15 ans d’un programme de solidarité majeur

Depuis 2004, le programme d’assistance novateur HatTrick de l’UEFA a largement influencé le paysage footballistique dans les pays des 55 associations membres de l’UEFA.

Le programme HatTrick ne finance pas que des infrastructures : il investit également dans le développement du football de base et l'education, comme ici dans un village d'Islande
Le programme HatTrick ne finance pas que des infrastructures : il investit également dans le développement du football de base et l'education, comme ici dans un village d'Islande ©UEFA.com

Tous les passionnés du football savent que le coup d’envoi de l’EURO 2020 sera donné dans moins d’un an et que, pour la première fois dans l’histoire du Championnat d’Europe, cette édition sera organisée dans douze villes à travers l’Europe. Ce que beaucoup ne savent cependant pas, c’est que l’EURO 2020 permettra d’injecter 775,5 millions d’euros dans les caisses du programme HatTrick.

Né en 2004, le programme HatTrick repose sur une idée simple : injecter une grande part des recettes du Championnat d’Europe dans le développement du football, de trois manières (d’où le nom du programme) : investissement, formation et partage de connaissances. D’ici à 2024, le programme HatTrick aura mis à disposition des associations membres de l’UEFA la somme remarquable de 2,6 milliards d’euros.

Qu’a fait HatTrick pour le football ?

Toute personne souhaitant jouer au football ne devrait jamais avoir à parcourir de longues distances pour trouver un terrain. Ces quinze dernières années, le programme HatTrick a exercé une grande influence sur le paysage footballistique des 55 associations membres de l’UEFA. Il a permis de tisser de nouveaux liens entre l’UEFA et ses associations membres dans le cadre d’une vision commune à long terme en faveur du football. Il a aussi contribué à augmenter le nombre de joueurs actifs, indépendamment de leur niveau, de leur âge et de leur sexe. Le programme HatTrick a permis de rapprocher des communautés, de créer de nouvelles amitiés et d’apporter joie et santé grâce à la magie innée du football.

Le stade Lilleküla, à Tallinn (Estonie). Le programme HatTrick avait contribué à sa rénovation
Le stade Lilleküla, à Tallinn (Estonie). Le programme HatTrick avait contribué à sa rénovation©UEFA.com

Concrètement, le programme HatTrick a participé à la construction de 34 des 55 centres de formation des équipes nationales et de 31 sièges d’association parmi les associations membres de l’UEFA. Ces installations sont le lieu où le football se joue et se développe, non seulement au niveau élite, mais aussi dans de nombreux autres domaines clés, tels que le football de base, la formation, la formation technique, l’entraînement et l’arbitrage, sans oublier les activités quotidiennes et la gouvernance du football.

Près de 60 % des stades nationaux utilisés actuellement en Europe ont bénéficié d’un soutien du programme HatTrick, dans le cadre de travaux soit de construction, soit de rénovation pour les moderniser et veiller à la sécurité des joueurs et des spectateurs. Le programme a également aidé à construire plus de 3000 miniterrains.

Les investissements ont eu un effet boule de neige : des statistiques montrent que, pour chaque euro versé par le programme HatTrick, 3,50 euros sont apportés par d’autres organes, tels que des associations nationales, des clubs, des autorités locales ou des instances gouvernementales. C’est par le biais de ce financement partagé que le football croît véritablement, grâce à de nouvelles relations, à l’innovation et à la solidarité dans le sport.

Toutefois, le programme HatTrick ne se limite pas aux besoins évidents en matière d’infrastructures. Parfois, il faut braquer les projecteurs sur des aspects du football qui sont moins avancés ou qui restent dans l’ombre du football d’élite. Par exemple, en 2010, le football féminin était à la croisée des chemins ; il avait besoin d’un avenir nouveau et plus fort. Le Programme de développement du football féminin de l’UEFA, financé par le programme HatTrick, a été lancé comme une solution potentielle et, depuis, le football féminin connaît un véritable boom. Plus de 450 projets ont jusqu’à présent été financés, pour un total de 82,2 millions d’euros sur l’ensemble des 55 associations membres de l’UEFA. Plus de la moitié de ces projets soutiennent le football de base à l’intention des filles et des femmes.

Le football de base en général connaît une histoire positive similaire. Toutes les associations membres de l’UEFA ont signé la Charte du football de base de l’UEFA, qui vise à stimuler sans cesse le développement de la base. La charte a aujourd’hui pour mot d’ordre « GREAT », un acronyme formé par les cinq catégories suivantes : Growth (croissance), Retention (fidélisation), Education (formation), Always fair (fair-play) et Terms (conditions préalables).

Évolution financière du programme HatTrick
Évolution financière du programme HatTrick©UEFA.com

Le programme Football et responsabilité sociale de l’UEFA constitue un autre exemple de réussite liée au programme HatTrick. Lancé en 2016, il a permis de financer à ce jour plus de 80 projets sociaux et environnementaux. La procédure d’octroi de licence aux clubs est une autre belle réussite, toujours dans le cadre du programme HatTrick. Pour le moment, 53 associations membres de l’UEFA sur 55 ont mis en oeuvre cet important système. Parmi elles, 38 ont élaboré, par la suite, leur propre procédure à l’échelle nationale.

HatTrick V s’étendra de 2020 à 2024. Afin de veiller à ce que l’élan soit maintenu et de garantir une croissance continue, il fournira à chaque association membre de l’UEFA 4,5 millions d’euros en vue d’investissements, ainsi que les paiements incitatifs annuels suivants :

  • Frais de fonctionnement : 800 000 euros ;
  • Participation aux compétitions juniors, féminines, de futsal et amateurs : 250 000 euros ;
  • Procédure d’octroi de licence aux clubs de l’UEFA : 250 000 euros ;
  • Bonne gouvernance : 200 000 euros ;
  • Charte du football de base de l’UEFA : 200 000 euros ;
  • Programme de développement du football féminin de l’UEFA : 150 000 euros ;
  • Convention des entraîneurs de l’UEFA : 100 000 euros ;
  • Convention de l’UEFA concernant l’arbitrage : 100 000 euros ;
  • Développement des joueurs juniors d’élite : 100 000 euros ;
  • Football et responsabilité sociale : 100 000 euros ;
  • Participation des équipes nationales : 100 000 euros ;
  • Lutte contre le trucage de matches et intégrité : 50 000 euros.

HatTrick figure parmi les plus grands programmes de solidarité établis par une institution sportive au monde.

En quinze ans, le programme a pu s’attaquer à de grands besoins en matière de développement et a cherché les volets moins exposés du football qui nécessitaient une attention et un soin particuliers. Il est difficile de savoir combien de millions de personnes ont bénéficié du programme HatTrick ; ce qui est cependant sûr, c’est qu’il faut poursuivre l’effort et continuer de développer le football.

Article publié à l'origine dans UEFA Direct n°185

Haut