L'OL féminin au sommet de son art

L'Olympique Lyonnais a marqué 39 buts et en a encaissé un avant de conserver son titre devant plus de 50 00 fans. Retour sur une saison formidable.

Lyon garde sa patte sur l'Europe

L'Olympique Lyonnais a conservé son titre d'UEFA Women's Champions League en s'imposant 2-0 sur le 1. FFC Frankfurt. Les Lyonnaises sont au sommet de leur art.

Depuis l'Umeå IK en 2002/03 et 2003/04 en Coupe féminine de l'UEFA, aucune équipe n'avait réussi à conserver son titre, pas même les seules triples vainqueurs européennes de Francfort. Mais lors d'une soirée où Francfort a égalé les cinq finales d'Umeå, Lyon s'est baladé devant un public record en compétitions de club féminines d'Europe : 50 212 personnes pour le premier match de football à se disputer au stade olympique de Munich depuis le départ du FC Bayern München. Cette rencontre venait conclure une saison où des nouvelles venues d'Albanie et le Lettonie portaient le nombre de participantes à 54 équipes pour la première fois.

Les Francfortoises, en lice pour la première fois depuis le remaniement de la compétition en 2009, ont emprunté un chemin semé d'embûches puisqu'elles perdaient l'aller de tous les tours, sauf contre l'Arsenal LFC en demi-finales. Cependant, malgré le départ en retraite de Birgit Prinz et le départ de plusieurs cadres, sans parler de la blessure de la gardienne Nadine Angerer avant les quarts de finale, la nouvelle génération francfortoise se portait bien.

Lyon, pendant ce temps-là, inscrivait 32 buts sans en encaisser un seul pour éliminer le CFF Olimipa Cluj, l'AC Sparta Praha et le Brøndby IF avant les demi-finales contre Potsdam, son adversaire lors des deux finales précédentes. Après une victoire 5-1 à l'aller au stade de Gerland et un nul 0-0 en Allemagne, les Lyonnaises étaient favorites en finale contre d'autres Allemandes. Potsdam, c'est vrai, devait se priver d'Anja Mittag, qui partait pour le FC Malmö après les 8es de finale alors qu'elle était meilleure buteuse (7 buts) à ce moment de la compétition.

Francfort pouvait trembler en voyant l'OL aligner neuf des onze joueuses qui avaient débuté contre Potsdam à Londres un an plus tôt. Mais les Allemandes commençaient bien la partie, même si les occasions se faisaient rares. Sur l'une de ses premières incursions dans la surface adverse après un quart d'heure, Lyon obtenait un penalty après une faute de Melanie Behringer sur Shirley Cruz Traña. Eugénie Le Sommer transformait.

Elle prenait par la même occasion un but d'avance sur Camille Abily au classement des buteuses (9). Mais la milieu lyonnaise allait porter le score à 2-0 13 minutes plus tard d'un lob sur Desirée Schumann de 25 mètres alors que la gardienne était sortie de sa surface pour dégager de la tête.

Francfort ne baissait pas les bras, mais Abily touchait la barre transversale sur coup franc avant d'être nommée Joueuse du match pour la deuxième finale de suite. L'entraîneur Patrice Lair, vainqueur de l'UEFA Women's Champions League lors de ses deux premières saisons à l'OL, peut être fier d'avoir créé une équipe féminine incomparable avec Abily, Le Sommer, Cruz Traña, Louisa Necib, Sonia Bompastor, Sarah Bouhaddi et Cie.