Les métiers de joueur et d’entraîneur vus par Robbie Keane

Robbie Keane a connu une splendide carrière de joueur. L’Irlandais, qui a été un redoutable attaquant dans la Premier League anglaise et en sélection nationale, nous explique comment il espère connaître un succès similaire en tant qu’entraîneur.

Robbie Keane lors du cours du Programme d'échange de candidats à la licence Pro de l'UEFA
Robbie Keane lors du cours du Programme d'échange de candidats à la licence Pro de l'UEFA ©UEFA

À l’image de sa vitesse qui laissait pantois les défenseurs en Premier League anglaise et dans les matches internationaux, Robbie Keane n’a pas perdu de temps sur le plan professionnel : en 2018, il a raccroché les crampons après 21 saisons en tant que joueur professionnel, et il s’est lancé dans une carrière d’entraîneur la même année.

Néanmoins, pour Keane, aujourd’hui entraîneur assistant au Middlesbrough FC et dans la sélection de la République d'Irlande, la décision n’a pas été hâtive. En effet, le meilleur buteur de la République d'Irlande planchait depuis six ans sur son diplôme d’entraîneur de l'UEFA quand il a été nommé à son premier poste d’entraîneur.

Robbie Keane écoute une présentation lors du cours.
Robbie Keane écoute une présentation lors du cours.©UEFA

La transition de joueur à entraîneur, le sens du but et les différents défis liés au rôle de l’entraîneur à l’échelle des clubs et des équipes nationales ont fait partie des sujets couverts par Keane devant les aspirants entraîneurs lors du cours du Programme d'échange de candidats à la licence Pro de l'UEFA organisé à Nyon. 

S’adressant aux journalistes d’UEFA.com, Keane, qui a inscrit 68 buts en un record de 146 sélections sous le maillot de la République d'Irlande, a expliqué sa décision de devenir entraîneur : « Quand vous êtes jeune, que vous avez 21 ans, vous ne pensez pas à entraîner. Et c’est normal. Vous êtes jeune, vous vous concentrez sur ce que vous faites, votre carrière commence à peine.

» Mais quand vous arrivez en fin de carrière, c'est certainement une chose à laquelle vous pensez. À l’âge de 30 ans, j’ai commencé à observer de près les entraîneurs, leur façon de me traiter, de traiter les autres joueurs, de s’adresser aux gens, de parler aux médias et d’organiser les séances d’entraînement. J’étudiais tout cela de près. Les entraîneurs ne le remarquaient pas. Il était évident pour moi que tout cela m’intéressait. »

Pour parler du passage de joueur à entraîneur, Keane a ajouté : « Avoir été joueur vous permet de comprendre ce qui se joue dans les vestiaires. Cela vous permet également d’avoir l’expérience des supporters, des matches à l’extérieur et de savoir ce que ça fait de quitter la maison un mardi soir d’hiver pour jouer à l’extérieur. Vous savez déjà comment gérer les médias. La moitié du chemin est donc faite en matière de risques liés aux entretiens.

L'un des 68 buts de Keane pour la République d'Irlande, face à Gibraltar en 2014
L'un des 68 buts de Keane pour la République d'Irlande, face à Gibraltar en 2014©Getty Images

» Mais cela ne signifie pas pour autant que vous serez aussi bon entraîneur qu’un entraîneur qui n’a jamais été joueur professionnel. Le fait d’avoir été joueur vous apporte de l’expérience et vous donne une idée de comment traiter les gens, leur parler et les respecter. » 

Keane, qui a notamment joué sous les maillots de Tottenham Hotspur, Liverpool et Leeds, ainsi que de LA Galaxy aux États-Unis, s’est donné comme but en tant qu’entraîneur de transmettre cette expérience à ses joueurs. « Je pense que les gens ont tendance à oublier les petits détails, a-t-il poursuivi. Tout le monde peut organiser une séance d'entraînement. Nous en avons tous fait. J’ai suivi des entraînements pendant vingt ans. Durant toutes ces années, j’ai connu différents entraîneurs, qui avaient différents styles et proposaient différentes variantes pour arriver à leurs fins.

» Mais le facteur clé, ce sont les petits détails. Si le joueur peut ramener chez lui une petite chose de sa séance d'entraînement qui l’aidera à s’améliorer ou acquérir ces connaissances qu’on aimerait qu’il utilise lors du match du samedi, alors l’entraîneur a déjà réussi son travail. »

Les autres intervenants lors du cours de l’UEFA étaient Michael O’Neill, entraîneur de l’équipe nationale d’Irlande du Nord, Bernhard Heusler, ancien président du FC Bâle, Sergio Lara-Bercial, maître de conférences dans le domaine de la formation de professionnels du sport à l’université Leeds Beckett, et Josh Hershman, sous-directeur de Ten Toes Media.

Pendant les discussions, l’accent a été mis sur les thèmes clés de la dernière saison de l'UEFA Champions League, comme le souligne le rapport technique de l’UEFA Champions League 2018/19, fraîchement publié. Les rapports techniques donnent des informations importantes, tant techniques que tactiques, sur le développement du football européen. Ils disposent aujourd’hui de leur propre site Internet : www.uefatechnicalreports.com

 

Haut