Le site officiel du football européen

Parcours jusqu'à Chesterfield et au Costa Rica

Parcours jusqu'à Chesterfield et au Costa Rica
Andrea Sánchez fête son but face à l'Angleterre ©Getty Images

Parcours jusqu'à Chesterfield et au Costa Rica

La buzz créé dans l'auditorium du siège de l'UEFA à Nyon fut le résultat d'un tirage au sort de la phase de groupes qui voyait l'Écosse, pour ses débuts, se retrouver dans un "groupe de la mort" avec la France, l'Allemagne et l'Espagne.

Et le statut d'outsider des Écossaises s'est confirmé lors de la première mi-temps face à l'Allemagne, qui menait 3-0 à la pause. La causerie de Pauline Hamill à la mi-temps a remis un peu d'ordre et de confiance dans les rangs écossais, et elles recollaient au score à 3-2 juste avant de concéder un quatrième but tandis qu'elles pressaient pour égaliser.

Les Écossaises tenaient la dragée haute à l'Espagne, les pressant pour les empêcher de développer leur jeu court et les obliger à jouer long. Les sélectionneurs s'accordaient pour dire que le match aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre, mais l'Écosse avait les meilleures occasions et tapait même la barre. Ce 0-0 ouvrait un peu plus ce groupe, et offrait à l'Écosse une chance de se qualifier en cas de victoire contre la France. 

Les filles de Guy Ferrier avaient connu un début de tournoi poussif. La victoire 2-0 de l'Espagne était plutôt flatteuse pour une équipe qui avait été malmenée pendant de longues périodes. Deux erreurs commises en première mi-temps les mettaient en difficulté contre l'Allemagne qui doublait le score après la pause (4-0). La France, démoralisée, était la première équipe à être mathématiquement éliminée. Jouant pour l'honneur, Guy Ferrier reprenait le 4-4-2 de l'Écosse pour le dernier match, et son équipe redécouvrait enfin son football technique et fluide au cours d'une victoire 1-0 qui lui offrait la 3e place.

Ce même jour, l'Espagne (qui n'avait pas encore encaissé de but) avait besoin d'au moins un match nul face à l'Allemagne qui en avait inscrit huit en deux rencontres. La place en demi-finale assurée, Anouschka Bernhard se permettait de faire trois changements, mais elle s'inclinait puisque l'équipe de Jorge Vilda, combinant pressing et jeu en combinaisons, s'imposait sur le score de 4-0. Cela permettait à l'Espagne de prendre la première place à l'Allemagne.

Dans le Groupe A, les Anglaises étaient rejointes par l'Italie, l'Autriche et le Portugal. La gestion des risques crispait un peu les équipes pour les premiers matches, avec peu d'occasions de buts lors du 0-0 entre l'Autriche et le Portugal, tandis que l'Italie battait l'Angleterre 1-0, même si cette dernière dominait la possession. L'Italie se créait les occasions les plus franches et marquait à six minutes de la fin. L'équipe d'Enrico Sbardella battait ensuite les Portugaises de Susana Cova 2-0, et se qualifiait pour les demi-finales avec un match à jouer. 

L'Angleterre pouvait espérer après sa victoire 2-1 sur l'Autriche qui avait pourtant ouvert le score, avec deux buts sur trois sur coups de pied arrêtés. Jouissant d'un regain de confiance, l'équipe de Lois Fidler faisait plier le Portugal en passant par les côtés et s'imposait facilement sur le score de 6-1. Ce résultat rendait vaine la victoire 1-0 de l'Autriche face à une équipe italienne largement remaniée, mais c'était la preuve que le football féminin autrichien est en plein développement.

L'Italie s'inclinait sur ce même score face à l'Allemagne en demi-finale, un match au cours duquel elle défendait bas et avait du mal dans les duels. Plus positive en seconde période, l'Italie se créait des situations, mais ne parvenait pas à trouver la dernière passe. L'Allemagne, loin de son meilleur niveau, se reprenait après sa lourde défaite face à l'Espagne. Elle tenait bon et gagnait sa place pour la finale.

Dans la deuxième demi-finale, la vitesse et la mobilité de l'Espagne étaient de trop pour les Anglaises qui s'inclinaient sur le score de 3-0. L'Angleterre devait rencontrer l'Italie pour une place en Coupe du Monde féminine M-17 de la FIFA, tandis que la finale opposait pour la deuxième fois de la semaine l'Allemagne à l'Espagne.

https://fr.uefa.com/womensunder17/season=2014/technical-report/road-to-the-final/index.html#parcours+jusquen+finale