UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

La Champions League, c'est l'excellence

Le président de l'UEFA Michel Platini a mis l'accent sur le prestige et l'excellence de l'UEFA Champions League, et souligné les objectifs de l'instance dirigeante du football européen, lors du tirage à Monaco.

Le président de l'UEFA sur la scène de Monaco
Le président de l'UEFA sur la scène de Monaco ©Sportsfile

Le président de l'UEFA Michel Platini a mis l'accent sur le prestige et l'excellence de l'UEFA Champions League, et souligné les objectifs de l'instance dirigeante du football européen, lors du tirage de la phase de groupes à Monaco.

Pari réussi
"Il y a deux ans à la même époque, je vous avais parlé de mon souhait de voir la Champions League devenir encore plus attrayante mais en la rendant plus ouverte aux champions, y compris les champions de pays qui ne sont pas forcément sous les feux des projecteurs", a déclaré M. Platini. "C'était un pari risqué, estimaient certains. Mais deux ans plus tard, sur cette même scène, dans cette même salle, je peux affirmer que c'est un pari réussi."

Excellence
Pour le président de l'UEFA, "les représentants des plus grands clubs du monde", sont présents "dans une compétition qui n'a en rien perdu de son charme ou de son pouvoir d'attraction. Une compétition qui reste synonyme d'excellence. Une compétition, LA compétition, qui fait rêver les dizaines de millions de passionnés de football à travers le monde".

Dialogue
Le président de l'UEFA a salué le nouvel esprit de dialogue qui a été instauré entre l'UEFA et les clubs européens. "Car aujourd'hui nous dialoguons, nous nous écoutons, nous nous comprenons. Et mieux : nous travaillons main dans la main grâce à une collaboration étroite avec l'ECA, l'association qui vous représente de façon démocratique. Avec l'ECA, les clubs sont devenus une véritable force de propositions. Je ne peux que vous en féliciter de tout cœur car, au final, tout le monde y gagne. Le football y gagne."

Fléaux
M. Platini a admis qu'il restait du travail pour éradiquer des éléments négatifs, "des fléaux" du football : "Au cours des deux dernières années, le football européen a encore connu de tristes et sombres histoires de violence, de racisme et de corruption. Peut-être moins qu'à une certaine époque, c'est vrai. Mais en l'occurrence, moins signifie toujours trop. Dire que le football est le reflet de la société est une vérité, mais elle ne doit pas pour autant nous décharger de nos responsabilités. Aussi, parce que je ne supporte pas l'échec et que j'aime ce sport plus que tout au monde, nous avons décidé avec le Comité exécutif de l'UEFA de prendre des mesures radicales dans l'intérêt du football".

"Sans pitié pour les tricheurs et les voyous"
"Des moyens considérables ont été dégagés pour mettre en place un système d'alerte préventif qui permet de détecter les matches suspects qui pourraient faire l'objet de paris illégaux. Au niveau du racisme, nous avons adopté des directives qui entrent en vigueur dès cette saison. En cas de comportement raciste dans un stade, l'arbitre devra maintenant ainsi arrêter le match après concertation avec les différents officiels. En outre, ces deux dernières années, nos instances disciplinaires ont même dû exclure des clubs de nos compétitions pour des cas déplorables et inacceptables de violence. Cela ne nous rend pas populaire... Croyez-moi, nous nous sommes donnés les moyens et l'UEFA sera sans pitié pour les tricheurs et les voyous.

Des clubs en bonne santé
Le président de l'UEFA a aussi insisté sur son espoir de voir l'avènement du fair-play financier dans le football. "Je ne souhaite pas être le président de l'UEFA qui au cours de son mandat aura vu disparaître de la carte du football pour cause de banqueroute des clubs prestigieux qui font partie du patrimoine de notre sport", a-t-il dit. "Je ne souhaite pas être le président de l'UEFA qui au cours de son mandat n'aura rien fait pour enrayer certaines dérives et qui aura fermé les yeux devant certaines gestions hasardeuses."

Fair-play financier
"L'idée est donc de mettre en place une série de mesures au cours des prochaines années afin qu'à terme les clubs ne dépensent pas plus d'argent qu'ils n'en gagnent. C'est une petite phrase toute simple mais qui aura de grandes conséquences pour un football de club sain et projeté dans un futur de prospérité et de loyauté." Ces mesures seront discutées avec les clubs, mais également avec les Ligues, les Associations nationales et les joueurs.

Préserver le beau jeu
Je suis persuadé que dans l'unité nous arriverons à rendre le football plus solidaire, plus fraternel et plus ludique. Dans l'unité, nous préserverons le plus beau sport de la planète", a conclut le président.