Le site officiel du football européen

Oppositions de styles

Oppositions de styles
Norway celebrations ©Getty Images

Oppositions de styles

Lors du dernier sacre suédois en 2011/12, le nombre de buts marqués, 26 en 15 matches, soit 1,73 de moyenne, représentait le plus faible total de l'Histoire de la compétition. Alors que la chaleur avait aussi son rôle à jouer en Israël, les 39 réalisations représentent une augmentation de 50 %, en accord avec ce que l'on a pu observer lors de deux phases finales précédentes, en 2014 (36 buts en Norvège, soit 2,4 par match) et 2013 (40 buts au Pays de Galles, soit 2,67 de moyenne par match).

L'accent a bel et bien été mis sur les qualités physiques et techniques de l'équipe sur le terrain
Hope Powell

La principale différence ne concerne pas le nombre de buts, mais la façon dont les rencontres se sont déroulées : quels facteurs ont fait perdre ou gagner un match, quelles ont été les forces principales des finalistes, et comment ont-ils sur les exploiter durant la phase finale ?

"L'accent a bel et bien été mis sur les qualités physiques et techniques de l'équipe sur le terrain", notait Hope Powell, observatrice technique de l'UEFA. "De nombreuses équipes ont suivi des programmes spécifiques pour être mieux préparées, et ont su mettre à profit ces aspects physiques sur le terrain. Les entraîneurs se devaient d'avoir une vision d'ensemble pour contrôler la condition de leurs joueuses. Ils se sont servis de leurs spécialistes pour répondre présents physiquement durant les rencontres tout en protégeant les joueurs de blessures potentielles."

Le jeu de tête

Le jeu de tête offensif a été à plusieurs reprises clé durant cette phase finale. Le coup de tête puissant de Rebecca Knaak sur un corner venu de la droite offrait une importante victoire à l'Allemagne contre l'Angleterre lors de la première journée. La Suédoise Stina Blackstenius brillait également dans les airs, notamment au cours de la finale face à l'Espagne.

Mais c'est aux quatre coins du terrain que l'équipe technique de l'UEFA a relevé l'importance des duels aériens.

"La qualité du jeu de tête est en net progrès dans le football féminin, ce qui a été à nouveau démontré lors de cette phase finale", ajoutait Hesterine de Reus. "Les filles commencent à s'entraîner plus jeunes, elles voient aussi le jeu de tête comme un geste technique à part entière. Elles sont traitées comme de véritables athlètes dès un très jeune âge, ce qui modifie leurs capacités physiques."

ÉquipeTirsCadrésMoyenneButs
Danemark 17 4 5.67 2
Angleterre 32 12 10.67 2
France 57 17 14.25 7
Allemagne 60 25 15 6
Israël 8 3 2.67 1
Norvège 37 23 12.33 2
Espagne 79 33 15.8 9
Suède 56 22 11.2 10

Conservation d'énergie

©Getty Images

Les joueurs de la Norvège ont eu une approche cérébrale aux conditions

L'une des caractéristiques du style de jeu de la Suède et de la Norvège était la capacité tactique d'être à la fois organisée efficacement d'un point de vue défensif tout en conservant de l'énergie dans les conditions humides de l'été israélien. Lors de leur victoire face à l'Allemagne à Lod, les Norvégiennes ont fait preuve d'une grande patience sans le ballon, conscientes que leur organisation leur permettrait de remporter un maximum de ballons perdus. Les options allemandes étaient limitées par ce plan parfaitement mis à exécution.

La Suède était tout aussi efficace, se reposant sur la redoutable Blackstenius pour convertir un maximum d'occasions de l'autre côté du terrain. En première mi-temps de la finale à Netanya face à l'Espagne, les deux membres de l'équipe technique ont relevé l'importance de ces deuxièmes ballons récupérés par la Suède.

Leurs rivales mettaient l'accent sur différents aspects de jeu.

"D'un point de vue technique, l'Espagne, la France et l'Angleterre ont été les équipes désireuses de passer le ballon", expliquait Powell. "Elles se concentraient sur le jeu à une touche de balle, étant toujours conscientes du placement de leurs partenaires pour produire un jeu léché et efficace."

Mais il ne faut pas aller jusqu'à dire que les participantes se sont reposées sur leurs cultures respectives pour obtenir le résultat souhaité. Même ces trois formations citées par Powell n'ont pas hésité à jouer de longs ballons lorsque cela semblait la meilleure option – même si l'Espagne se montrait réticente à abandonner son jeu de passes basé sur la possession du ballon alors qu'elle était menée de deux à la mi-temps de la finale.

L'importance des résultats

©Sportsfile

L'Allemagne a tiré profit des passes longues en finale

"Les tendances ont souligné la nécessité pour l'ailier de repiquer au centre et pour les arrières latéraux de venir apporter le surnombre offensivement en proposant des options de dédoublements", expliquait De Reus. Face à certains adversaires très bien organisés, les formations les plus compactes étaient encouragées à jouer long rapidement vers les ailes et, même si comme le soulignait Powell, "l'Allemagne a été la première formation à profiter de ce genre de ballons" durant la phase finale, une telle tactique n'a pas toujours porté ses fruits.

Ce que cette impatience tactique a montré est l'importance croissante d'obtenir de bons résultats dans le développement des joueuses et équipes – créant ainsi le besoin de gérer au mieux possible la transition entre différentes catégories d'âge dans le football de jeunes.

"Les meilleures joueuses dans le football international ont tendance à venir d'un tel environnement", concluait Powell. "Les entraîneurs ont l'occasion d'éduquer ces joueuses contre les meilleures équipes d'Europe puis, si tout cela se passe bien, lors de la Coupe du Monde féminine des moins de 20 ans de la FIFA. La qualité technique est certes en hausse, mais les demandes et attentes le sont aussi."

NomÉquipeButs
Stina BlacksteniusSuède6
Marie-Charlotte LégerFrance3
Alba RedondoEspagne3
Filippa AngeldalSuède2
Nicoline SørensenDanemark2
Pilar GarroteEspagne2
Nina EhegötzAllemagne2
Rebecca KnaakAllemagne2
Madeline GierAllemagne1
Noémie CarageFrance1
Nathalie BjörnSuède1
Vilde FjelldalNorvège1

http://fr.uefa.com/womensunder19/season=2015/technical-report/technical-topics/index.html#sujet+techniques