Schalke-Manchester City : explication des interventions du VAR

Le protocole VAR a été correctement appliqué pendant la rencontre des huitièmes de finale de l'UEFA Champions League ayant opposé Schalke à Manchester City mercredi dernier, où deux penalties ont été accordés, l'accent ayant été mis sur l’exactitude plutôt que sur la vitesse.

L'assistance vidéo à l'arbitrage en action lors de la rencontre d'UEFA Champions League entre Schalke et Manchester City
L'assistance vidéo à l'arbitrage en action lors de la rencontre d'UEFA Champions League entre Schalke et Manchester City ©UEFA.com

Deux analyses de l’arbitre assistant vidéo (VAR) ont conduit à des penalties accordés pendant la rencontre d'UEFA Champions League de mercredi dernier entre le FC Schalke 04 et le Manchester City FC (2-3).

Les deux cas se sont produits pendant une période de dix minutes environ lors de laquelle le système d’assistance vidéo à l’arbitrage a subi un problème technique, ce qui a influé sur la capacité à fournir les séquences rediffusées dans la zone de visionnage située au bord du terrain.

Lorsqu'un tel dysfonctionnement du système se produit, le protocole de l'IFAB permet au VAR de décrire à l'arbitre ce qui se voit lors des séquences TV rediffusées, sans lui dicter la décision à prendre. L'arbitre prend ensuite sa décision finale en fonction de sa propre perception et des informations du VAR reçues verbalement.

En ce qui concerne la première décision, l’indisponibilité de la séquence rediffusée de l'incident dans la zone de visionnage a conduit à un retard dans la prise de la décision d'accorder un penalty pour une faute de main, tandis que le VAR a décrit verbalement la situation à l'arbitre pour lui permettre de prendre la décision finale et de fournir une explication aux capitaines des deux équipes afin de clarifier la situation quant à la zone de visionnage et au processus décisionnel.

La seconde décision a également été prise conformément à la Loi 11 (« Hors-jeu ») des Lois du Jeu, qui dispose que, « dans les situations où un joueur se trouvant en position de hors-jeu se dirige vers le ballon avec l'intention de jouer le ballon et qu'il est victime d'une faute avant de jouer ou de tenter de jouer le ballon, ou avant de disputer le ballon à un adversaire, la faute est sanctionnée car elle s'est produite avant l'infraction de hors-jeu. »

Les images ci-dessus – prises exactement au même moment sous deux angles différents – montrent clairement qu'une faute est commise à l'intérieur de la surface avant que le joueur de Schalke ne puisse même tenter de jouer le ballon, et cette infraction doit donc être sanctionnée par un penalty.

Roberto Rosetti, responsable en chef de l'arbitrage de l'UEFA, a commenté ces deux décisions : « Je suis ravi de constater que, même si l'arbitre n'avait pas la possibilité d'examiner les incidents lui-même, l'excellente coopération de l'équipe arbitrale a permis de prendre les bonnes décisions.

» Il convient également de souligner que, comme le décrit le protocole VAR, "la précision est plus importante que la vitesse" pour prendre une décision. S’il est clair que les problèmes techniques d’hier soir ont influé sur le temps nécessaire pour prendre des décisions, nous sommes pleinement conscients que le facteur temps est la clé du succès pour l’assistance vidéo à l’arbitrage, et nous mettons tout en œuvre pour que les analyses soient aussi rapides et efficaces que possible.

» Cependant, ce que nous voulons en fin de compte, ce sont des décisions correctes dans des situations pouvant changer le cours du match, et c'est ce que nous avons obtenu hier. »

L’UEFA examinera également la question de la défaillance technique du système d’assistance vidéo à l’arbitrage afin de s’assurer que ce problème ne se reproduira plus à l’avenir.

Haut