2003 : Un as nommé Shevchenko

©Getty Images

AC Milan 1-0 FC Porto
(Shevchenko 10e)

La Super Coupe de l'UEFA 2003 a marqué un léger glissement de l'équilibre des pouvoirs dans le football européen.

Si les joueurs de l'AC Milan sont montés sur la pelouse du stade Louis II en qualité de vainqueurs de la Coupe des champions, leurs adversaires du FC Porto allaient leur succéder en 2004.

L'entraîneur de Porto José Mourinho s'était fait un nom sur la scène européenne en mai grâce à une victoire éclatante 3-2 face au Celtic FC en finale de la Coupe UEFA. Après un match passionnant à Monaco, il avait toutes les raisons de garder la tête haute, malgré la défaite. Milan s'est imposé 1-0, mais Mourinho n'a pas été déçu de la prestation de ses joueurs. "Au vu du match, nous sommes persuadés que nous avons les moyens de battre n'importe quelle équipe en Champions League", avait-il déclaré. Neuf mois plus tard, il prouvait au monde entier qu'il avait raison.

Avant la belle épopée de Porto, Milan profitait une fois de plus du moment, sous le soleil monégasque et en grande partie grâce à Andriy Shevchenko.

L'attaquant ukrainien avait déjà inscrit le penalty décisif lors de la séance de tirs au but face à la Juventus en finale de l'UEFA Champions League en mai. Il fut une fois encore l'homme providentiel à Monaco et son seul but permettait aux Rossoneri de venir à bout des joueurs portugais.

Les hommes de Carlo Ancelotti ont joué avec la verve et le style qu'on leur connaissait la saison précédente, et leur pression allait s'avérer rapidement payante. Rui Costa, en grande forme dans l'entrejeu face à ses compatriotes, était à l'origine du but. Après 10 minutes de jeu, il contournait admirablement Ricardo Costa avant de distiller un centre millimétré repris de la tête par Shevchenko.

Shevchenko s'était illustré dans une partie disputée où les deux clubs ont eu leur lot d'occasions. Sa vista dans son jeu de passes a autant impressionné que son sens du but et Filippo Inzaghi, Clarence Seedorf et Rui Costa auraient tous pu inscrire leur nom au marquoir sur une phase lancée par le grand attaquant ukrainien.

De son côté, Porto laissait passer l'orage avant de se créer ses propres occasions par Deco et Maniche, qui déployaient tout leur talent à mesure que la rencontre progressait. Mais la ligne défensive milanaise, forte de toute son expérience, tint bon et préservait le score de 1-0. Avec la nouvelle saison d'UEFA Champions League qui s'apprêtait à commencer, Mourinho allait pourtant lui aussi pouvoir goûter au succès.

Haut