Décès du grand Jack Charlton

Jack Charlton, qui a remporté la Coupe du monde de la FIFA sous le maillot anglais en 1966 et connu une belle seconde carrière en tant que manager de l’équipe nationale de la République d’Irlande, s’est éteint à l’âge de 85 ans.

Jack Charlton (centre) a remporté la Coupe du monde de la FIFA sous le maillot anglais en 1966
Jack Charlton (centre) a remporté la Coupe du monde de la FIFA sous le maillot anglais en 1966 Getty Images

Grand frère de Bobby Charlton, un autre grand joueur anglais, Jack Charlton a joué 773 matches et inscrit 96 buts sous le maillot de Leeds United au cours des 23 années qu’il a passées au sein du club. Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs centraux de son époque, il a été sélectionné à 35 reprises en équipe d’Angleterre de 1965 à 1970 et a inscrit six buts.

Ses années à Leeds ont coïncidé avec la plus belle période du club, tandis que sa contribution au triomphe de l’Angleterre à domicile en Coupe du monde a été inestimable. Après avoir raccroché ses crampons, « Big Jack », tel qu’on le surnommait, a connu un grand succès sous la casquette de manager de l’équipe nationale de la République d’Irlande, de 1986 à 1995.

La gloire pour l'équipe d'Angleterre

Défenseur central puissant et résistant qui faisait frissonner ses adversaires lorsqu’il pénétrait dans leur surface de réparation sur les coups de coin et les coups francs, le natif du Northumberland a décroché sa première sélection en équipe nationale à 29 ans, avant de devenir l’un des piliers de l’équipe d’Angleterre de Sir Alf Ramsay qui a remporté la Coupe du monde en 1966 ; il avait alors disputé tous les matches de la phase finale. Ses performances lui ont valu d’être désigné Footballeur anglais de l’année en 1967.

Le président de l’Association anglaise de football, Greg Clarke, lui a rendu un vibrant hommage : « La disparition de Jack m’attriste profondément, a-t-il déclaré. Véritable géant du football anglais, on se souviendra toujours de Jack comme d’un homme au grand cœur et attentionné qui a fortement contribué à notre triomphe en Coupe du monde en 1966. »

« Je suis certain que tous les supporters de football et bien d’autres personnes auront une pensée pour Jack aujourd’hui, a ajouté Clarke. Il a laissé une empreinte indélébile sur notre football national et recevait toujours un accueil chaleureux, partout où il se rendait. Wembley n’oubliera jamais Jack, qui était très présent sur le terrain et en dehors.

Un fidèle de Leeds

Charlton a rejoint les rangs de Leeds à l’âge de 15 ans, en 1950. Il a fait ses débuts avec la première équipe en 1953, avant de devenir une pierre angulaire du parcours du club vers les sommets du football anglais dans les années 1960 et au début des années 1970.

Il a aidé Leeds à décrocher deux promotions en première division, et c'est après la seconde promotion, en 1964, que le club, intelligemment mené par Don Revie, s’est embarqué sur la route du succès.

Les performances de Charlton dans l’équipe qui a remporté la Coupe de la Ligue anglaise en 1968, le championnat 1968/69, la Coupe de la FA en 1972 et la Coupe des Villes de Foire en 1968 et 1971 étaient remarquables. Ses 96 buts marqués pour Leeds en font le neuvième meilleur buteur dans l'histoire du club.

Un manager reconnu

Après sa carrière de joueur, en 1973, Charlton s’est lancé dans le management, s’occupant de Middlesbrough, de Sheffield Wednesday, de Newcastle United et de l’équipe nationale de la République d’Irlande.

Il a connu ses plus grands succès en tant que manager pendant ses années passées auprès de la sélection nationale irlandaise, qu’il a menée aux Coupes du monde 1990 (en quarts de finale) et 1994, ainsi qu’à l’EURO 88, relevant le niveau du pays et acquérant une réputation de héros.

« Jack Charlton, le manager [qui] a placé l’Irlande sur le devant de la scène mondiale avec fierté et passion et a permis à une nation de rêver », a dit de lui l’Association de football de la République d’Irlande (FAI) sur son site Internet.

« Nous n’oublierons jamais ce qu’il a fait pour notre football et pour notre pays, a pour sa part relevé le président de la FAI, Gerry McAnaney. Il a transformé notre sport. Il a changé non seulement notre manière de jouer au football, mais aussi le regard du pays sur le football irlandais. Il a donné à l’Irlande une équipe dont elle pouvait être fière, et retour l’Irlande l’a porté dans son cœur. »