Eunate Arraiza : la persévérance paie

Eunate Arraiza est l’exemple parfait de quelqu’un qui a su surmonter un obstacle de la vie. La joueuse de l’Athletic Club et de l’équipe nationale féminine espagnole a appris à vivre avec un sévère handicap auditif pour percer dans le football, préparer son avenir et réaliser toute une série de rêves.

Diagnostiquée déficiente auditive à l’âge de deux ans, Eunate Arraiza a dû travailler bien plus que les autres pour réaliser son rêve : devenir une footballeuse professionnelle. Aujourd’hui, elle est l’unique joueuse professionnelle malentendante d’Espagne, et elle rêve de participer à la prochaine Coupe du monde féminine de la FIFA, en France.

Chaque mois, dans le cadre de sa campagne #EqualGame, l'UEFA dresse le portrait d'une personne provenant de l'une de ses 55 associations membres. Cette personne illustre comment le football favorise l'inclusion, l'accessibilité et la diversité ; son histoire montre que le handicap, la religion, l’orientation sexuelle, l'origine ethnique et le milieu social ne constituent un frein ni à la pratique du football, ni à l’intérêt pour ce sport.

Quand Eunate Arraiza était petite, on a découvert qu’elle souffrait d’une grave déficience auditive. Pourtant, ce handicap ne l’a en aucune façon découragée, comme l’atteste son parcours enrichissant jusqu’ici. Eunate a grandi dans un milieu rural, sa famille possédant une entreprise agricole dans le village de Biurrun, dans le nord-est de l’Espagne. L’unique footballeuse professionnelle malentendante du pays est tombée amoureuse du football, et ce sport lui donne son lot de joie et d’expériences.

Eunate, balle au pied, dans son club
Eunate, balle au pied, dans son club©UEFA via Getty Images

Eunate a travaillé sans relâche pour bâtir une impressionnante carrière de joueuse. Aujourd’hui âgée de 27 ans, elle évolue sur le côté gauche en tant que défenseuse ou milieu de terrain dans la première division espagnole, sous les couleurs de l’Athletic Club Bilbao. Elle porte aussi le maillot de la sélection nationale senior.

Elle est un exemple parfait à suivre pour toute personne devant surmonter un obstacle sérieux dans sa vie.

Eunate raconte comment son handicap a été découvert. « Quand j’avais environ deux ans, mes parents ont réalisé que quelque chose n’allait pas, car je ne répondais jamais quand ils m’appelaient. Finalement, les médecins ont confirmé que je souffrais d’une déficience auditive. »

En pleine préparation
En pleine préparation©UEFA via Getty Images

» Je suis complètement sourde de l’oreille gauche, car c’est là que ma faculté auditive résiduelle est la plus faible », explique Eunate. Elle a porté un appareil auditif jusqu’à l’âge de huit ans, jusqu’à ce qu’on lui pose un implant cochléaire, un appareil inséré dans l’oreille. « J’ai eu deux appareils, confie-t-elle. L’appareil précédent était une sorte de petite poche avec un câble et un aimant. Celui que j’ai maintenant n’a pas de poche. C’est un aimant accompagné d’une oreillette. »

Enfant, elle a été scolarisée de façon ordinaire. Malgré l’opinion d’enseignants et d’experts qui recommandaient qu’elle aille dans une école pour enfants malentendants, ses parents ont toujours pensé qu’elle avait besoin d’un environnement semblable à celui qu’elle trouverait en grandissant.

Elle a appris à parler, avec l’aide d’un orthophoniste, ainsi qu’à lire et à écrire. « J’étais une très bonne élève, ajoute-t-elle. Je devais travailler très dur. Il me fallait déployer trois fois plus d’efforts que mes camarades. » Elle s’asseyait au premier rang, devant des enseignants équipés d’appareils lui permettant de mieux entendre, comprendre et apprendre.

En parallèle, le football était omniprésent : « Je crois que mon père m’a appris à jouer au football plus que quiconque, car il était lui-même joueur, et il a déteint sur moi. J’ai toujours eu un ballon avec moi depuis toute petite, et je le prenais partout : à la maison, en dehors, dans le village pour jouer avec des amis. »

Lors d’une fête de village, la coordinatrice du football de base du club Lagunak, de la ville de Barañain, a remarqué la passion pour le football que nourrissait Eunate, alors âgée de huit ans, et l’a invitée à rejoindre l’équipe. Eunate a fait ses débuts en première division à l’âge de quatorze ans, avant que son talent ne soit repéré par l’Athletic Club Bilbao, qui l'a recrutée quand elle avait vingt ans. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que son appréhension à quitter le confort de la région dans laquelle elle avait vécu jusqu’alors ne disparaisse, car elle est vite devenue un membre respecté d’une équipe appelée à aller loin, avec notamment un titre de championnat national en 2016.

L'Athletic Club a notamment remporté le championnat espagnol féminin.
L'Athletic Club a notamment remporté le championnat espagnol féminin.©UEFA via Getty Images

Ayant remporté le championnat, l’Athletic s’est qualifié pour l’UEFA Women’s Champions League. « Cela a été un moment formidable et unique, déclare-t-elle. » Je me souviens du dernier match : au moment où le coup de sifflet final a retenti, j’ai pleuré d’émotion.

» Je me souviens de toutes ces personnes portant des écharpes, des drapeaux et des chapeaux qui demandaient des photos et des autographes. Nous avons défilé dans un bus à impériale. C’était incroyable ! J’en avais la chair de poule. »

La participation à la Champions League était un autre rêve qui se réalisait. « Nous n’avons pas eu de chance : nous avons été éliminés au premier tour. Mais c’était une grande expérience. J’aimerais disputer à nouveau cette compétition. »

En 2017, une nouvelle source de joie a suivi la victoire en championnat : Eunate est appelée en sélection nationale senior. Une fois de plus, elle fait preuve de modestie en partageant ce qu’elle a ressenti : « La vérité, c’est que je ne m’attendais pas à être appelée en sélection nationale. Je jouais avec mon équipe, à Madrid, quand, à la fin de la rencontre, le sélectionneur national était en pleine discussion avec mon entraîneur.

Eunate ne ménage aucun effort pour son club.
Eunate ne ménage aucun effort pour son club.©UEFA via Getty Images

Ils parlaient de moi et de l’équipe nationale, et se demandaient si j’étais prête. J’étais enchantée. Pour moi, c’était comme une récompense. »

Lors de sa première sélection, l’Espagne s’est imposée 6-0 face à Israël. Il s’agissait d’un match de qualification pour la Coupe du monde féminine de la FIFA, à Ramat Gan, où elle est entrée comme remplaçante. « Quand vous portez les couleurs de votre pays et entendez retentir l’hymne national, cela vous rend fière. Vous représentez votre pays au plus haut niveau. Vous êtes allée loin. »

Eunate aspire maintenant à d’autres sphères : « Ce dont je rêve, c’est d’être convoquée un jour pour disputer la Coupe du monde », dit-elle.

Sur le terrain, Eunate porte habituellement son aide auditive, sauf si, par exemple, il pleut fort ou si une tempête se lève. « Quand mon entraîneur ou mes coéquipières me parlent en me faisant face, explique-t-elle, je les comprends parfaitement. Mais quand ils me parlent en se tenant derrière moi, j’entends qu’ils me parlent, mais je ne comprends pas les informations importantes qu’ils essayent de me transmettre. »

Eunate décrit son aide auditive comme faisant partie intégrante de son corps. « Je ne l’enlève que pour dormir ou prendre une douche, dit-elle. Autrement, je le porte constamment. Quand je vais m’entraîner, je place mon appareil sur l’oreille, et je fais une queue de cheval.

» Ensuite, j’enfile mon maillot, mon short, mes chaussettes et mes chaussures, et je mets les protège-tibias. En temps normal, je dois simplement me rappeler de remettre l’appareil auditif en place, mais il y a tant d’autres choses à ne pas oublier. Je dois me rappeler que je porte l’appareil avant de m’élancer pour une tête. Je dois faire attention à ce que, s’il se casse, l’appareil ne me blesse pas. Je suis comme n’importe quelle autre joueuse, si ce n’est que je dois m’assurer que mon implant est bien en place. »

But pour l'Athletic Club !
But pour l'Athletic Club !©UEFA via Getty Images

» Quant à l’arbitre, au sifflet, au ballon, aux arbitres assistants, aux spectateurs, etc., je les entends tous parfaitement. Quand vous êtes dans le stade, quand vous jouez, vous entendez les spectateurs, le bruit. Mais, en fin de compte, vous entendez vos coéquipières plus que les spectateurs, car vous êtes concentrée sur la partie. »

Heureusement, Eunate n’a jamais fait l’objet de commentaires négatifs dans sa carrière. « Personne ne m’a jamais rien dit de mal concernant mon problème, observe-t-elle. En fait, plusieurs personnes m’ont confié que je forçais le respect, car, au bout du compte, je suis parvenue à intégrer l’équipe nationale et je joue à l’Athletic Club. »

» De nombreuses personnes me disent que je suis un exemple de persévérance. Je suis reconnaissante d’être une source d’inspiration. »
Encore une fois, Eunate fait preuve de modestie quand elle entend qu’on la voit comme un modèle. « Pour de nombreuses personnes, je suis peut-être un modèle dans le sens que j’ai surmonté des obstacles mais, comme je l’ai toujours dit, je suis une personne normale. »

» Je suis très fière d’être l’exemple de quelqu’un qui est parvenu à surmonter des obstacles et d’être importante pour ces personnes. Mais je n’ai pas la grosse tête pour autant. Mon seul problème, c'est mon audition. Je pense que j’ai une vie normale. J’étudie, je joue au football, je travaille. »

Eunate étudie également en vue d'un diplôme en promotion de l'activité physique et du sport.
Eunate étudie également en vue d'un diplôme en promotion de l'activité physique et du sport.©UEFA via Getty Images

Que conseillerait-elle à quelqu’un qui connaît le même problème qu’elle ? « Il ne faut pas penser qu’on est seul. Il ne faut surtout pas cesser de travailler. Si on aime un sport en particulier, il faut lui consacrer du temps. »

» Si vous aimez quelque chose, vous devriez y mettre tout votre cœur, et en travaillant dur, en faisant des sacrifices et en déployant des efforts, tôt ou tard, vous obtiendrez toujours ce que vous voulez. »

Haut