Congrès de l'UEFA 2020 : jeter des ponts, le football rapproche

Amsterdam et son centre historique semé de plus de 250 ponts constituaient un choix idéal pour le Congrès de l'UEFA qui s'y est tenu cette semaine. Sur tout un continent, l'instance dirigeante du football européen relie ses 55 associations membres, 20 millions de joueuses et joueurs licenciés et des centaines de millions d'amateurs de ballon rond.

Congrès de l'UEFA 2020 : jeter des ponts, le football rapproche
Congrès de l'UEFA 2020 : jeter des ponts, le football rapproche ©Getty Images

 

©Getty Images

Un patrimoine footballistique riche

Les canaux et les ponts d'Amsterdam faisaient office de toile de fond idéale lorsque les supporters teintaient la ville d'orange pour célébrer la victoire de leur équipe nationale à l'EURO 1988.

« Nous sommes fiers de tous vous accueillir ici, dans cette ville où nous avons fêté et honoré nos champions d'Europe de football 1988, au fil des canaux et des places. »

Just Spee, président de l'Association royale de football des Pays-Bas (KNVB), organisatrice officielle du 44e Congrès de l'UEFA

©Getty Images

Rassembler 

« Les ponts font partie intégrante du paysage (d'Amsterdam). Ils relient non seulement les îles qui forment la cité, mais ils en rassemblent aussi les habitants. »

« Rassembler, voilà à quoi sert le football et voilà ce qui fait de lui plus qu'un simple sport. »

Bruno Bruins, ministre des Soins médicaux et des Sports des Pays-Bas, dans son discours de bienvenue adressé aux membres du Congrès de l'UEFA, à la Bourse d'Amsterdam

©Getty Images

Le football pour tous

« Chaque fois que je vais voir un match de mon club, l'ADO Den Haag, je me sens en symbiose avec des milliers d'autres fans. Nous sommes tous pareils. » 

« Défaite ou victoire, nous sommes unis. Quelle que soit votre couleur de peau, quels que soient vos horizons, quelle que soit votre religion ou votre orientation sexuelle, le football va vous rassembler. »

Le ministre Bruins

©Getty Images

Inspirer les nouvelles générations

Ruud Gullit et Marco van Basten, vainqueurs de l'EURO 1988 avec les Pays-Bas, et Oliver Bierhoff, qui a remporté la compétition en 1996 avec l'Allemagne, se sont croisés au dîner de gala à Amsterdam, destiné à célébrer les 60 ans du Championnat d'Europe.

« Tous les quatre ans, l'EURO, ce sont de nouveaux souvenirs qui se créent et deviennent la source d'inspiration pour une génération de filles et de garçons, qui va puiser son amour pour notre merveilleux sport. L'EURO 2020 n'échappera pas à la règle. »

« Pour moi, c'est l'authentique héritage du rêve d'Henri Delaunay (le fondateur de l'EURO) et du Championnat d'Europe de l'UEFA. »

Ruud Gullit, capitaine des Pays-Bas vainqueurs de l'EURO 1988

©Getty Images

Jeter des ponts

Avec douze pays organisateurs et des matches de l'UEFA EURO 2020 se déroulant à la Johan Cruijff ArenA en juin, le thème général du tournoi est "jeter des ponts".

« L'idéal européen sera illustré aux yeux de tous. Douze pays, douze stades, vingt-quatre équipes, des millions de supporters. Et un destin européen. »

Aleksander Čeferin, président de l'UEFA, lors de son allocution au 44e Congrès de l'UEFA

©Getty Images

Nouveaux horizons

Le format inédit de l'EURO 2020 va permettre aux habitants de sept villes en Europe d'accueillir pour la première fois un match du Championnat d'Europe de l'UEFA : Bakou, Bilbao, Bucarest, Budapest, Copenhague, Dublin, Glasgow et Saint-Pétersbourg.

« Quand s'ouvrent de nouvelles terres, le besoin de nouveaux ponts se fait sentir, faute de quoi vous n'irez jamais voir de l'autre côté et ne pourrez jamais construire l'avenir ensemble. Cela vaut aussi pour notre football. »

« Ensemble, nous devons faire en sorte que tout le monde puisse profiter de ce sport, qui passionne un si grand nombre d'entre nous. »

Just Spee, président de la KNVB