Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Herbin : Saint-Étienne et la France en deuil

Robert Herbin, l’entraîneur qui mena Saint-Étienne vers une mythique finale de Coupe des clubs champions européens, s’est éteint.

Robert Herbin a remporté comme entraîneur ou comme joueur neuf des dix titres de champion de France de l'AS SAint-Étienne
Robert Herbin a remporté comme entraîneur ou comme joueur neuf des dix titres de champion de France de l'AS SAint-Étienne ©AFP

Robert Herbin, l'un des plus grands entraîneurs français, nous a quittés à l’hôpital de Saint-Étienne, lundi. Il avait 81 ans.

Herbin était l’une des personnalités mythiques des grandes heures des Verts et de cette défaite légendaire à Glasgow, le 12 mai 1976, devant le FC Bayern München (1-0), en finale de la Coupe des champions. La France du football n’a pas oublié les poteaux carrés du stade écossais et se souvient encore que, malgré cette déception, toute l’équipe eut l’honneur de descendre les Champs-Élysées.

S’il n’a jamais brandi le trophée le plus convoité du football de clubs en Europe, Herbin, entraîneur le plus capé de Saint-Étienne (637 matches), a largement eu de quoi se consoler. Investi en 1972, à seulement 33 ans, le Sphinx a marqué le club de manière incroyable avec quatre titres de champion de France (1973/74, 1974/75, 1975/76 et 1980/81) et trois Coupes de France (1973/74, 1974/75 et 1976/77), qui font de lui l’entraîneur le plus titré de l’Histoire de l’ASSE.

Les trophées qu’il n’a pas remportés sur le banc, celui que l'on appelait aussi Robby les a empochés sur la pelouse. Milieu de terrain “box to box”, cet amateur de musique classique disputa 492 matches sous le maillot vert (troisième joueur le plus capé du club, 98 buts) et fut champion de France en 1963/64, 1966/67, 1967/68, 1968/69 et 1969/70. Il a aussi remporté la Coupe en 1961/62, 1967/68 et 1969/70. En fait, le natif de Paris, débarqué dans la Loire en 1957 en provenance du Cavigal de Nice, n’a manqué qu’un seul des dix titres de champion de France de Saint-Étienne, le premier.

« Le Peuple Vert est en deuil mais ce sont tous ceux qui aiment le football français qui doivent ressentir une immense peine aujourd'hui », a déclaré le président du conseil de surveillance des Verts, Roland Romeyer. Le président du directoire, Bernard Caïazzo, a ajouté : « Je ne cesse de penser à tout ce qu’il nous a apporté, à nous les Stéphanois. Il nous a persuadés que l’impossible en football n’existait pas. C’est comme cela que l’ASSE a renversé les plus grands clubs d’Europe dans les années 70. Son plus bel exploit a été de fédérer une ville et tout un pays derrière une équipe. En 1976, l’année de la fabuleuse épopée, la France était verte ».

Herbin, qui fut aussi entraîneur de l’Olympique Lyonnais (1983-85), d’Al Nasr Riyad (Arabie Saoudite, 1984-86), du RC Strasbourg (1986-87) et du Red Star Saint-Ouen (1991-95) avant de prendre sa retraite à Saint-Étienne, compte aussi 23 sélections en équipe de France (3 buts) entre 1960 et 1968. Il fit entre autres partie des Bleus qui atteignirent les demi-finales du premier Championnat d’Europe des nations en 1960 en France.

« Robert Herbin était une légende à Saint-Étienne et un symbole de notre sport », a commenté le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët. « Son palmarès de joueur et d’entraîneur avec les Verts ont marqué les esprits d’une génération de joueurs et d’entraîneurs dont il fut l’un des magnifiques représentants. »

Haut