Le football en aide aux réfugiés

Un séminaire du Programme des groupes d’étude de l’UEFA en République d’Irlande a réuni 21 associations nationales européennes afin de discuter de la manière d’utiliser le football pour aider les migrants et les réfugiés.

Le séminaire a permis aux associations membres de l’UEFA de discuter des défis et partager les bonnes pratiques dans l’utilisation du football pour aider les réfugiés.
Le séminaire a permis aux associations membres de l’UEFA de discuter des défis et partager les bonnes pratiques dans l’utilisation du football pour aider les réfugiés. ©UEFA

La République d'Irlande a accueilli début avril un séminaire « Football et réfugiés » dans le cadre du Programme des groupes d’étude de l’UEFA. L’occasion pour 21 associations membres de se pencher sur ce que le football peut apporter aux migrants.

Le football peut rassembler les gens, favoriser la compréhension mutuelle et éliminer les préjugés.

En tout, 65 millions de personnes dans le monde ont été forcées de quitter leur foyer – à savoir 9 habitants sur 1000. Alors que certains pays sont plus touchés que d’autres, cette migration forcée a suscité un débat à l’échelle planétaire sur les questions sociales, culturelles, économiques, politiques et environnementales.

En tant que sport le plus populaire au monde et profondément ancré dans le tissu de la société, le football a été touché par cette crise, mais il a aussi le potentiel pour aider à la soulager. Nombre des associations membres de l’UEFA ont été directement touchées et ont cherché à améliorer les choses.

Dans ce contexte, des représentants de plusieurs associations nationales ont récemment suivi un séminaire du Programme des groupes d’étude de l’UEFA, ayant pour titre « Football et réfugiés », dans l’intention d’apprendre les uns des autres, de même que d’autres experts et organisations compétentes, et d’aborder ce problème de la manière la plus efficace possible.

Le séminaire s’est déroulé du 3 au 6 avril et a été organisé en coopération avec l’Association de football de la République d’Irlande (FAI). Il a réuni des représentants de 21 associations membres ainsi que des délégués d’ONG et d’universités spécialisées, afin de discuter des défis et de partager les bonnes pratiques s’agissant d’utiliser le football afin d’aider les réfugiés.

Des visites aux ligues de futsal, des séances d’entraînement ouvertes et des programmes pour les réfugiés concernant les entraîneurs et les bénévoles dans les régions de Galway et Athlone, ont donné naissance à cette thématique. Des discussions ouvertes avec les parties locales concernées sur l’histoire de leurs programmes ont renforcé la compréhension des participants quant aux avantages et aux défis que comportent de telles initiatives.

Laura Easton, responsable du développement du football au sein du trust de l’Association galloise de football, a partagé ses principales conclusions avec les organisateurs après le séminaire :

• Chacun a le droit de jouer au football et d’y prendre du plaisir ;

• Chaque association a la responsabilité de soutenir le sport et de fournir des possibilités pour tous ;

• S’engager avec des groupes vulnérables aide si on peut trouver une voix qui fasse autorité au sein de la communauté concernée et qui puisse parler aux gens en notre nom ;

• On doit instaurer la confiance ;

• Il est important d’être conscient des réseaux hors du football et de les utiliser pour soutenir les activités ;

• On doit créer une passerelle sur le long terme pour les personnes qui veulent jouer régulièrement. Il s’agit de faire plus que simplement proposer des programmes sur le court terme ;

• Il est important de soutenir et de développer les compétences des gens au sein de la communauté locale, de manière à ce qu’ils puissent poursuivre le travail sans que l’association nationale doive être présente en permanence.

« Accueillir ce séminaire de l’UEFA nous a fourni une formidable occasion de partager ce que nous faisions et, ce qui est peut-être tout aussi important, d’écouter, de nouer des relations et d’apprendre des autres associations, de l’UEFA et d’autres partenaires », a déclaré Des Tomlinson, coordinateur national pour le Programme de football interculturel de la FAI et hôte du séminaire. « Ces trois jours nous ont donné du temps pour réfléchir, discuter et résumer un certain nombre de considérations clés quand on cherche à détecter des personnes issues du milieu des réfugiés engagées dans le football. »

« Cet événement a permis aux participants de faire un voyage dans toute la République d’Irlande, en leur fournissant une expérience de première main sur la manière dont nos programmes de football pour les réfugiés sont proposés, avec le soutien des clubs et d’autres parties concernées de la communauté. Ils ont également rencontré un certain nombre de personnes – aussi bien au sein de la FAI que dans nos clubs et communautés – qui contribuent à la réussite de ces programmes. Le principal objectif était de partager nos bonnes pratiques avec d’autres associations, et l’un des héritages de ce séminaire sera un abrégé de bonnes pratiques, rassemblées actuellement par l’UEFA. »

Article publié à l'origine dans UEFA Direct n°178

 

Haut