UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Décès d’un grand entraîneur de l’Atlético : Radomir Antić

L'entraîneur serbe qui a mené l’Atlético Madrid au doublé national en 1995/96 nous a quittés à l’âge de 71 ans.

Décès d’un grand entraîneur de l’Atlético : Radomir Antić
Décès d’un grand entraîneur de l’Atlético : Radomir Antić ©UEFA.com

Radomir Antić, l'entraîneur serbe qui a mené le Club Atlético de Madrid au doublé national en 1995/96 nous a quittés à l’âge de 71 ans.

« Nous avons perdu un grand homme, l’un des architectes de l’âge d’or de l’Atlético Madrid », a déclaré le président du club, Enrique Cerezo.

Né le 22 novembre 1948, Antić grandit à Užice, où il commence à jouer dans l’équipe locale du FK Sloboda Užice, avant de rejoindre le Partizan Belgrade. Au cours de huit saisons avec le géant de Belgrade, il s’illustre comme latéral gauche et comme milieu de terrain, remportant le championnat national, et compte son unique sélection dans l’équipe de Yougoslavie en 1973.

En 1976, il signe son premier contrat à l’étranger avec le club turc Fenerbahçe, avant de gagner l’Espagne, où il jouera pour le Real Saragosse, puis l’Angleterre, où il remportera le titre en deuxième division avec Luton Town en 1982. Après avoir fait ses premières armes d’entraîneur au Partizan à la tête de l’équipe junior, il prend les rênes de l’équipe senior du Real Saragosse en 1988.

Radomir Antić poursuit sa carrière d’entraîneur en Espagne avec le Real Madrid, Oviedo, l’Atlético, Barcelone et Celta Vigo. C’est aux commandes de l’Atlético qu’il obtient ses plus grands succès, puisque l’équipe qu’il met sur pied remportera le doublé Liga-Copa del Rey en 1995/96.

En 2008, Antić est désigné entraîneur de l’équipe de Serbie, qu’il mènera à la Coupe du monde de la FIFA 2010 en Afrique du Sud. Il met fin à sa carrière d’entraîneur avec deux mandats pour des clubs chinois.

Radomir Antić a connu le succès en tant qu’entraîneur en Espagne, où il a dirigé trois des plus grands clubs du pays. Mais il s’est surtout distingué pour ses qualités humaines. Il a déclaré un jour : « Pour moi, le plus important est qu’il y ait une bonne ambiance dans mon équipe, et pas seulement de grands joueurs. »