EURO, une brève histoire de mascottes

Après la révélation de la mascotte de l'UEFA EURO 2020, retour sur le bestiaire qui a peuplé les éditions précédentes.

Depuis World Cup Willie en 1966, les mascottes sont devenues des éléments joyeux incontournables de toutes les grandes phases finales de football, partout dans le monde, alors que la mascotte de l'UEFA EURO 2016 a été dévoilée mardi.

Le Championnat d'Europe de l'UEFA a attendu 1980 pour dévoiler sa première mascotte, puis de nombreuses autres ont suivi. Après Trix et Flix, fiers représentants de l'UEFA EURO 2008, ce sont Slavek et Slavko qui ont officié pour l'édition 2012. Mais revenons en arrière avec UEFA.com pour passer en revue les mascottes du Championnat d'Europe de l'UEFA depuis leur apparition.

EURO 80, Italie : Pinocchio
C'est là que tout a commencé. L'histoire est connue : quand il ment, son nez s'allonge. S'il dit toujours la vérité, ce petit bonhomme de bois deviendra un petit garçon de chair et de sang. Considéré comme le livre le plus traduit à l'époque, derrière la Bible et le Coran, Pinocchio était le catalyseur parfait.

EURO 84, France : Peno
Ce coq, symbole du sport français, arborait fièrement la tenue de l'équipe de France, qui accueillait la phase finale. Prénommé "Peno", il a porté chance aux Bleus, qui ont remporté la compétition à domicile.

EURO 88, Allemagne de l'Ouest : Berni
Peu de gens s'attendaient à voir un lapin en guise de mascotte. Et son nom, Berni, a fait encore plus de sceptiques. Il y avait pourtant une réelle stratégie de la part de l'Association allemande de football, puisque ce sobriquet lui venait de la ville de Berne, où siégeait à l'époque l'UEFA et où les Allemands avaient remporté la Coupe du Monde de la FIFA en 1954. La campagne menée en 2006 pour redonner vie à Berni n'a pas eu le succès escompté.

Rabbit
Rabbit©UEFA.com

EURO 92, Suède : Rabbit
Pour cette quatrième levée de la mascotte du plus prestigieux tournoi européen de sélections, la Suède devait trouver une mascotte novatrice, joyeuse et originale. Elle a donc opté pour... un lapin, baptisé Rabbit, portant la tenue de l'équipe suédoise. Un cousin scandinave de Berni ?

EURO 96, Angleterre : Goaliath
Il fallait au moins un lion, symbole de l'équipe nationale anglaise, pour mettre fin au règne des lapins. Trente ans après World Cup Willie, Goaliath ne devait pas flancher sous la pression. Le successeur s'est très honnêtement acquitté de sa tâche.

UEFA EURO 2000, Pays-Bas-Belgique : Benelucky
Alors que 5 000 candidats se sont déclarés, le lauréat devait assurer. Benelucky, première mascotte à représenter une coorganisation, n'a pas déçu. Référence évidente au Benelux (Belgique/Pays-Bas/Luxembourg), son nom a également des connotations latine ("bene") et anglaise ("luck"), de quoi contenter tous les participants. Mi-lion (pour les Pays-Bas) mi-diable (pour la Belgique), Benelucky a connu un véritable succès.

UEFA EURO 2004, Portugal : Kinas
Si le Portugal a failli devenir la première nation à remporter le trophée sur ses terres depuis la France, vingt ans plus tôt, il a dû se contenter du statut de finaliste, battu par la Grèce. La mascotte lusitanienne, un garçon nommé Kinas (en référence au drapeau national) et habillé comme un footballeur portugais, a "fait son match" et bien tenu son rôle.

Trix et Flix
Trix et Flix©Getty Images

UEFA EURO 2008, Autriche-Suisse : Trix et Flix
Deux mascottes pour deux fois plus de bonne humeur : tel était le pari des étranges jumeaux alpins Trix et Flix, chacun représentant l'une des nations coorganisatrices. Le duo s'est même vu affubler d'un hymne officiel, "Feel the Rush", interprété par Shaggy. Contrairement à tous leurs prédécesseurs, Trix et Flix étaient dépourvus de ballon.

UEFA EURO 2012, Pologne-Ukraine : Slavek et Slavko
Il est important pour une mascotte d'être bien vu des hautes sphères. Slavek et Slavko ont justement tapé dans l'œil du président de la fédération polonaise (PZPN) Grzegorz Lato. "J'adore leurs cheveux, j'avais les mêmes il y a quarante ans", a-t-il déclaré. Les deux complices arboraient en effet une superbe brosse peinte aux couleurs de leur pays respectif. Et pour ne rien gâter, le duo n'était pas maladroit balle au pied, dixit Andriy Shevchenko en personne.

UEFA EURO 2016, France : Super Victor

Jamais un tir raté dans un jardin n'aura été aussi miraculeux. En allant récupérer le ballon derrière la clôture, Super Victor - qui n'est, on l'imagine, que Victor à ce moment-là - tombe sur une cape, des chaussures et un ballon. D'un coup, il peut voler de ville en ville en France, un super-pouvoir plutôt utile quand on est mascotte de l'EURO.

Haut