Explication des décisions avec intervention du VAR en UEFA Champions League

Suite aux matches de l’UEFA Champions League disputés cette semaine, l’UEFA souhaite apporter quelques informations supplémentaires sur les éléments qui ont été pris en considération par l’arbitre assistant vidéo (VAR) et par les arbitres dans la prise de plusieurs décisions.

Analyse du VAR lors du match Real – Ajax
Analyse du VAR lors du match Real – Ajax ©UEFA

Real Madrid CF – AFC Ajax
Sortie éventuelle du ballon à la 62e minute

Aucune des images analysées attentivement selon différents angles par le VAR ne permettait d’établir avec certitude que le ballon avait entièrement franchi les limites du terrain. L'arbitre assistant, qui était parfaitement positionné, avait jugé que le ballon n’avait pas entièrement franchi la ligne de touche. Dans ce contexte, une analyse vidéo au bord du terrain n’a pas été jugée nécessaire. Par conséquent, l’arbitre a eu raison de ne pas intervenir et de valider le but.

©UEFA

FC Porto – AS Rome
Penalty accordé à la 116e minute

Après avoir contrôlé la ligne de hors-jeu – qui confirmait que l'attaquant n’était pas hors-jeu –, le VAR a demandé à l’arbitre s’il avait vu que le défenseur de l’AS Rome avait retenu l’attaquant.

L’arbitre a confirmé qu’il n’avait pas constaté cette infraction pendant le jeu et a demandé que les images soient préparées afin qu’il puisse procéder à l’analyse vidéo au bord du terrain (« incident grave manqué »). L’analyse a convaincu l’arbitre qu’un penalty devait être accordé parce que l’attaquant avait été retenu.

FC Porto – AS Rome
Pas d’intervention du VAR à la 121e minute

L’arbitre était près de l'action et a lui-même vu l’incident potentiel au cours du jeu et jugé qu’il n’y avait pas de faute.

L'arbitre a néanmoins choisi de retarder la reprise du jeu afin de donner au VAR le temps d’examiner l’action sous les différents angles de caméra disponibles. L’examen attentif de ces images par le VAR ne lui a pas permis de trouver de preuve manifeste.

Le VAR a ensuite informé l’arbitre que, après examen, il n’y avait aucune erreur manifeste et qu’une intervention de sa part et une analyse au bord du terrain n’étaient pas justifiées.

©UEFA
©UEFA
©UEFA

Paris Saint-Germain – Manchester United FC
Penalty accordé à la 90e minute
 
Après avoir examiné l’action sous les différents angles à sa disposition, le VAR a recommandé à l'arbitre de procéder à une analyse au bord du terrain suite à l’incident dans la surface de réparation. 

Compte tenu du fait que l'arbitre n’avait pas relevé l’incident durant le jeu (« incident grave manqué » selon les termes du protocole VAR), une analyse a été menée au bord du terrain.

Au cours de cette analyse, l’arbitre a confirmé que la distance parcourue par le ballon était suffisamment longue pour qu’un impact puisse être anticipé. Le bras du défenseur n’étant pas le long du corps, ce joueur occupait davantage d’espace et a dévié ballon de sa trajectoire vers le but. Par conséquent, l’arbitre a accordé un penalty.

Toutes les décisions susmentionnées ont été prises en conformité totale avec le protocole VAR.

Haut