L'appel de Majorque est rejeté

L'Instance d'appel de l'UEFA a rejeté l'appel du RCD Mallorca et confirmé la décision prise par l'Instance de contrôle et de discipline de l'UEFA d'exclure l'équipe espagnole des compétitions de clubs de l'UEFA en 2010/11.

L'Instance d'appel de l'UEFA a rejeté aujourd'hui l'appel interjeté par le club espagnol du RCD Mallorca, confirmant la décision prise par l'Instance de contrôle et de discipline de l'UEFA d'exclure l'équipe espagnole des compétit!ons de clubs de l'UEFA pour la saison 2010/11.

Le 22 juillet 2010, l'Instance de contrôle et de discipline de l'UEFA avait estimé que les critères d'admission (Article 2.07 du Règlement de l'UEFA Europa League) n'étaient pas remplis et que la licence du club n'était pas conforme au Règlement sur les licences de clubs de l'UEFA, édition 2008.

Parmi les expertises sur lesquelles s'est basée l'Instance de contrôle et de discipline de l'UEFA pour prendre sa décision figure la conclusion du Panel de contrôle financier des clubs (CFC). Le Panel CFC, présidé par l'ancien Premier ministre de la Belgique, M. Jean-Luc Dehaene, est l'instance qui est entre autres chargée d'évaluer si les clubs satisfont aux obligations définies par le Règlement sur les licences de clubs de l'UEFA et, en conséquence, quelles licences peuvent leur être accordées.

Lors de sa réunion du 14 juillet 2010, le Panel CFC a conclu à l'unanimité que la licence du RCD Mallorca n'était pas conforme et que le club n'avait pas suffisamment respecté ses obligations financières.

Le travail actuel du Panel CFC consiste à préparer la mise en place des mesures de fair-play financier récemment approuvées. Ces mesures ont pour but de limiter les dépenses, ainsi que les montants de transfert et les salaires excessifs, qui ont mis le football en danger ces dernières années. La santé et la viabilité du football européen sur le long terme, mais aussi l'intégrité et la bonne tenue des compétitions, nécessitent une plus grande discipline et un comportement financier plus rationnel de la part des clubs, qui vont devoir se montrer plus responsables et ne pas dépenser plus qu'ils ne gagnent, tout en faisant ponctuellement la preuve de leur viabilité.

Le club peut saisir uniquement le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour contester la décision de l'Instance d'appel.

Haut