Mombaerts : "La fin d’une génération"

Les réactions des deux sélectionneurs au terme de la victoire 2-0 des Bleuets face à Malte, dans l'ultime match du Groupe 8 des éliminatoires du Championnat d'Europe des moins de 21 ans de l'UEFA.

Erick Mombaerts tire le bilan d'une campagne qualificative qui s'est arrêtée très tôt pour les Bleuets
Erick Mombaerts tire le bilan d'une campagne qualificative qui s'est arrêtée très tôt pour les Bleuets ©AFP

Au terme de la victoire 2-0 de ses Bleuets sur Malte, grâce aux buts de Lynel Kitambala et Mapou Yanga-Mbiwa dans un match sans enjeu car les deux équipes étaient déjà éliminées, Erick Mombaerts a tiré "un coup de chapeau" à ses joueurs, soulignant que c’était "la fin d’une génération". De son côté, le sélectionneur maltais Edwin Camilleri s’est livré en exclusivité à UEFA.com pour rendre hommage à ses adversaires et commenter sans complaisance sur les limites du football maltais.

Erick Mombaerts, sélectionneur de l’équipe de France Espoirs
En première période, on a assisté à un déchet technique inhabituel, notamment de la part de nos défenseurs, pour la relance. Après, il y a eu du mieux en début de deuxième mi-temps, notamment car à la pause, j’ai estimé qu’il fallait rajouter de la vivacité, plus d’animation, dans un dispositif qu’on maîtrise mieux. Un grand coup de chapeau aux joueurs, qui ont réussi à s’adapter alors qu’on a tout changer. Et là, j’ai retrouvé mon équipe, et on a pu transpercer leur bloc défensif. Cette victoire n’est pas symbolique, il était important de gagner. Ca n’a pas été un match achevé, mais j’ai aimé notre deuxième mi-temps, c’est comme ça que je souhaite voir jouer cette équipe.

Malte est une équipe solide, qui n’a perdu que dans les dernières minutes face à l’Ukraine et contre la Belgique, donc on savait que ça pouvait se passer comme ça pour nous aussi.
J’ai retrouvé le sourire avec notre jeu de construction, même si les joueurs doivent prendre conscience qu’il faut s’améliorer dans le dernier geste et la dernière passe, où on a manqué d’efficacité. Je suis rassuré sur le jeu qu’on peut pratiquer.

C’est la fin d’une génération, je pense. Il y a des matches amicaux de très hauts niveaux qui attendent l’équipe de France Espoirs, mais je ne sais pas avec quels joueurs. Néanmoins, on a fait appel à beaucoup de 90 et 91, il y en avait beaucoup sur le terrain ce soir : à eux de leur transmettre l’expérience qu’ils ont acquise, et les repères.

Edwin Camilleri, sélectionneur de l’équipe de Malte Espoirs
La France possède un très bonne équipe. De notre côté, nous avons nos limites : j’étais privé de quatre titulaires absents, trois joueurs blessés et un libéré pour raisons familiales. Cela m’a forcé à changer mes plans par rapport à notre dernier match, où nous avions tenu en échec le Pays de Galles 1-1. Face à la France, nous avons essayé de pratiquer notre jeu, au lieu de nous contenter de défendre. Évidemment, nous devions faire preuve de discipline, car les joueurs français étaient supérieurs en qualité à nos joueurs, qui manquent d’expérience et commettent des erreurs bêtes. J’étais très contrarié par ces erreurs, d'ailleurs. Ils doivent apprendre, jouer avec discipline et fair-play.

Pour les joueurs maltais, ce genre de compétition est fantastique, car ils engrangent une expérience inestimable qu'ils ne pourraient pas acquérir dans notre football de clubs. C’est comme si dans notre pays, ils courraient à 10 km/h, et dans ce genre de matches, c’est comme courir à 100 km/h. C’est aussi pour cela qu’ils ont des difficultés à se hisser à ce niveau. Mais c’est pourtant ce qu’ils devront faire pour pouvoir prétendre jouer en équipe nationale senior. C'est d'ailleurs ma fierté de voir mes anciens joueurs passer chez les A. C'est pour les y préparer que je donne autant de responsabilités à des joueurs clés.

Je pense que la France aurait dû se qualifier : c’est la meilleure équipe que nous ayons rencontrés dans ces qualifications. Honnêtement, je trouve dommage qu’ils ne se soient pas qualifiés. Mais bien sûr, je souhaite bonne chance aux équipes qui ont décroché leur billet. Globalement, je trouve que nous aurions mérité d’inscrire des buts et d'engranger des points dans cette campagne, parce que nous avons réussi de très bonnes performances, et même quelques bons résultats : par exemple, nous avons fait un bon match ce soir, je trouve. En tout, nous avons perdu quatre matches sur le score de 1-0 (en Ukraine, deux fois contre la Belgique et contre la Slovénie). C’est donc qu'il y a de la qualité et de la personnalité dans notre équipe, parce que c'était probablement le groupe le plus relevé que le football maltais ait jamais rencontré.

Avant le match, j’ai dit à mes joueurs : 'Regardez où vous jouez, c’est un environnement fantastique, dans un stade magnifique avec une superbe pelouse. Combien de chances aurez-vous de disputer de tells matches dans votre carrière de joueur? Soyez honorés, et donnez tout.' Et c’est ce qu’ils ont fait. Nous avons fait jeu égal avec la France sur l’énergie déployée, mais nous n’avons pas pu nous metre à leur niveau de qualité.

Haut