UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

L’UEFA salue la résolution du Parlement européen sur la politique des sports de l’UE

Les membres du Parlement européen rejettent expressément la « Super League ».

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui une résolution globale sur la politique des sports de l’Union européenne (UE) et a appelé à prendre des mesures pour protéger le sport européen de la menace que représentent les compétitions dissidentes telles que la tentative de « Super League » européenne. La résolution, dont Tomasz Frankowski, ancien footballeur international polonais et membre du Parlement européen, est le fer de lance, a été approuvée par une écrasante majorité des membres du Parlement européen, issus des 27 États membres de l’Union européenne.

L’UEFA salue cette résolution, qu’elle considère comme une étape importante dans le développement d’un modèle sportif européen basé sur les valeurs, la solidarité et le mérite sportif. Le « rapport Frankowski » contient des recommandations spécifiques et réalisables sur des questions clés, telles que la bonne gouvernance, la solidarité, l’égalité des genres, la diversité et les droits fondamentaux, l’intégrité, le football de base, la durabilité, et la santé et le bien-être.

En outre, le Parlement européen, en tant qu’institution politique majeure de l’UE, est unanime face aux menaces majeures qui pèsent actuellement sur le sport européen. Ses membres condamnent fermement et directement les compétitions dissidentes, telles que le projet de « Super League » européenne, qui sapent les valeurs et les principes du sport européen, servent les intérêts des élites et visent le profit sans aucun égard pour des processus décisionnels inclusifs. Le Parlement européen s’oppose aussi aux récentes propositions d’organiser la Coupe du monde tous les deux ans, appelant les organisations sportives à respecter la fréquence actuelle des manifestations sportives internationales majeures. Il demande aussi le développement de cadres européens dans le but de moderniser les systèmes de transfert des joueurs et de répondre aux besoins, aux normes et aux objectifs spécifiques européens.

L’UEFA collaborera avec les associations nationales de football et les principales parties prenantes du football européen, à savoir les supporters, les joueurs et les joueuses, les clubs et les ligues, pour atteindre les objectifs de la résolution et mettre en œuvre les recommandations de celle-ci. Les instances dirigeantes dans le domaine sportif et les institutions européennes doivent également poursuivre leur étroite collaboration pour répondre aux priorités européennes, atteindre les objectifs de la politique publique et obtenir des résultats sur le plan social.

En outre, le rapport « reconnaît les efforts déployés par les organisations et associations sportives pour garantir la mise en œuvre des principes de bonne gouvernance dans le sport ». Dans ce contexte, l’UEFA a invité Tomasz Frankowski, fer de lance de la résolution et coprésident du groupe « Sport » du Parlement européen, à présenter son rapport aux principales parties prenantes du football européen lors de la prochaine séance plénière de la Convention sur l’avenir du football européen, qui aura lieu début 2022.

« Le message du Parlement européen au nom des citoyens de l’UE est clair », a déclaré Aleksander Čeferin, président de l’UEFA au sujet de cette résolution. « L’Europe, les Européennes et les Européens s’opposent fondamentalement aux projets dissidents, comme celui, raté, de "Super League" européenne, qui menacent les valeurs du sport européen. Le football européen n’est pas un marché destiné uniquement à satisfaire les intérêts de l’élite et à faire du profit : c’est une belle réussite européenne qui sert l’ensemble de la société. Nous continuerons à travailler avec l’UE pour renforcer et protéger le modèle sportif européen dans le football européen. »