UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Fitness for Football, phase pilote terminée

La phase pilote des séminaires Fitness for Football pour les entraîneurs et formateurs d’entraîneurs s'est conclue à Bakou.

Le premier cycle de séminaires Fitness for Football s’est conclu cette semaine à Bakou (Azerbaïdjan), au terme du troisième évènement du type qui a réuni 17 associations nationales européennes dans un dialogue entre responsables de la formation des entraîneurs, experts en condition physique et experts médicaux.

Suite à deux séminaires similaires organisés l’an dernier à Oslo et Istanbul, Frank Ludolph, le responsable des services de formation de l’UEFA, pouvait s’estimer satisfait de la participation de toutes les associations membres de l’instance dirigeante européenne.

"Nous avons reçu des retours précieux de la part des délégués, qui ont apprécié les informations reçues de la part d’experts dans ce domaine spécifique et si important", déclarait-il jeudi, en conclusion de ce séminaire de quatre jours. "Les responsables de la formation des entraîneurs ont découvert de nouvelles idées dans le domaine de la préparation physique qui pourraient être intégrées dans leurs programmes nationaux respectifs."

"Le cycle pilote est désormais terminé et toutes les associations membres ont eu l’occasion d’y participer. Le concept sera développé à l’avenir. À compter de la saison prochaine, ce sujet sera affiné dans le cadre du Plan du Groupe d’études de l’UEFA. Un groupe spécifique d’experts est en place pour travailler sur les détails."

Le séminaire a alimenté le dialogue sur le sujet de la préparation physique, dans le cadre d’un séminaire à l’emploi du temps bien rempli, composé de discussions de groupe, de mini-ateliers et de débats. Cet évènement a également été l’occasion de faire passer le message spécifique au football qui est à la base de cette initiative inspirée par le Panel Jira de l’UEFA.

Paul Balsom, responsable "performances" de l’équipe nationale de Suède et du Leicester City FC, a pris la parole jeudi pour décrire les exigences liées au football d’élite, en termes de critères physiques : "Si les entraîneurs comprenaient ces exigences, ils pourraient modifier en conséquence leurs programmes d’entraînement." Le facteur clé consiste à reproduire à l’entraînement les conditions de match, expliquait-il avant d’animer une séance pratique composée d’exercices d’entraînement que les entraîneurs et formateurs devaient évaluer.

Parmi les sujets abordés figurait la méthodologie visant à quantifier les exigences physique du football, comme le suivi GPS et la mesure des pulsations cardiaques. Mais l’analyse de ces données et l’efficacité de leur utilisation continuent de poser problème.

Membre de la Commission médicale de l’UEFA, le Dr Mogens Kreutzfeldt s’est exprimé sur les blessures et leur prévention au niveau senior : en s’appuyant sur l’étude des blessures en UEFA Champions League (couvrant la période 2001–13), il a partagé des informations pratiques dans ce domaine. Kreutzfeldt a démontré que plus le niveau était élevé, plus le risque de blessure augmentait. Il a par ailleurs traité de la situation du football junior dans une présentation à part.

Dave Rennie, kiné à Leicester City, a présenté une approche intégrée de la prévention et du traitement des blessures, en soulignant l’importance de la communication entre les kinés et les scientifiques spécialisés dans le sport ainsi que les entraîneurs. "En collaborant ensemble, nous avons une chance", expliquait-il, avant d’ajouter que les entraîneurs devaient être sensibilisés à ce domaine, car la prévention des blessures constitue la base sur laquelle se construit un programme de développement d’équipe. "C’est un outil très important pour les entraîneurs, et ça offre par ailleurs plus d’opportunités aux joueurs en renforçant leur robustesse."

La formation des joueurs sur le long terme a dominé les débats du mercredi, animés par Fritz Schmid, formateur d’entraîneurs pour l’UEFA, la FIFA et l’Association suisse de football (SFV-ASF).0 "Les acteurs clés doivent développer ensemble une stratégie commune pour la formation des jeunes footballeurs", déclarait-il. Plus tard, les participants étaient répartis en groupes afin de faciliter leurs échanges d’exemples de meilleures pratiques. Paul Balsom a été impressionné par les interactions entre les associations nationales présentes et par leur volonté d’échanger leur précieux savoir-faire.

Stimulés par la contribution des experts en condition physique de l’UEFA, les délégués des associations membres ont déclaré leur volonté d’intégrer des cours sur ce domaine dans leurs différents programmes de formations d’entraîneurs à tous les niveaux, tout en se familiarisant avec les dernières tendances.

La transmission de ces savoirs sous l’égide de l’UEFA a ravi Andrey Leksakov, le directeur technique de l’Union russe de football. "Nous estimons que l’UEFA va dans la bonne direction en explorant avec nous différents domaines techniques", jugeait-il. "Ces séminaires sont très bénéfiques et ils nous apportent des informations précieuses, avec une réelle dimension pratique. Ils nous permettent d’évaluer ce que nous faisons dans ces domaines par rapport aux activités de l’UEFA. Nous adressons tous nos remerciements à l’UEFA pour cette occasion d’échanger nos propres expériences. Nous formons tous une grande famille du football."