Technicien victorieux

Le site officiel du football européen

Technicien victorieux

L'homme aux diamants
Calle Barrling (Suède) ©Sportsfile

Technicien victorieux

Le triomphe de l'équipe féminine suédoise des moins de 19 ans à Netanya avait un parfum de déjà-vu. Elle augure de la modernisation progressive du rôle des équipes d'encadrement dans le football jeune international.

je savais que l'Espagne conserverait le ballon, même si nous espérions l'inverse - c'était un match de défense et de transition
Calle Barrling

Calle Barrling a retrouvé la plus haute marche du podium grâce à une victoire contre l'Espagne, déjà vaincue par la même Suède lors de son premier sacre en 2012. Après le match, Barrling déclarait avec la modestie qui le caractérise, que ses joueuses étaient toutes des diamants "qu'il faut parfois polir". Il ne faut pas chercher bien loin l'influence du technicien dans l'exploit suédois.

"Face à des adversaires différents qui ont chacun leur manière de jouer, il faut être très doué tactiquement, et c'est là-dessus que nous avons travaillé toute l'année," expliquait-il. "Ces filles sont techniques et très rapides : pour elles, la prochaine étape consiste à améliorer le physique et la tactique." 

Barrling n'a pas hésité à qualifier son équipe de "meilleure équipe tactique" qu'il ait jamais dirigée. "Je crois que les filles sont très compétentes, c'est pourquoi nous pouvons essayer différents styles de jeu et insister sur plusieurs choses différentes contre différents adversaires."

"Contre Israël, par exemple [dans le match d'ouverture du groupe], nous savions que nous aurions la possession du ballon, c'était donc le point clé. Lors de la finale, je savais que l'Espagne conserverait le ballon, même si nous espérions l'inverse - c'��tait un match de défense et de transition." Sachant cela, les instructions n'étaient pas excessivement compliquées pour les joueuses, à en croire Stina Blackstenius, élue Joueuse du tournoi.

©Sportsfile

Un Barrling souriant durant la phase finale

"Je n'ai reçu aucune consigne particulière, ni aucun conseil spécial," a expliqué la meilleure buteuse. "Juste quelques infos sur la manière dont nous, les attaquantes, devions participer au travail défensif et essayer de réduire les espaces au milieu de terrain. Rien d'autre."

Les dix années d'expérience de Barrling avec les moins de 19 ans suédoises lui ont permis d'obtenir ce petit plus dans les autres domaines également et de poser les bases d'une équipe qui dispose de différents atouts à faire valoir à chaque fois qu'il le fallait.

Les principaux thèmes de la préparation des Suédoises avant le tournoi comprenaient la force mentale, ainsi que la gestion de l'humidité, de manière à exploiter à fond le potentiel de l'équipe. "On se répétait une phrase en anglais 'to be present' [être présentes] pour être dans le bon état d'esprit. Nous voulions être fortes et savourer ce tournoi, car nous savions que ce serait difficile mentalement."

L'entraîneur ne peut retenir un sourire de fierté à l'évocation de la fête de son équipe avec l'équipe nationale masculine à leur retour de l'EURO Espoirs en République tchèque plus tôt cet été. Conscient de l'effet psychologique que cela a pu avoir sur ses joueuses, Carrling a insisté sur l'importance du travail effectué par son staff technique.

"Si nous voulons gagner quelque chose, je veux la meilleure équipe médicale, les meilleurs analystes vidéo, etc. et je crois avoir tout cela. Je suis satisfait de la forme physique de l'équipe dans le tournoi et du travail des analystes, qui ont par exemple très bien étudié l'Espagne et l'Allemagne. Physiquement, nous étions encore frais à la 96e minute d'une finale d'un tournoi, c'est plus que ce que j'espérais. Sur le plan tactique, elles travaillent beaucoup dans leurs clubs respectifs, que je félicite également."

Le réseau en place en Suède entre les 24 districts de football et les clubs, les joueuses et, enfin, l'association nationale, n'est pas étranger à la victoire dans ce tournoi.  C'est une coopération essentielle qui fait vraiment la différence au final, de même que la disponibilité des joueuses, puisque seule la gardienne et capitaine Zecira Musovic était absente pour raisons d'engagements avec son club. Ce qui pousse Barrling à déclarer que le plus gros du travail se fait en amont, et qu'il n'a plus qu'à "polir ses diamants".

©Sportsfile

Barrling et Nathalie Björn

Et ces diamants, justement, ont désormais l'occasion de briller encore plus. La jeunesse suédoise a fait étalage de son talent contre l'Espagne et dans la demi-finale contre l'Allemagne. Dix joueuses de l'équipe auront le droit de participer à la phase finale en 2016 si la Suède se qualifie, mais Barrling annonce qu'il fera tourner son groupe en fonction des joueuses qui auront participé à la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Il y a encore du travail pour le sélectionneur, dont la mission première est de préparer les joueuses à l'équipe nationale senior et à faire perdurer les enseignements transmis à l'adolescence jusqu'à la vingtaine. Son travail ne se résume donc pas aux seuls trophées, mais à en juger par son sourire sur le podium, il était plus que content du travail réalisé en Israël.

https://fr.uefa.com/womensunder19/season=2015/technical-report/winning-coach/index.html#laureat