Le retour de la vague bleue

France 4-1 Bulgarie Menée au début du match, la France a submergé son adversaire pour son premier match au Stade de France depuis la finale de l'EURO 2016.

Watch the best of the action from this Group A match.

Avec cette première victoire, la France se retrouve en tête du Groupe A, à égalité de points avec les Pays-Bas, son adversaire de lundi soir à Amsterdam. Les joueurs de Didier Deschamps peuvent préparer ce voyage avec optimisme.

Tout n'a pourtant pas commencé au mieux. Antoine Griezmann n'avait pas reçu son trophée de meilleur buteur de l'UEFA EURO 2016 depuis quelques minutes qu'un coup de froid s'abattait sur le Stade de France. Milanov était lancé côté gauche, provoquait Bacary Sagna dans la surface et obtenait un penalty que Michail Aleksandrov transformait d'un poteau rentrant.

Bien installée dans la moitié de terrain adverse, mais pas vraiment dangereuse, la France allait dynamiter la rencontre en douze minutes. Cinq ans après sa dernière titularisation, Kevin Gameiro, aligné en attaque avec Antoine Griezmann, décroisait une tête sur un centre de Sagna qui permettait à tout le stade de souffler.

 

Dimitri Payet (centre travaillé directement dans les filets) et Griezmann (14e but en bleu d'une frappe de l'entrée de la surface) offraient le break aux vice-champions d'Europe, qui effaçaient avec aisance un début de match difficile.

La France ne faisait que dérouler en seconde période. Servi par Griezmann, Gameiro inscrivait un doublé dans une rencontre que les Bulgares, qui avaient été beaucoup plus heureux au Parc des Princes il y a 23 ans, subissaient jusqu'au bout, l'esprit peut-être déjà tourné vers Solna où ils affronteront la Suède.

Kevin Gameiro, buteur pour la France : "C'est une soirée parfaite, même si on s'est fait peur en début de match. Nous avons su réagir. L'important, c'était de gagner. Il y a eu énormément de fierté et d'envie. On voit que le travail paye. Je ne lâche jamais. On va continuer dans cette direction. Nous avons essayé de jouer notre jeu avec Antoine, pour le bien de l'équipe. J'espère que maintenant ça va continuer".

©AFP/Getty Images

Didier Deschamps, sélectionneur de la France : "On s'est faits cueillir à froid avec cette faute et ce penalty. Mais nous avons repris le fil du match. À la mi-temps avec deux buts d'avance, nous avons fait une seconde période un peu plus consistante. Nous n'avons pas du tout été mis en difficulté. Nous nous sommes créés des occasions, nous avons marqué un quatrième but, on aurait pu en mettre un cinquième".

"Antoine et Kevin ont été complémentaires, efficaces, c'est la vérité de ce soir. Le fait qu'ils jouent dans le même club leur permet d'avoir des automatismes."

"On va aller aux Pays-Bas pour gagner, mais nous affronterons une équipe à domicile pour la deuxième fois. On va d'abord penser à bien récupérer. C'est dans trois jours. On va aller là-bas avec l'objectif de gagner."

Griezmann et Gameiro, l'entente parfaire
Griezmann et Gameiro, l'entente parfaire©AFP/Getty Images

Antoine Griezmann, buteur pour la France : "Je sais de faire de mon mieux, de mettre mes coéquipiers dans les meilleures conditions. J'essaie de créer du danger. Kevin, il a bien rigolé, moi aussi. C'est un grand attaquant, qui cherche la profondeur. On essaie de le trouver".

"Sur mes six buts (à l'Atlético), il m'a fait trois passes décisives. Je suis assez content de lui rendre la pareille aujourd'hui. Son point fort, c'est ne pas se prendre la tête. De jouer comme il sait le faire. Je suis très content pour lui qu'il ait marqué ce soir".

 

Haut