UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Mitroglou frappe encore

Roumanie 1-1 Grèce (tot. 4-2)
Un but contre son camp de Vassilis Torossidis n'a pas gâché la fête après le but de Kostas Mitroglou.

La Grèce s'est qualifiée pour sa troisième Coupe du Monde aux dépens de la Roumanie
La Grèce s'est qualifiée pour sa troisième Coupe du Monde aux dépens de la Roumanie ©Getty Images

La Grèce jouera la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA au Brésil, la troisième seulement de son histoire. Après le 3-1 du match aller, son nul 1-1 obtenu face à la Roumanie a suffi.

L'égalisation du score de Vassilis Torossidis peu avant l'heure de jeu (55e) avait entretenu une lueur d'espoir après l'ouverture de Kostas Mitroglou (23e), que l'absence d'un vrai vent de révolte, ce soir à Bucarest, n'aura réussi à attiser davantage.

Parfaitement consciente que son but à l'extérieur au Pirée, vendredi pouvait faire la différence, la Roumanie prenait le jeu à son compte dès le coup d'envoi. La Grèce laissait passer l'orage et faisait même tourner le vent, dans l'espoir de prendre le large après leur succès de l'aller. Le gardien Ciprian Tătăruşanu produisait le bon geste face à la tentative dans un angle fermé de José Holebas et Giorgios Samaras plaçait une tête de peu à côté avant la pause. 

Sans grande suprise, ce fut finalement le prolifique Mitroglou – 22e but toutes compétitions confondues – qui trouvait la faille au mitan de la première période. Déjà auteur de deux des trois buts de vendredi, le buteur piégeait la défense à la règle du hors-jeu et prenait tout son temps pour aligner son vis-à-vis, Tătăruşanu, au ras du poteau. 

Dix minutes exactement après le retour en jeu des deux équipes, la Roumanie sortait la tête de l'eau de manière inattendue. Une magnifique feinte d'Alexandru Maxim semait la zizanie à la limite de la surface de réparation grecque et Torossidis dégageait son camp d'une lucarne dans sa propre cage.

Orestis Karnezis sauvait les meubles devant Ovidiu Hoban et des Roumains repartis de plus belle pour combler les deux buts de déficit mais la défense grecque tenait bon cette fois, suffisamment pour valider son ticket pour l'Amérique du Sud.