon était composée de différentes sessions traitant chacune de questions clés pour les arbitres assistantes : hors-jeu, lecture du jeu, situations de match, et concentration et attention.

L’assistance vidéo à l’arbitrage

Les participantes ont aussi pu bénéficier d’informations sur l’assistance vidéo à l’arbitrage, qui soutient le processus de prise de décision de l’arbitre et qui a été progressivement introduite dans les différentes compétitions de l’UEFA cette année.

Vitesse et précision sont les maîtres mots pour les arbitres assistantes.
Vitesse et précision sont les maîtres mots pour les arbitres assistantes.©UEFA

« Pour certaines personnes, l’EURO féminin est encore bien loin, mais le temps passe vite, a ajouté Dagmar Damkovà. Nous voulons nous assurer que l’UEFA et les assistantes soient bien préparées. Nous leur demandons de travailler dur, de chercher constamment à s’améliorer et de prouver qu’elles sont en mesure de faire partie des arbitres de l’EURO. »

Dans les matches féminins des grandes compétitions internationales, il n’est pas nécessaire que les membres des trios arbitraux proviennent d’un même pays, contrairement au football masculin.

Dagmar Damkovà
Dagmar Damkovà©UEFA

« Nous ne voulons pas que des arbitres assistantes de qualité soient désavantagées à cause de cela, a déclaré Dagmar Damkovà. C’était une raison supplémentaire pour nous de convier certaines d’entre elles à Nyon pour les inclure sur le chemin vers l’EURO. »

Une nomination historique

Le programme global d’arbitrage de l’UEFA met un accent particulier sur l’arbitrage féminin, dans le cadre des efforts fournis par l’organisation pour garantir que l’arbitrage féminin suive le développement général du football féminin.

« Nous voulons investir dans l'arbitrage féminin », a affirmé le président de la Commission des arbitres de l’UEFA, Roberto Rosetti. « Et le cours pour les arbitres assistantes constitue un pas positif supplémentaire pour l’avenir. »

Une nouvelle page de l’histoire a été écrite en août dernier, quand l'arbitre Stéphanie Frappart a mené une équipe arbitrale majoritairement féminine pour arbitrer le match de la Super Coupe de l'UEFA entre Liverpool et Chelsea, à Istanbul.

Stéphanie Frappart est la première femme arbitre à avoir dirigé une rencontre masculine européenne majeure. Des arbitres assistantes féminines sont à présent aussi désignées pour officier lors de matches de l’UEFA Europa League, ce qui illustre que l’UEFA est fermement convaincue des grandes qualités de ses arbitres féminines. 

Test de condition physique

L’expert en condition physique des arbitres, le Belge Jean-Baptiste Bultynck, a dirigé une séance de condition physique conçue pour répondre aux exigences spécifiques des arbitres assistants. « Il y a des différences claires entre la préparation physique des arbitres et celle des arbitres assistants », a-t-il expliqué.

Les exercices de sprint de Jean-Baptist Bultynck
Les exercices de sprint de Jean-Baptist Bultynck©UEFA

 « Les principales différences résident dans les courtes distances, la vivacité et la rapidité dans les cinq à dix premiers mètres, ainsi que dans les déplacements latéraux. Au cours de cette séance, nous nous sommes concentrés sur les mouvements latéraux, les capacités de sprint et la prise de décisions. L’objectif pour elles est de chercher constamment à s’améliorer en vue de l’EURO féminin. »

Haut