L’UEFA lance un nouveau programme de mentorat pour accroître le nombre d’entraîneures

L’UEFA prend des mesures visant à augmenter le nombre de clubs et d’équipes nationales entraînées par des femmes, grâce à un programme qui prévoit que des entraîneurs expérimentés deviennent les mentors personnels d’entraîneures prometteuses.

Photo de groupe lors du workshop à Nyon
Photo de groupe lors du workshop à Nyon ©UEFA

L’UEFA a lancé un programme de mentorat ambitieux, qui vient s’ajouter aux efforts considérables qu’elle fournit dans toute l’Europe pour augmenter le nombre de clubs et d’équipes nationales dirigés par des entraîneures.

Le Programme de mentorat des entraîneures de l’UEFA, destiné aux titulaires d’un diplôme Pro ou A de l’UEFA, prévoit qu’une équipe d’entraîneurs expérimentés, qui, pour la plupart, dirigent une équipe nationale masculine ou féminine, jouent le rôle de mentor auprès d’entraîneures prometteuses titulaires du diplôme susmentionné.

Sur une période de 18 mois, les mentors rencontreront régulièrement les participantes au programme pour partager leur expérience, les aider à perfectionner leurs compétences, les orienter et leur donner des astuces pour résoudre des problèmes, le tout dans le but de leur montrer quelles sont les exigences pour évoluer au plus haut niveau.

Ce programme, qui a commencé par une séance d’ouverture au siège de l’UEFA, à Nyon, fait suite à un projet pilote d’un an auquel a pris part une équipe composée de quatre mentors et de quatre mentorées.

Doubler la proportion d’entraîneures titulaires d’un diplôme de l’UEFA

Non seulement ce programme témoigne des efforts de l’UEFA pour améliorer la qualité de la formation des entraîneures, ce qui renforcera leurs compétences et, à terme, celles des joueurs et joueuses, et élèvera ainsi le niveau général du jeu, mais il constitue aussi une part essentielle des efforts de l’UEFA visant à augmenter sensiblement le nombre d’entraîneures titulaires d’un diplôme reconnu par l’UEFA dans toute l’Europe.

Frank Ludolph explique les raisons qui ont motivé le programme.
Frank Ludolph explique les raisons qui ont motivé le programme.©UEFA

« Les statistiques nous ont incités à lancer des initiatives comme le programme de mentorat destiné aux entraîneures », a déclaré Frank Ludolph, chef de l’unité Formation technique de l’UEFA. « Au moment où le projet pilote a débuté, parmi les 190 000 entraîneurs en Europe titulaires de diplômes reconnus par l’UEFA, seuls 3 % étaient des femmes. 

» Il était devenu évident pour nous que cette situation ne pouvait pas continuer. Ce taux s’élève actuellement à 6,5 %, et nous sommes déterminés à faire en sorte que ce chiffre continue d’augmenter. »

Liste des mentors participant au programme de l’UEFA :

Hans Backe (entraîneur suédois expérimenté qui a dirigé plusieurs équipes nationales), Corinne Diacre (entraîneure de l’équipe de France féminine), Kasper Hjulmand (entraîneur de l’équipe masculine du Danemark), Joseph Montemurro (entraîneur de l'équipe féminine d’Arsenal), Nils Nielsen (entraîneur de l’équipe suisse féminine), Patrizia Panico (entraîneure de l’équipe italienne masculine des M15), Vera Pauw (entraîneure de l’équipe féminine de la République d'Irlande), Even Pellerud (formateur d’entraîneurs de l’Association norvégienne de football), Hope Powell (entraîneure de l’équipe féminine de Brighton & Hove Albion), Anna Signeul (entraîneure de l’équipe féminine de Finlande) et Martin Sjögren (entraîneur de l’équipe féminine de Norvège).

Liste des entraîneures bénéficiant du programme :

Iris Antman (entraîneure de l’équipe féminine des M19 d’Israël), Sharon Boyle (responsable Développement à l’Association de football de la République d’Irlande), Emma Coates (entraîneure de l’équipe féminine des M18-M20 d’Angleterre), Katerina Falida (entraîneure de l’équipe féminine des M19 et des M17 de Grèce), Nora Häuptle (entraîneure de l’équipe suisse féminine des M19), Tina Kelenberger (entraîneure de l'équipe féminine des M17 de Slovénie), Ieva Kibirkstis (entraîneure du Hittarps IK [Suède]), Marianne Miettinen (responsable Performance à l’Association finlandaise de football), Katrine Pedersen (entraîneure assistante de l’équipe féminine du Danemark), Hege Riise (entraîneure du LSK Kvinner Fotballklubb [Norvège]), Marzena Salamon (entraîneure de l’équipe féminine des M19 de Pologne), Aleksandra Sevoldajeva (entraîneure de l’équipe féminine du FC Flora Tallinn [Estonie]), Renée Slegers (entraîneure du IF Limhamn Bunkeflo [Suède]) et Montserrat Tomé Vázquez (entraîneure assistante de l’équipe féminine d’Espagne).

Partager son expérience

Les mentors partageront leurs propres expériences de réussite et d’échec, aideront les mentorées à fixer des objectifs de carrière réalistes, leur offriront un soutien et des occasions de réseautage, et les observeront en action en faisant part de leurs remarques et en les encourageant.

Martin Sjögren (à gauche) sera le mentor de Marianne Miettinen.
Martin Sjögren (à gauche) sera le mentor de Marianne Miettinen.©UEFA

De leur côté, les participantes voyageront pour aller à la rencontre de leurs mentors, les observeront au travail et assisteront à certains événements avec eux. Le but du programme est d’inciter les mentorées à se concentrer pleinement sur leur carrière, leur perfectionnement professionnel, leurs ambitions et leurs défis, ainsi que de leur donner la confiance et l'estime de soi nécessaires pour progresser en tant qu’entraîneure. 

« Le mentorat permet de transmettre des connaissances et des expériences qu’on ne trouve pas forcément dans les livres : il faut en discuter ensemble », a déclaré Christina Stokkland, spécialiste senior du leadership, du mentorat et de l’accompagnement professionnel venant de Norvège, qui dirigeait le workshop à Nyon. « Vous allez apprendre beaucoup de choses, et je suis persuadée que les mentors apprendront aussi grâce à vous. »

L'avenir de la carrière d’entraîneure

Tant les mentors que leurs protégées ont salué à l’unanimité l’initiative de l’UEFA, bienvenue non seulement pour assurer l'avenir des femmes qui font carrière comme entraîneures, mais aussi pour les aider dans leur apprentissage individuel. « La mise en place d’un tel réseau de mentors et de mentorées offre aux entraîneures la possibilité de bénéficier d’expériences nouvelles et enrichissantes », a déclaré Patrizia Panico.

Marzena Salamon (à gauche) avec sa mentor, Corinne Diacre
Marzena Salamon (à gauche) avec sa mentor, Corinne Diacre©UEFA

« J’aurais aimé être mentorée, à un moment donné, a ajouté Corinne Diacre. J’aurais aussi aimé avoir de l’aide ou tout simplement des conseils sur la direction (…) à prendre. On a besoin aujourd’hui de valoriser les femmes dans le football. Je pense que cette initiative peut aider des jeunes entraîneures à avoir un peu plus de confiance en elles, et à faire de leur passion un métier. » 

« La fonction d’entraîneur est en constante mutation, a indiqué Joseph Montemurro. On n’a jamais vraiment fait le tour. Au contraire, on est toujours en train d’apprendre, que ce soit du point de vue technique, tactique ou mental. Ce programme est important pour ma propre évolution. »

Rendre la pareille : un honneur

Selon Kasper Hjulmand, « une des choses qui donne du sens au rôle d’entraîneur est la capacité de pouvoir rendre la pareille, de partager ses connaissances et son expérience avec des joueurs et d’autres entraîneurs. Il ne s’agit pas uniquement de remporter des coupes et des championnats. Pouvoir apporter sa contribution en retour est un honneur que nous devons apprécier. »

Emma Coates avec son mentor, Hans Backe
Emma Coates avec son mentor, Hans Backe©UEFA

Les mentorées se réjouissent à l’idée d’étayer leur expérience grâce au soutien d’entraîneurs chevronnés forts d’une longue expérience. « La liste des mentors est impressionnante, se réjouit Renée Slegers. Je suis très heureuse d’avoir la chance de participer à ce programme. » Emma Coates a hâte de « partager des idées et les meilleures pratiques, et d’apprendre les uns des autres ». 

Katrine Pedersen estime que ce programme de l’UEFA viendra renforcer les conseils qu'elle a reçus jusqu’ici au fil de sa carrière d’entraîneure : « Lorsque j’ai arrêté de jouer, il est vrai que je me suis demandé : “À présent, qui va m'aider à apprendre de nouvelles choses ?” En réalité, on s’aperçoit que les joueurs et les entraîneurs restent des sources d’inspiration qui continuent de nous faire progresser. Ce programme sera aussi important pour l’évolution des entraîneurs. »

Une initiative essentielle au développement du football

Le dernier mot revient à la mentor Vera Pauw : elle souligne que les initiatives de ce type sont essentielles au développement du football en général.

« Je n’ai jamais cultivé le secret dans mon travail, a-t-elle déclaré. J’ai toujours voulu partager mes connaissances, et je suis sûre que tous les mentors se réjouissent à l’idée de partager les leurs avec la relève, qui tient entre ses mains l’avenir du football. »

Haut