Football pour personnes handicapées

L’Association israélienne de football (IFA) partage la vision de l’UEFA selon laquelle le football devrait être accessible à tout un chacun et, en gardant cela à l’esprit, elle a décidé de mettre en œuvre un nouveau projet en partenariat avec Special Olympics Israël.

« football en commun »
« football en commun » ©IFA

L’Association israélienne de football (IFA) partage la vision de l’UEFA selon laquelle le football devrait être accessible à tout un chacun et, en gardant cela à l’esprit, elle a décidé de mettre en œuvre un nouveau projet en partenariat avec Special Olympics Israël.

L’objectif de ce projet de « football en commun » est d’aider les personnes ayant des difficultés d’apprentissage à se sentir égales et à leur permettre de jouer aux côtés de joueurs non handicapés. Grâce à ce projet, les deux groupes de joueurs apprendront à accepter l’autre avec toutes ses différences.

Cette année, l’IFA a lancé le projet avec trois clubs : Hapoel Beer-Sheva dans le sud du pays, Maccabi Tel-Aviv au centre et Maccabi Haïfa au nord. Un groupe de joueurs de moins de 16 ans a été sélectionné dans chacun de ces clubs.

Chaque club organisera des séances d’entraînement communes avec des joueurs handicapés ainsi que des activités expérimentales et officielles afin de créer un esprit de groupe.

À la fin mai, un tournoi de fin de saison aura lieu au stade Ramat Gan pour les équipes mixtes des trois clubs. En même temps, il y aura une manifestation festive aux alentours du stade pour les familles des joueurs et pour le public en général.

L’an prochain, l’IFA prévoit d’avoir trois équipes dans chaque région et espère atteindre, dans les deux années qui suivent, le nombre de cinq dans chaque région. Plus tard, elle aimerait lancer une ligue particulière ou un tournoi sous forme de coupe pour les personnes en situation de handicap.

« Les réactions des joueurs sont incroyables », affirme Ziv Solomon, directeur du département des juniors, qui est responsable du projet. « Ils sont enthousiastes et reconnaissent que, dans leurs vies quotidiennes, ils n’auraient jamais rencontré ces personnes aux besoins particuliers. Les joueurs disent également qu’ils vont dorénavant tenter d’être plus tolérants et essayer d’aider ceux qui sont plus faibles et différents d’eux. »

Article publié à l'origine dans UEFA Direct n°183

Haut