Technicien victorieux

Le site officiel du football européen

Technicien victorieux

Le secret de la réussite allemande
L'équipe d'Anouschka Bernhard a remporté son troisième titre féminin chez les moins de 17 ans ©Sportsfile

Technicien victorieux

Le secret de la réussite allemande

Anouschka Bernhard a trouvé la bonne partition lors du Championnat d'Europe féminin des moins de 17 ans de l'UEFA au Belarus. La veille de la finale contre l'Espagne (disputée le 16 mai), la sélectionneuse avait affirmé que les signes prédisaient une victoire allemande. Son équipe avait en effet soulevé le trophée dans ses première et troisième saisons à la tête de la sélection allemande. Un excellent présage dans cette cinquième saison de compétition, c'était incontestable. 

Et ce présage a porté bonheur jusqu'au bout à cette équipe : l'Allemagne a donné raison aux statistiques qui la disent favorite tous les deux ans en s'imposant 3-2 aux tirs au but après 80 minutes à Borisov d'un "match de haut niveau, très serré", comme l'avait prédit Bernhard, lorsqu'elle évoquait la finale de la compétition.

Voyez l'équipe qui entoure mes joueuses, elle compte de nombeux coaches et membres. Les joueuses nous arrivent également plus sensibilisées par leurs clubs. Il y a cinq ans, nous parlions de lignes défensives, désormais nous examinons les détails tels que les phases arrêtées et le jeu offensif. Nous pouvons travailler sur les derniers 15 % et laisser de côté le reste.
Anouschka Bernhard, sélectionneuse de l'Allemagne

En revanche, la sélectionneuse de 45 ans se trompait en affirmant que l'équipe qui remporterait dès l'entame du match le jeu du chat et de la souris prendrait le contrôle de la finale. Selon ses dires, l'Allemagne a d'abord "lutté pour imposer son jeu car il y avait trop d'espaces, notamment au milieu", mais s'est finalement créé les meilleures occasions avec 12 tentatives contre cinq seulement pour les joueuses espagnoles.  

"Après 15-20 minutes, nous avons pris le dessus et la partie s'est équilibrée", a-t-elle expliqué. "Les deux équipes tentaient d'inscrire un but et chacune se créait des occasions."

©Sportsfile

Anouschka Bernhard fête la victoire contre l'Islande

Le triomphe de son équipe n'était que la preuve ultime du "potentiel" qu'elle avait démontré dans le match nul 2-2 du Groupe B contre l'Espagne lors de la 1re journée. Bernhard a déclaré sur le site de l'Association allemande de football (DFB) : "On peut voir à quel point les filles ont progressé tout au long du tournoi. Elles se sont rapprochées et ont fini par former une vraie équipe. Elles peuvent tirer beaucoup d'envie et de confiance dans leurs propres forces."

L'ancienne défenseure de l'Allemagne (47 sélections), vainqueure du Championnat d'Europe féminin de l'UEFA 1995 est adepte de l'"éducation football" que ce tournoi propose – "pour développer les joueurs tant mentalement que physiquement". Titulaire d'une licence Pro de l'UEFA depuis 2009 et employée par la DFB depuis mars 2011, elle insiste également sur le fait que "vous ne pouvez plus avoir de faiblesse physique" à ce niveau. Son équipe a effectivement démontré qu'elle avait une condition physique optimale en deuxième période de la demi-finale contre l'Angleterre ainsi qu'en finale. Les joueuses allemandes n'ont cessé de transpercer les lignes adverses pour créer des occasions.

Deuxième du Groupe B, l'Allemagne trouvait également les ressources mentales qu'il lui fallait pour continuer à croire en ce but si difficile à marquer, alors que leurs occasions tardaient à porter leurs fruits contre l'Espagne. "Je le sentais bien", déclarait Bernhard ultérieurement. "Je savais quelle passion animait les filles et je savais qu'elles voulaient plus que tout gagner ce match. Les filles n'ont laissé aucun répit après [les occasions manquées]. Elles ont continué à jouer, à se battre et à essayer de marquer."

La sélectionneure "est un facteur décisif" dans un tel "esprit d'équipe", selon la capitaine allemande Janina Minge : "Elle connaît très bien le jeu, c'est une personne très sympathique et qui est capable de transmettre son expérience à son groupe. Elle est notre élément fédérateur, sur le terrain comme en dehors. On voit que l'équipe est unie." 

©Sportsfile

L'Allemagne a dû en passer par les tirs au but

À ce niveau, Bernhard a trouvé son âme sœur lors de la finale à la Borisov-Arena – son homologue espagnole María Antonia Is ‘Toña’, une ancienne internationale elle aussi, qui "nous donne envie d'y aller et de tout donner". Ces deux-là figuraient parmi les six coaches féminines présentes à cette phase finale, avec notamment Rita Guarino (Italie) et Suzana Stanojević, elles aussi en mesure de mettre leur inestimable expérience de joueuses de haut niveau au service du collectif.

Bernhard a également salué "l'équipe derrière l'équipe, qui a fait un travail remarquable", ce qui en soi témoigne d'un professionnalisme sans précédent dans un match de M17. "Nous sommes plus professionnels," a-t-elle souligné. "Voyez l'équipe qui entoure mes joueuses, elle compte de nombeux coaches et membres. Les joueuses nous arrivent également plus sensibilisées par leurs clubs. Il y a cinq ans, nous parlions de lignes défensives, désormais nous examinons les détails tels que les phases arrêtées et le jeu offensif. Nous pouvons travailler sur les derniers 15 % et laisser de côté le reste."

Au final, ces détails qui ont fait la différence tiennent au fait que l'Allemagne "avait les meilleures tireuses de penalties, la meilleure gardienne, le plus de chance," d'après Bernhard, en exagérant à peine. Contrairement aux Espagnoles, les Allemandes n'avaient pas préparé les pénaltys, bien déterminées qu'elles étaient à tuer le match en 80 minutes. Le fait que la partie se soit décidée aux tirs au but en dit long sur le niveau de l'adversaire, et Bernhard s'attend désormais à ce que les deux équipes finalistes deviennent "vraiment très fortes dans les prochaines années - l'Espagne et l'Allemagne ont toutes les deux été très, très fortes". 

"Ce qui est vraiment incroyable, c'est d'avoir remporté le Championnat d'Europe - pas d'avoir battu l'Espagne," a-t-elle conclu. "Battre une très bonne équipe en finale, c'est la cerise sur le gâteau."

https://fr.uefa.com/womensunder17/season=2016/technical-report/winning-coach/index.html#le+secret+reussite+allemande