"Un match truqué est un de trop"

L'UEFA a souligné son engagement féroce contre le trucage de match dans le football – un phénomène que l'instance européenne qualifie de "cancer".

"Un match truqué est un de trop"
"Un match truqué est un de trop" ©UEFA.com

L'UEFA a réitéré sa détermination à lutter contre le trucage de match dans le football – le secrétaire général Gianni Infantino soulignant que "un match truqué est un match de trop."

Lors de sa réunion à Bilbao, en Espagne, jeudi, le Comité exécutif de l'UEFA a donné son soutien à une résolution en 11 points pour l'intégrité du football. Le projet de document doit être présenté à 54 associations membres de l'UEFA dans un processus de consultation, par le biais d'un vote sur la résolution qui aura lieu lors du XXXVIIIe Congrès ordinaire de l'UEFA à Astana, au Kazakhstan, le 27 mars l'année prochaine.

L'UEFA a fait de la lutte contre le trucage de match l'une de ses préoccupations principales, et est engagée à maintenir l'intégrité du football et l'esprit du jeu dans le cadre d'un programme continu d'éducation pour les joueurs, les arbitres et les entraîneurs, un système de surveillance sophistiqué, la coopération avec l'industrie des paris et le renforcement des liens avec les organismes d'application de la loi et les autorités des États. L'instance dirigeante du football européen est déterminée à débarrasser le football de ce qu'elle a décrit comme un "cancer" qui s'attaque au cœur du football.

"Pour l'UEFA, la lutte contre le trucage de match est une priorité absolue", a déclaré Gianni Infantino, après la réunion du Comité exécutif. "Nous avons une politique de tolérance zéro contre les matches truqués - mais il est également important que dans toutes les associations européennes (nationales), il s'agisse d'une approche contre les matches truqués aussi uniforme que possible."

"Le Comité exécutif demande aux associations d'avoir des politiques concrètes et efficaces contre les matches truqués – ces politiques doivent être conformes. Vous ne pouvez pas avoir différentes sanctions dans différents pays pour la même infraction."

"Le trucage de match s'attaque à l'âme du football", a poursuivi M. Infantino, "et nous voulons aussi renforcer le partenariat efficace entre les instances sportives et les autorités de l'État. Nous surveillons 32 000 matches par an - tous les matches de l'UEFA et des première et deuxième divisions dans tous les pays. Nous savons que sur ces 32 000 matches, seulement environ 0,7 pour cent présente un certain doute. Mais même un match truqué est un match de trop."

Des agents d'intégrité sont déployés par l'UEFA à travers ses associations membres. Ils luttent contre les matches truqués à un niveau national, en aidant à introduire des programmes d'éducation pour les joueurs, les officiels et les administrateurs, et assurent la liaison avec l'UEFA sur toute question relative à l'intégrité qui se pose au sujet de leurs rencontres, ou de leurs équipes participant aux compétitions de l'UEFA.

Le secrétaire général de l'UEFA a poursuivi en soulignant les sanctions prononcées par l'UEFA pour des infractions liées au trucage de match. "L'UEFA a exclu trois équipes de compétitions européennes cette année, en raison de matches qui ont été truqués au niveau national. Nous avons également suspendu un arbitre à vie parce qu'il a été impliqué dans une tentative de trucage de match."

"Nous avons suspendu des arbitres à vie, non pas pour avoir truqué un match, mais pour ne pas avoir informé l'UEFA que des criminels les avaient contactés. Il y a donc de longues suspensions, ainsi que des interdictions à vie, pour les personnes impliquées... "

Le Comité exécutif de l'UEFA a récemment exprimé son soutien à l'introduction de la fraude sportive en tant qu'infraction pénale dans les législations nationales à travers l'Europe, la coopération des autorités judiciaires étant nécessaire pour éradiquer le trucage de match. "(Ici) en Espagne, le trucage de match est désormais une infraction pénale", a expliqué M. Infantino, "qui permet aux procureurs d'agir dans la lutte contre les matches truqués. Dans d'autres pays, ce n'est malheureusement pas encore le cas."