Un nouveau mandat pour Aleksander Čeferin

Le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, a été réélu pour un mandat de quatre ans lors du 43e Congrès ordinaire, à Rome, et souligne que l’Europe du football doit rester « respectueuse, respectable et respectée ».

Le président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, a été réélu pour un nouveau mandat.
Le président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, a été réélu pour un nouveau mandat. ©UEFA via Getty Images

Le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, restera à la tête du football européen ces quatre prochaines années, après avoir été réélu pour un second mandat lors du 43e Congrès ordinaire de l’UEFA, à Rome.

Le Slovène de 51 ans, élu en qualité de septième président de l’UEFA en septembre 2016, a été renouvelé dans ses fonctions par acclamation jeudi par les délégués des 55 associations membres de l’UEFA. Il a déclaré à cette occasion que l’unité, l’espoir, le respect et la solidarité seraient les éléments clés de la stratégie, de la mission et des activités de l’UEFA durant son prochain mandat.

L’Europe du football, a-t-il affirmé, doit rester « respectueuse, respectable et respectée ».

« Merci encore une fois de m’avoir accordé votre confiance », a-t-il déclaré aux délégués des associations. « J’en suis touché et honoré. »

Aleksander Čeferin a souligné qu’en dépit des récents succès et développements positifs, en particulier concernant l’esprit d’unité qui prévaut dans le football européen, l’UEFA ne doit pas se contenter de remplir sa fonction d’instance dirigeante du jeu sur le continent. « Le plus grand danger serait de nous endormir sur nos lauriers et de nous réjouir de la situation actuelle, a-t-il indiqué. Certes, notre bilan est assez exceptionnel [...], mais cela ne suffit pas.

» Dans un monde en constante mutation, où tout s’accélère, où le rapport au temps n’est plus le même, où chaque jour voit poindre un nouveau défi, nous allons non pas simplement devoir nous adapter, [mais] nous allons surtout devoir anticiper et mener à bien de grands projets.

» Les succès à court terme que nous avons obtenus dernièrement ne doivent pas nous faire oublier les défis ô combien plus compliqués de demain. »

Se penchant tout d’abord sur les questions footballistiques, le président de l’UEFA a attiré l’attention sur le statut important des compétitions européennes majeures pour équipes nationales, à savoir l’EURO et l’UEFA Nations League. Cette dernière promet selon lui d’être un succès retentissant, tandis que l’UEFA EURO 2020, qui se jouera dans 12 villes d’Europe l’été de l'année prochaine, « enverra un message fort non seulement aux amoureux du football, mais aussi aux citoyens européens dans leur ensemble. Le message d’une Europe ouverte, tolérante et unie. »

Le football féminin, il l'a promis, sera amené à un autre niveau grâce à l’EURO féminin de l’UEFA 2021, en Angleterre.

Aleksander Čeferin a insisté sur le fait que l’UEFA relèvera aussi les nombreux défis qui se présenteront à elle en dehors du terrain, en poursuivant sa nouvelle stratégie définie pour la période 2019-24, et qu’elle travaillera en étroite collaboration avec les parties prenantes clés pour façonner un avenir radieux pour le football européen.

« Nous allons travailler main dans la main avec notre partenaire, l’ECA [l’Association des clubs européens], pour dessiner les compétitions de clubs de demain, des compétitions de clubs adaptées à leur temps, passionnantes, intenses et ouvertes. Des compétitions d’un genre nouveau, qui donneront une nouvelle dimension au football européen, mais toujours basées sur deux principes sur lesquels nous ne dérogerons pas : les clubs des 55 associations membres pourront avoir une chance d’y participer, et les qualifications se baseront sur le mérite sportif. »

Le président de l’UEFA a souligné que l’UEFA cherchera à entretenir une relation fructueuse avec la FIFA : « nous serons une force de proposition à la FIFA, et non pas une force d’opposition.
Nous travaillerons avec l’instance dirigeante mondiale pour que le football puisse demeurer le sport numéro 1 au monde, mais aussi pour que l’Europe continue d’être le continent leader de notre sport. »

Aleksander Čeferin a déclaré qu’un des enjeux majeurs des prochaines années consistera à rendre le football plus accessible pour les supporters de toute la planète, notamment grâce à de nouvelles plateformes numériques prometteuses.

« C’est la raison pour laquelle je suis heureux de vous annoncer que l’UEFA lancera, dans les six prochains mois, sa plateforme OTT, a-t-il déclaré. Une révolution est en marche. Nous en avons pleinement conscience et nouons des partenariats historiques avec les groupes mondiaux leaders du domaine.

» Comme vous le savez, nous avons déjà commencé à aller dans cette direction grâce à un accord de sponsoring avec le groupe Alibaba. Ce partenariat est plus qu’un simple accord de sponsorship. C’est un accord qui ouvre sur de nouveaux horizons, comme la création d’un centre d’excellence sur les nouvelles technologies dans le football ou des projets communs de commerce électronique.

» Ensemble, nous inventons demain, et notre seule limite est notre imagination. »

Le président de l’UEFA a ensuite précisé que l’accent sera mis sur le football de base et la formation, et qu’un travail concerté sera accompli pour « rendre le football plus juste » grâce à la poursuite du développement de la procédure de fair-play financier, qui a contribué à restaurer la stabilité du football interclubs européens.

« Nous adapterons les règles du fair-play financier, a-t-il expliqué, avec le but d’établir un nouvel équilibre européen, où chacun puisse trouver sa juste place.

» Les premiers objectifs du fair-play financier ont été atteints. La santé financière des clubs européens est meilleure que jamais, le problème de la dette a été résolu dans de nombreux pays, et les impayés envers les clubs, les entraîneurs et les joueurs semblent en passe d’être un mauvais souvenir.

» Il faut désormais passer à la seconde phase de ce grand projet européen, en concertation avec l’ECA, afin que chaque club européen puisse exploiter son plein potentiel de développement. »

Aleksander Čeferin a évoqué le travail à accomplir : « Ne vous attendez pas à des miracles. L’histoire est un éternel recommencement, et seuls les doux rêveurs ou les charlatans prétendent qu’ils peuvent d’un simple coup de baguette magique changer le cours de l’histoire.

» Comment faire des miracles quand on sait que le problème de l’équilibre des compétitions existe depuis toujours ? Comment faire des miracles quand on vit dans un monde où 1 % de la population possède plus de 50 % des richesses de notre planète ?

» Comment faire des miracles dans une société en proie au doute, où le repli sur soi est un réflexe de survie, où la volonté de construire des murs est plus forte que celle de construire des ponts, et où l’entre-soi a pris plus d’importance que l’entraide ?

» Ce que je peux vous promettre », a conclu le président de l’UEFA, « c’est qu’au cours de ce mandat, nous travaillerons ensemble à une Europe du football unie, une Europe du football respectueuse, respectable et respectée, une Europe du football solidaire et porteuse d’espoir.

» Une Europe du football qui aille à contre-courant de l’Europe telle que nous la vivons aujourd’hui. »

Haut