UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Aleksander Čeferin : « Le monde du football et la société s’unissent contre la Super League fermée »

Lors de la conférence de presse qui a suivi l’approbation de la nouvelle formule des compétitions interclubs masculines de l’UEFA après 2024, le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, s’est élevé contre le concept d’une Super League européenne.

Le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, pendant la conférence de presse qui a suivi la séance du Comité exécutif de l’UEFA, le 19 avril 2021 à Montreux, en Suisse.
Le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, pendant la conférence de presse qui a suivi la séance du Comité exécutif de l’UEFA, le 19 avril 2021 à Montreux, en Suisse.

« Ce n’est pas seulement la communauté du football. La société et les gouvernements sont unanimes. »

« Je ne peux pas être plus clair : en ce moment, l’UEFA et le monde du football sont unis contre les propositions scandaleuses et égoïstes qui ont été faites par une poignée de clubs européens motivés essentiellement par l’appât du gain. »

« Non seulement le monde du football est uni, mais la société est unie et les gouvernements sont unis. Nous sommes tous unis contre ce projet insensé. À nos côtés, l’Association anglaise de football (FA) et la Premier League, la Fédération espagnole de football (RFEF) et La Liga, ainsi que la Fédération italienne de football (FIGC) et la Lega Serie A, mais aussi la FIFA et nos 55 associations membres s’élèvent unanimement contre ces plans cyniques, qui vont totalement à l’encontre de l’esprit du football... Je souhaite remercier en particulier le Premier ministre britannique, Boris Johnson, le président français, Emmanuel Macron, le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, le président du Parlement européen, David Sassoli, ainsi que tous les dirigeants européens qui respectent nos supporters, notre culture et nos valeurs, lesquelles ne sont pas uniquement celles du football, mais aussi celles de l’Europe. »

« Cette idée est un crachat au visage des amateurs de football et de la société dans son ensemble. Nous ne les laisserons pas faire. »

« Nous invitons chacun à faire bloc avec nous, car nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que ce projet ne voie pas le jour. »

« Si le football est aujourd’hui la plus grande discipline sportive au monde, c’est grâce à ses compétitions ouvertes, à son intégrité et à ses mérites sportifs. Nous ne pouvons permettre que cela change. Nous ne le permettrons pas. Jamais. Nous invitons les millions d’amateurs de football du monde entier, les médias internationaux, les responsables politiques et les instances dirigeantes du football à faire bloc avec nous, car nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que ce projet ne voie pas le jour. »

« [...] Comme annoncé au préalable par la FIFA et les six confédérations, les joueurs des équipes qui disputeraient cette ligue fermée seront exclus de la Coupe du monde et de l’EURO. Ils ne pourront représenter leur équipe nationale dans aucun match. »

Aleksander Čeferin s’est exprimé après avoir dévoilé la nouvelle formule des compétitions interclubs masculines de l’UEFA.
Aleksander Čeferin s’est exprimé après avoir dévoilé la nouvelle formule des compétitions interclubs masculines de l’UEFA.

« Ceux qui respectent leurs supporters feront immédiatement marche arrière. »

« J’ai le plus profond respect pour les joueurs, les entraîneurs et les administrateurs du football qui ont clairement expliqué que cette idée cupide pourrait tuer le football, purement et simplement. Le football, ce sont les joueurs et les supporters. Ce n’est pas le jeu des administrateurs du football, ce n’est pas le jeu de propriétaires venus d’on ne sait où. C’est tout un pan de notre culture. Et ce serait un grand pas en avant pour le football, pour le sport et pour la société si un de ces clubs disait aujourd’hui : "Nous nous sommes trompés. Nous sommes prêts à revenir en arrière. Nous respectons nos supporters." »

« Je ne peux pas comprendre comment on peut voir ses supporters protester et ne pas en tenir compte. Vous avez de l’argent plein les poches ; vous n’êtes pas pauvres ! Mais vous en voulez toujours plus. J’en ai assez d’entendre que les clubs de football sont des actifs, un capital. Ils font partie de notre histoire, et nous devons respecter cette tradition. »

» Il ne s’agit pas de moi ; il ne s’agit pas des profits de l’UEFA, car nous ne faisons pas de profits. Nous redistribuons toujours l’argent en Europe. Il ne s’agit pas non plus d’argent, mais avec eux, tout est une question d’argent. Je peux comprendre que certains d’entre eux aient subi des pressions, des incitations, qu’ils n’aient pas su quoi faire et qu’ils aient signé. Mais il est encore temps pour eux de faire machine arrière et de dire qu’ils ont compris ce que cela signifie pour le football et pour notre société. Ceux qui respectent leurs supporters feront immédiatement marche arrière. »

« La nouvelle formule conserve le principe consistant à faire des performances à l’échelle nationale la clé de la qualification. »

« Je crois de tout mon cœur que les changements que nous annonçons aujourd’hui sont exactement les prochaines étapes requises pour l’évolution du football européen. Ils sont passionnants, tout en préservant les valeurs du jeu que nous aimons. La réforme proposée préserve la valeur et l’importance des compétitions nationales en conservant le principe consistant à faire des performances à l’échelle nationale la clé de la qualification. Cet élément ne doit pas changer, et il ne changera jamais. »

« Cette formule novatrice permet à chaque équipe de caresser le rêve de participer à l’UEFA Champions League grâce aux résultats obtenus sur le terrain, et elle assurera la pérennité, la prospérité et la croissance à long terme pour toutes les parties prenantes du football européen, et pas seulement pour une poignée de clubs autoproclamés. »

« Ces changements et la structure que nous sommes en train de mettre en place reflètent l’esprit de notre sport. La nouvelle formule préserve la notion de compétition européenne ouverte et reconnaît l’importance du football national. Mais, surtout, les compétitions d’élite au niveau international restent un moteur qui entraîne l’ensemble du football européen. »

« Je veux souligner ce que de nombreux supporters ignorent. L’UEFA réinjecte près de 90 % de ses recettes dans le football. »

« Nous allons introduire une nouvelle structure basée sur un modèle financier qui accroît non seulement les recettes pour les participants, mais aussi et surtout les versements de solidarité, ce qui a des répercussions positives dans le football européen jusqu’au sport de base. »

« Je veux souligner aujourd’hui ce que de nombreux supporters ignorent. L’UEFA réinjecte près de 90 % de ses recettes dans l’ensemble du football, et pas seulement dans le football professionnel. Nous finançons le football junior, nous finançons le football de base, nous finançons le football féminin. Nous avons aussi la Fondation UEFA pour l’enfance, qui mène de nombreux projets caritatifs. Donc ceux qui pensent que la Super League est motivée par l’argent, au même titre que l’UEFA, ne sont pas dans le vrai. La Super League n’est motivée que par l’argent. L’argent des douze. Je ne veux pas les appeler les Douze Salopards. Mais l’UEFA s’occupe du développement du football, et elle finance ce qui doit l’être pour s’assurer que notre football et notre culture survivent. »

« Les principes ne doivent pas changer, et la solidarité doit encore et toujours primer. »

« Si le football européen est la plus grande success-story du sport moderne, ce n’est pas par hasard. Nous adaptons constamment les compétitions européennes pour nous assurer qu’elles soient toujours plus intéressantes, toujours plus modernes. Mais les principes ne doivent pas changer, et la solidarité doit encore et toujours primer. »

« Pour certains, la solidarité n’existe pas, l’unité n’existe pas. Ils ne voient que le contenu de leurs poches. Ces douze clubs font totalement fausse route. Nous le savons tous. Chacun connaissait la formule des compétitions interclubs masculines après 2024. Nous avons négocié avec 247 clubs, avec les ligues, avec les associations nationales. Et juste quand vous arrivez à une solution, quelqu’un brandit une chimère. C’est une manière très particulière de mener des négociations. »