Le football slovaque endeuillé par deux décès

La Slovaquie a perdu deux grands noms de sa communauté du football avec la disparition des anciens joueurs Jaroslav Pollák et Marián Čišovský.

Jaroslav Pollák
Jaroslav Pollák Association slovaque de football

Jaroslav Pollák, âgé de 72 ans, a porté le maillot tchécoslovaque à 49 reprises et était membre de l’équipe qui a remporté le Championnat d’Europe en Yougoslavie en 1976. Il a disputé la demi-finale contre les Pays-Bas mais a manqué la grande victoire en finale contre l’Allemagne de l’Ouest à Belgrade en raison d’une suspension suite à un carton rouge en demi-finale.

L’ancien milieu de terrain du VSS Košice, de Dukla Banská Bystria, de l’Austria Vienne et du Sparta Prague, qui était malade depuis plusieurs années, faisait également partie de l’équipe de Tchécoslovaquie médaillée de bronze lors du Championnat d’Europe suivant, en 1980 en Italie.

En 1976, il avait été nommé dans l’Équipe du tournoi pour sa prestation impressionnante contre les Pays-Bas, jusqu’à son exclusion.

Marián Čišovský, qui est décédé à l’âge de 40 ans après s’être longtemps battu contre une sclérose latérale amyotrophique (SLA), a connu une belle carrière de défenseur, notamment à l’Inter Bratislava, à Žilina et à Artmedia dans sa Slovaquie natale. Il a ensuite gagné la Roumanie et le club Poli Timișoara, puis la République tchèque avec le Viktoria Plzeň.

Il a remporté deux fois le championnat tchèque avec le Viktoria Plzeň et a été trois fois champion de Slovaquie, deux fois avec l’Inter Bratislava et une fois avec Artmedia. Čišovský a compté 15 sélections pour la Slovaquie entre 2002 et 2013.

Marián Čišovský
Marián ČišovskýViktoria Plzeň

En 2011/12 et en 2013/14, il a disputé la phase de groupe de l’UEFA Champions League avec le Viktoria Plzeň. L’ancien capitaine du club, Pavel Horváth, a déclaré : « Mon ami, qui était un vrai battant, est décédé. »

Le Viktoria Plzeň avait dédié son titre de champion 2015 à Čišovský. « Si je pouvais échanger cette coupe contre la santé retrouvée pour Marián, je n’hésiterais pas une seconde », avait déclaré l’entraîneur, Miroslav Koubek, après avoir brandi le trophée.