« Dans notre famille, le football réunit trois générations »

L'âge n'est pas un obstacle pour la Lituanienne Ramutė Kartavičienė, 60 ans, qui a mis sur pied une équipe de football composée de grands-mères et qui est extrêmement fière que ce sport puisse unir trois générations de sa famille.

Erreur lors de la lecture de la vidéo

message

Vidéo suivante

Ramutė souligne que le football contribue à réunir trois générations dans sa famille.
Ramutė souligne que le football contribue à réunir trois générations dans sa famille.©Getty Images

Chaque mois, dans le cadre de sa campagne #EqualGame , l'UEFA dresse le portrait d'un joueur ou d'une joueuse provenant de l'une de ses 55 associations membres. Cette personne illustre comment le football favorise l'inclusion, l'accessibilité et la diversité ; son histoire montre que le handicap, la religion, l’orientation sexuelle, l'origine ethnique et le milieu social ne constituent un frein ni à la pratique du football, ni à l’intérêt pour ce sport.

« Un simple ballon de football est capable de faire beaucoup. » Des mots simples mais efficaces de Ramutė Kartavičienė, une grand-mère lituanienne de 60 ans qui a vu le football unir sa famille.

« Le football est réellement très puissant. Dans notre famille, il réunit même trois générations : les petits-enfants, les enfants et la grand-mère », dit-elle. Nous sommes tous heureux de jouer ensemble et nous sommes devenus une famille unie. »

Ramutė est un leader naturel qui a pris le football à cœur après s'être inspirée de ses petits-enfants pour se lancer dans cette discipline. Le sport joue un grand rôle dans la vie familiale et l'a également amenée à créer une équipe de football de grands-mères dans la ville de Keturvalakiai, située à environ 170 km de la capitale Vilnius.

S'impliquer était relativement simple. « Nous voulions jouer au football, et nous l'avons fait, explique Ramutė. Quand nous sommes arrivées, un entraîneur a dit : « Qu'est-ce que vous faites ici ? Vous êtes des femmes. » Mais Ramutė, qui a été policière pendant plus de 29 ans jusqu'à sa retraite, n'allait pas être découragée facilement.

L’entraîneur Martynas Karpavičius a aidé Ramutė à rejouer au football.
L’entraîneur Martynas Karpavičius a aidé Ramutė à rejouer au football.©Getty Images

Un autre entraîneur, Martynas Karpavičius, a alors suggéré à Ramutė de fonder une équipe de grand-mères. « Ce n'était pas difficile pour moi – j'ai créé une équipe », se souvient-elle, ajoutant qu'elle a vite trouvé quatre femmes dans son village qui étaient impatientes de jouer. « Nous avons continué à jouer – et puis de plus en plus de personnes ont rejoint notre équipe. »

Ramutė, qui fait preuve de beaucoup de passion sur le terrain et qui a toujours soif de perfectionner ses compétences, est persuadée qu'il y a « de plus en plus de grands-mères qui veulent jouer au football ». Son message à celles qui souhaitent participer est simple : « Venez vous joindre à nous. Créez votre équipe, et nous nous rencontrerons sur le terrain. »

Son désir de montrer comment le football peut faire du bien et avoir un impact positif sur la vie fait écho à la conviction du président de l'UEFA, Aleksander Čeferin, que le football transcende les différences et donne aux jeunes et aux moins jeunes une raison de rêver.

« Notre nouvelle campagne #EqualGame est un excellent vecteur de nos valeurs fondamentales de diversité et d'inclusion et montre que chacun a sa place dans le football, indépendamment de qui il est, de ce qu'il fait et d'où il vient, » souligne Aleksander Čeferin. 

Ramutė, lorsqu’elle ne joue pas, et sa famille aiment assister à des matches de football, même si les émotions sont parfois fortes. « Nous regardons les matches avec enthousiasme et émotion », dit-elle. « Si quelqu'un marque un but ou manque une occasion, les émotions prennent le dessus. »

L'amour de Ramutė pour le football est profond. Elle a toujours entretenu des liens avec le sport depuis l'enfance, et jouait régulièrement au ballon avec sa fille. Toutefois, ses engagements professionnels l'ont empêchée de se rendre sur le terrain autant qu'elle l'aurait souhaité pendant la majeure partie de sa vie d’adulte.

Le football joue un grand rôle dans la vie de Ramutė.
Le football joue un grand rôle dans la vie de Ramutė.©Getty Images

« Je me suis remise au football en raison de mes petits-enfants », avoue-t-elle. Elle aime jouer régulièrement avec ses petits-enfants, car elle pense qu'il est important de leur apprendre à avoir des « modèles forts » pour qu'ils « cherchent des solutions plutôt que de renoncer » lorsqu'ils font face à des difficultés dans la vie.

« Je pense qu'être une femme forte, c'est génial », souligne Ramutė. Ma fille suit mon exemple depuis son enfance, et c'est ainsi qu'elle a appris à être forte. Mes petits-enfants sont fiers de moi et m’imitent. » Même si Ramutė sait prendre les choses en main, elle sait également prendre du recul s’il le faut.

« Dans notre famille, toutes les femmes sont fortes et ont de fortes personnalités, poursuit-elle. Bien sûr, nous sommes parfois en désaccord les unes avec les autres. Cela peut être difficile parce que nous avons des opinions bien arrêtées, surtout ma fille et moi, mais nous respectons la personnalité et les opinions de chacun, alors nous trouvons des solutions qui conviennent à tout le monde. »

Après une formation d’ingénieure, Ramutė a travaillé dans la police pendant près de trois décennies.
Après une formation d’ingénieure, Ramutė a travaillé dans la police pendant près de trois décennies.©Getty Images

« Le football féminin a un grand potentiel, et nous nous efforçons de changer sa perception », déclare Nadine Kessler, cheffe Football féminin de l'UEFA. « Que vous jouiez la finale de l'EURO féminin de l'UEFA ou dans un parc avec vos amis, le football a la capacité de vous donner tant de choses positives, et je suis vraiment heureuse que Ramutė ait une formidable influence non seulement sur ses petits-enfants, mais aussi sur les femmes de son âge. »

Le football a également aidé Ramutė à combler le vide laissé par la mort de son mari il y a quelques années. Après une formation d’ingénieur, elle a suivi son mari dans la police où elle est restée pendant près de trois décennies. « Quand j'ai perdu mon mari, cela a été un grand choc pour toute notre famille, se souvient-elle. Après cette perte, je devais rester forte. Bien sûr, cela a été difficile. »

Mais avec l'aide de son entourage, et en particulier de ses petits-enfants, Ramutė a réussi à surmonter le deuil. « Bien sûr, les gens doivent aller de l'avant dans la vie, et le football a comblé ce vide », note-t-elle, soulignant qu'elle regarde maintenant le sport avec « encore plus d'enthousiasme ». Elle apprécie aussi l’esprit de camaraderie qui caractérise le jeu : « Quand on se retrouve [pour jouer], on a déjà le sourire. »

Ramutė a certainement trouvé sa voie dans le football – et elle encourage les gens de tous âges à en faire de même. « Quel que soit le but que vous vous fixez, gardez cela à l'esprit, dit-elle. Avancez et essayez d'atteindre ce but. »

Haut