L’UEFA recommande des principes de bonne gouvernance à ses associations

L'UEFA aide ses 55 associations membres à développer leur travail, leurs stratégies et leurs activités en leur proposant un ensemble de principes de bonne gouvernance qu'elles pourront envisager de mettre en œuvre sur leur territoire.

Les relations entre l'UEFA et ses associations membres constituent une pierre angulaire des activités de l'UEFA depuis plus de 60 ans.
Les relations entre l'UEFA et ses associations membres constituent une pierre angulaire des activités de l'UEFA depuis plus de 60 ans. ©UEFA

Une gouvernance efficace est un élément clé pour assurer le bon fonctionnement des autorités du football, et l'UEFA est prête à aider ses 55 associations membres à renforcer et à développer des pratiques de bonne gouvernance sur leur propre territoire.

Le Comité exécutif de l'UEFA a donné son feu vert à une série de dix principes de bonne gouvernance et règles de management élaborés par l'instance dirigeante européenne.

Ces principes sont désormais recommandés à chaque association comme moyen de renforcer leur travail quotidien, leurs politiques, leurs visions et leurs stratégies, tout en gardant à l'esprit le bien-être général du football européen.

L'UEFA estime que la mise en œuvre de principes de bonne gouvernance par ses associations membres est d'une importance primordiale, et elle a travaillé d'arrache-pied au cours de l'année écoulée pour élaborer des principes applicables dans toute l'Europe. En conséquence, les associations sont encouragées à adopter pleinement ces principes. L'UEFA prend également soin de souligner que l'autonomie organisationnelle fondamentale de chaque association doit être préservée et respectée en tout temps.

Le Comité exécutif de l'UEFA a donné son feu vert aux propositions de bonne gouvernance.
Le Comité exécutif de l'UEFA a donné son feu vert aux propositions de bonne gouvernance.©UEFA

Les dix principes de bonne gouvernance de l'UEFA sont vastes et exhaustifs, et couvrent le large éventail des activités d’une association de football.

Premièrement, en plus de gérer leurs affaires courantes, les associations devraient disposer d’une stratégie commerciale claire et transparente, révisable sur une base régulière et avec des objectifs mesurables, ce qui signifie également que la direction et les organes de l'association doivent pleinement rendre compte de leurs actions.

Les associations membres sont en outre encouragées à réviser et à moderniser leurs statuts. Il leur est conseillé de mettre en place des limitations fixes relatives aux mandats du président et des membres du comité directeur/exécutif, d'empêcher la concentration excessive du pouvoir dans les mains d'une seule personne, et de garantir la représentation équilibrée des sexes, des élections libres, la consultation régulière des parties prenantes et la définition appropriée des rôles et des pouvoirs des fonctions dirigeantes.

Des valeurs éthiques saines, des règles en matière d'intégrité solides et une bonne gouvernance devraient faire partie des objectifs prioritaires dans les statuts des associations, et les instances disciplinaires devraient être protégées des ingérences extérieures. Les associations sont encouragées à investir dans des programmes appropriés de communication, de formation et de sensibilisation pour le personnel et les autres parties intéressées.

Le rôle décisionnel crucial des commissions est également abordé, les associations étant invitées à veiller à ce que des dispositions claires soient prises concernant le travail, les responsabilités et la composition de chaque commission. Les administrations qui gèrent les activités quotidiennes des associations devraient être protégées contre toute ingérence politique indue, et des processus de recrutement ouverts, clairs et transparents sont considérés comme essentiels pour garantir la qualité et la crédibilité du personnel, préservant ainsi les intérêts généraux des associations.

La responsabilité est une composante majeure des principes de gouvernance de l'UEFA proposés aux associations. Des systèmes de double signature, des programmes de gestion des risques appropriés, des procédures d'appel d'offres adéquates et une définition claire du budget et des responsabilités sont tous considérés comme des atouts essentiels pour l'avenir.

La nécessité de transparence est soulignée dans le cadre des principes de l'UEFA, notamment en matière financière. Les associations pourront projeter une bonne image et mieux se protéger contre les accusations de mauvaise gestion si elles sont en mesure d'appliquer une politique ouverte et transparente dans ce domaine.

Une autre recommandation formulée par l'UEFA dans ses principes est que les associations mettent en œuvre une politique et une culture de conformité rigoureuses pour garantir le respect des statuts et des règlements.

Des aspects tels que le respect et le fair-play, la santé et la sécurité, l'égalité, la diversité, la protection des mineurs et les droits de l'homme devraient se refléter dans la stratégie et les activités des associations, tandis que les campagnes contre le racisme et la discrimination, le trucage de matches et le dopage devraient faire partie intégrante de la bonne gouvernance.

Enfin, les principes de bonne gouvernance de l'UEFA soulignent également que l'objectif global des associations devrait être d’encourager la participation au football grâce à des politiques de football de base efficaces et à des programmes des bénévoles favorisant une participation active, en particulier chez les jeunes. Ces mesures auraient pour effet d’améliorer la position et l'image publiques des associations et de créer des bases solides pour le développement du football.

L'UEFA organisera des workshops régionaux au cours des prochaines saisons, dans le but d'aborder ces principes et d'apporter un soutien aux associations nationales dans leur processus de mise en œuvre.

 

Haut