Deschamps : "Du respect pour le Luxembourg"

Le sélectionneur de la France Didier Deschamps a rendu hommage à l'équipe du Luxembourg qu'il affronte dans le Groupe A demain et remis à plus tard le cas Benzema.

©Getty Images

La France, leader du Groupe A des éliminatoires européens pour le Coupe du Monde de la FIFA, en Russie, est en déplacement au Luxembourg, une équipe en net progrès, avec pour mission de remporter la victoire. Didier Deschamps n'en a pas fait mystère. Il est pleinement concentré sur ce match avant de se tourner vers la rencontre amicale contre l'Espagne samedi, et vers Karim Benzema qui "vit mal" son absence en bleu.

Quelle est votre réaction par rapport aux propos de Karim Benzema?
Didier Deschamps : Je n'en ai pas aujourd'hui. Notre actualité, c'est le match de demain. Et celui qui nous attend mardi. En ce qui me concerne, mon staff et les 24 joueurs qui sont ici, c'est notre calendrier et notre priorité.

Didier Deschamps à l'entraînement, vendredi
Didier Deschamps à l'entraînement, vendredi©Getty Images

Le groupe présent l'EURO a beaucoup changé depuis…
Pas forcément, je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous. Il y a Kylian (Mbappé) qui est arrivé (...). Mais l'équipe pourra se construire avec ceux qui ne sont pas là. Je suis conscient que ceux qui sont là ont le potentiel. Il y en a qui ont beaucoup de qualités, que j'ai appelé, qui sont là. Il y a une concurrence qui est très importante, très élevée. Je peux compter sur ceux qui sont là pour ces deux matches, mais je n'oublie pas les autres.

L'influence des grands clubs va-t-elle jouer pour composer votre équipe ?
Pour mardi, cela entre dans ma réflexion, mais pour demain, à partir du moment où les joueurs sont disponibles, je mettrai l'équipe que je veux sans aucune considération par rapport au calendrier des clubs.

©AFP/Getty Images

Blaise Matuidi est-il remis de sa fatigue musculaire ?
Oui, il est remis à 100 %. Pas de problème.

Presnel Kimpembé (blessé) est-il forfait pour les deux matchs ?
Il ne sera pas sur la feuille de match demain. On refera un point dimanche.

Quel type d'attaquant faut-il pour battre une équipe comme le Luxembourg ?
Il faudra être efficace. Il faut être équilibré, faire en sorte d'avoir des variations dans notre jeu, pour déséquilibrer cet adversaire. Il faut se créer des occasions et marquer. C'est un adversaire qui est bien organisé, qui marque pratiquement à chaque match, qui est plutôt performant dans la transition entre la défense et l'attaque. Avec un joueur, (Benoit) Joachim, devant, qui est d'une très bonne efficacité.

Ils ont des bons joueurs sur le plan offensif. Je le regarde depuis un bon moment. C'est une équipe qui tient la route. Ce n'est pas pour rien que les résultats de cette équipe se sont nettement améliorés sur les derniers matchs. Je n'oublie pas que dans leur dernier match, face aux Pays-Bas, ils étaient à un but partout jusqu'à la 75e minute. Il y a beaucoup de respect pour cette équipe.

Temps forts de Luxembourg - Pays-Bas
Temps forts de Luxembourg - Pays-Bas

Comment conditionner les joueurs sur le plan mental pour passer de stades immenses à ce petit stade Josy Barthels ?
C'est le football de haut niveau. Si nous venons ici, c'est pour prendre des repères. Après, c'est un terrain de football. Notre unique objectif, c'est d'être efficace, quel que soit le terrain, quel que soit l'adversaire. Nous le savons, les joueurs sont de grands professionnels. La seule vérité, c'est celle du terrain et l'attitude que nous aurons sur le terrain.

Ousmane Dembélé, qu'est-ce qui vous a poussé à le reprendre ?
Aujourd'hui, il a franchi le nouveau palier. Il a une concurrence de haut niveau. Quand il joue (à Dortmund) il y a des internationaux qui sont sur le banc. Il marque, il fait marquer. Je donne toujours un peu plus d'indulgence aux jeunes, sur les premières sélections. Aujourd'hui, il le sait, j'attends plus de lui. Je m'attends ce qu'il soit aussi libéré et efficace qu'il l'est avec son club.

Est-ce que vous l'avez l'habitude de donner des explications aux joueurs que vous ne sélectionnez pas ?
J'aurais besoin de plusieurs journées pour donner des explications à tout le monde. Ce n'est pas quelque chose de systématique.

Avec-vous une recette pour éviter un match piège, sur un terrain champêtre, avec un vestiaire exigu ?
Au-delà de ces considérations, il y a l'adversaire, on le connaît. Il nous revient, avec nos qualités, nos forces, de faire en sorte de gagner. Les trois points ici sont aussi importants que ceux que nous avons rapportés des Pays-Bas. Il ne faut pas banaliser ce rendez-vous, penser que c'est déjà réglé avant de jouer. On va avoir de l'adversité. Il nous reviendra de faire en sorte de prendre le dessus sur cette équipe du Luxembourg.

Hugo Lloris et le sélectionneur adjoint Guy Stéphan
Hugo Lloris et le sélectionneur adjoint Guy Stéphan©Getty Images

Des scrupules à faire débuter un joueur n'ayant aucune sélection ?
Les 24 que j'ai pris sont susceptibles de commencer demain. Il est évident que c'est un match important, parce qu'il compte. J'en ai quelques-uns qui n'ont pas de sélection, si je prends juste pour rester là et ne jamais entrer... Ils pourront débuter, ils peuvent entrer en cours de jeu. Ils arrivent dans un groupe qui a déjà un vécu. J'ai de la qualité à tous les postes. J'ai des choix faire et je vais en faire pour demain avant de penser au match suivant.

LLORIS CONFIANT – Avant le sélectionneur national, son capitaine Hugo Lloris a pris la parole. "C'est un match piège et on doit être prêt mentalement pour faire une bonne performance", a-t-il déclaré. "Si les jeunes sont là, c'est qu'ils le méritent. Ils ont évolué ensemble dans les équipes de jeunes. Pour la plupart, ils évoluent dans le même club, à Monaco. Forcément, cela facilite leur adaptation."

Haut