UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
À compter du 25 janvier, UEFA.com ne prend plus en charge Internet Explorer.
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Les femmes arbitres se font une place dans le football masculin

Stéphanie Frappart a écrit une page de l’histoire de l’UEFA Champions League en devenant la première femme arbitre à diriger un match de cette compétition. Et elle n’est pas la seule à franchir les obstacles.

 Le 2 décembre, Stéphanie Frappart a arbitré la rencontre de l’UEFA Champions League entre la Juventus et le Dynamo Kiev.
Le 2 décembre, Stéphanie Frappart a arbitré la rencontre de l’UEFA Champions League entre la Juventus et le Dynamo Kiev. Getty Images

Stéphanie Frappart a écrit une page de l’histoire de l’UEFA Champions League ce mois-ci en devenant la première femme arbitre à diriger un match de cette compétition. La rencontre qu’elle a arbitrée opposait la Juventus au Dynamo Kiev, à Turin, lors de la cinquième journée de matches.

Sa désignation en tant qu’arbitre d’une rencontre de la compétition phare a fait les gros titres de la presse mondiale. Pour l’UEFA cependant, c’était un jour comme les autres, car Frappart fait partie des meilleurs arbitres d’Europe.

C’est également elle qui avait attiré les regards en 2019 en arbitrant la Super Coupe de l’UEFA à Istanbul, mais elle est loin d’être la seule femme à arbitrer régulièrement dans le football masculin.

L’arbitre Kateryna Monzul et ses assistantes, Maryna Striletska et Oleksandra Ardasheva.
L’arbitre Kateryna Monzul et ses assistantes, Maryna Striletska et Oleksandra Ardasheva. UEFA via Getty Images

Cette saison, à l’instar de Frappart, l’Ukrainienne Kateryna Monzul a arbitré des rencontres de l’UEFA Nations League et de la phase de groupe de l’UEFA Europa League, et le match du 3 décembre qui a mis aux prises La Gantoise et le Liberec a été le premier match masculin arbitré par un trio entièrement féminin, avec Oleksandra Ardasheva et Maryna Striletska en tant qu’arbitres assistantes.

Une formule gagnante

« Les désignations sont basées sur le mérite, et ces femmes méritent d’être récompensées pour leur dur labeur et l’engagement dont elles ont fait preuve pour parvenir à un tel niveau », explique Roberto Rosetti, responsable en chef de l’arbitrage de l’UEFA.

» Le fait que des femmes arbitres soient choisies pour diriger des matches de compétitions masculines ne devrait plus être une surprise pour qui que ce soit. L’UEFA a travaillé dur ces dernières années afin de développer les arbitres masculins et féminins à égale mesure dans toute l’Europe, et ce que nous pouvons observer maintenant prouve qu’il s’agit d’une formule gagnante. »

Les femmes au plus haut niveau

En effet, outre les arbitres principales, de plus en plus d’arbitres assistantes acquièrent de l’expérience au plus haut niveau du football masculin.

La Grecque Chrysoula Kourompylia, arbitre assistante, a régulièrement été choisie pour officier dans des matches masculins de l’UEFA depuis 2014/15, l’Anglaise Sian Maassey-Ellis porte la casquette d’arbitre assistante en Europa League et en Nations League depuis 2019, et l’Espagnole Guadalupe Porras Ayuso en fait de même depuis cette saison.

L’Allemande Bibiana Steinhaus, qui a notamment arbitré en Bundesliga, a pris sa retraite cette année. Aujourd’hui, elle participe régulièrement à la Champions League dans l’équipe d’assistance vidéo à l’arbitrage, notamment lors des récents matches de groupe.

Irina Velikanova et Tatiana Boltneva sur le terrain de futsal.
Irina Velikanova et Tatiana Boltneva sur le terrain de futsal.

Dans le domaine du futsal, une nouvelle page a aussi été écrite récemment : les Russes Irina Velikanova et Tatiana Boltneva ont dirigé la rencontre de l’UEFA Futsal Champions League entre United Galati et les Dolphins Ashdod et sont ainsi devenues la première paire d’arbitres féminines de l’histoire du futsal masculin de l’UEFA.

Comment l’UEFA développe-t-elle les femmes arbitres en Europe ?

Les immenses progrès accomplis en vue de garantir une égalité des chances pour les arbitres, quel que soit leur genre, ne sont pas le fruit du hasard. Ils résultent d’une stratégie à long terme de l’UEFA qui a débuté après que Nicole Petignat est devenue la première femme à arbitrer une rencontre masculine de l’UEFA. C’était en 2003 déjà, à l’occasion d’un match du tour préliminaire de la Coupe UEFA entre AIK (Suède) et Fylkir (Islande).

Depuis 2013, des femmes participent aux cours pour arbitres d’été et d’hiver de l’UEFA aux côtés de leurs homologues masculins. Ces cours réunissent l’élite de l’arbitrage ainsi que les nouvelles recrues internationales sur la liste de la FIFA. Le cours d’été vise à préparer les arbitres à la saison à venir, tandis que le cours d’hiver, à la mi-saison, a pour but d’analyser les progrès réalisés. Les cours sont composés de tests de condition physique et de séances éducatives et formatives destinées à aider les arbitres à renforcer leur préparation pour exercer au niveau élite.

« Nous sommes ravis de la façon dont les hommes et les femmes arbitres d’Europe ont répondu à ce défi, ajoute Rosetti. Ils et elles se préparent de manière extrêmement professionnelle, et accordent beaucoup d’attention à leur état de forme et à leur santé. Au fil du temps, avec notre aide, leur condition physique s’est développée au point d’atteindre un niveau de performance aussi élevé que celui des joueurs. Les arbitres savent ce qu’ils et elles ont à faire et sont prêt(e)s pour les matches à venir. Nous sommes très fiers d’eux et d’elles ! »

La mission du CORE

En 2003, Nicole Petignat est devenue la première femme à arbitrer un match masculin de l’UEFA.
En 2003, Nicole Petignat est devenue la première femme à arbitrer un match masculin de l’UEFA.Icon Sport via Getty Images

Le Centre d’excellence pour arbitres de l’UEFA (CORE) est un autre soutien important pour les jeunes arbitres. Tous les deux ans, chaque association membre de l’UEFA est invitée à envoyer un(e) jeune arbitre et deux assistant(e)s à un cours d’introduction de dix jours, qui est suivi d’un cours de consolidation de huit jours offrant la possibilité d’engranger une expérience supplémentaire en arbitrant des matches en Suisse et en France.

Chaque cours du CORE regroupe huit trios d’arbitres, qui travaillent étroitement avec quatre formateurs d’arbitres, deux formateurs d’arbitres assistants et deux préparateurs physiques. Le cours d’introduction se concentre sur l’apprentissage, tandis que le cours de consolidation examine les progrès réalisés et les objectifs atteints par les arbitres lors de leur formation d’arbitrage, de condition physique et d’anglais. Entre le cours d’introduction et le cours de consolidation, les arbitres sont régulièrement en contact avec leurs formateurs.