Grandes équipes : Bayern 1973–76

Le dernier épisode de notre série sur les équipes de légende rend hommage au Bayern, maître de l'Europe dans les années 1970.

Franz Beckenbauer brandit le trophée après le deuxième triomphe du Bayern
Franz Beckenbauer brandit le trophée après le deuxième triomphe du Bayern ©Getty Images

UEFA.com revient sur les années fastes du FC Bayern München, véritable maître des pelouses européennes dans les années 1970.

Âge d'or
L'Allemagne de l'Ouest a remporté son premier Championnat d'Europe de l'UEFA en 1972 grâce à une équipe constituée essentiellement de pensionnaires du Bayern. Parmi eux, Franz Beckenbauer, Gerd Müller ou encore Sepp Maier ont permis aux Bavarois d'avoir la main-mise sur l'Europe durant près de cinq ans.

Premier club allemand à brandir la Coupes des champions en battant le Club Atlético de Madrid, le Bayern conserve son titre face au Leeds United AFC puis à l'AS Saint-Étienne.

Uli Hoeness en 1974
Uli Hoeness en 1974©Getty Images

Savant mélange
Emmené par Udo Lattek, Munich confirme ses ambitions en évoluant à partir de 1972 à l'Olympiastadion.

Beckenbauer, qui était déjà une star en Allemagne à l'époque, explique à UEFA.com ce que Lattek a apporté à l'équipe : "Nous avions des joueurs qui avaient l'expérience de la Coupe du Monde et du Championnat d'Europe et d'autres plus jeunes comme Uli Hoeness et Paul Breitner. Notre domination aura été relativement courte, mais nous avons tiré le meilleur parti des qualités de chacun pour remporter trois titres de rang en Bundesliga comme en Coupe d'Europe."

Philosophie révolutionnaire
Comme Lattek, son successeur en 1975 et 1976, Dettmar Cramer utilisa le marquage individuel et un jeu tourné vers l'attaque. Le Bayern jouait en 1-3-3-3 avec un libéro nommé Beckenbauer ayant mandat pour jouer partout sur le terrain. Quant à Müller, son domaine était la surface adverse.

Joueurs star
Gerd Müller
: Peut-être le plus grand buteur de l'histoire du football. Müller a inscrit 365 buts en 427 matches de Bundesliga pour le Bayern, 66 en 74 matches européens, et, encore plus étonnant, 68 buts en 62 sélections. Il en a marqué 11 durant le Championnat d'Europe 1972, dont deux en finale contre l'URSS. Il a remporté le Ballon d'Or 1970 après avoir marqué dix buts à la Coupe du Monde. Il en a marqué quatre lors du Mondial 1974, y compris le but de la victoire en finale face aux Pays-Bas. C'était le dernier but inscrit par Der Bomber qui se retirait à l'âge de 28 ans invoquant des raisons personnelles.

Franz Beckenbauer : Grand nom de l'histoire du football, Beckenbauer confirmait sa présence au plus haut niveau international en prenant le capitanat de l'Allemagne de l'Ouest pour son premier sacre en Championnat d'Europe de l'UEFA. Aux commandes des opérations depuis son poste de libéro, son équipe domina en 1972 puis à nouveau à la Coupe du Monde de la FIFA deux ans plus tard. En plus de ses succès internationaux, Beckenbauer menait également le Bayern au triplé en Coupe des clubs champions européens (1974-76) et fut élu deux fois Ballon d'Or, en 1972 et 1976. L'affable Bavarois devint ensuite sélectionneur de l'Allemagne de l'Ouest, remportant notamment la Coupe du Monde 1990

Sepp Maier : Considéré par beaucoup comme le meilleur portier allemand de tous les temps, Josef ‘Sepp' Maier accumule 95 sélections entre 1966 et 1979, remporte le Championnat d'Europe en 1972 et la Coupe du Monde, dans sa ville natale de Munich, deux ans plus tard. Connu pour ses gros gants et ses longs shorts, il participe à quatre Coupes du Monde et officiait dans les cages du FC Bayern München lors du triplé en Coupe des clubs champions européens de 1974 à 1976. Membre inamovible de l'équipe d'Helmut Schön en 1972, il devient le premier gardien à ne pas encaisser de but en finale d'un Championnat d'Europe quand l'URSS s'incline 3-0 à Bruxelles. Quatre ans plus tard, à Belgrade, il doit s'employer un peu plus contre la Tchécoslovaquie, qui passe deux buts dans le jeu et les cinq tirs au but. Il passe l'intégralité de sa carrière au Bayern avant d'en devenir l'entraîneur des gardiens.

Leurs mots
: "Jamais je n'oublierai le premier titre européen. C'était le plus important et la sensation de la victoire a changé au cours des deux années suivantes. Nous n'étions pas au sommet de notre forme à cette époque, mais nous avons compensé avec de l'expérience pour nous concentrer sur les matches les plus importants."