Le site officiel du football européen

Xavi revient sur le sacre de l'Espagne

Xavi Hernández, métronome de la passe devenu indispensable grâce à sa vision du jeu, revient sur le triomphe de la Roja en Suisse et en Autriche.
Xavi revient sur le sacre de l'Espagne
Le milieu espagnol Xavi Hernández lors de l'UEFA EURO 2008 ©UEFA.com
 

Résultat final

La finale - 29/06/2008
Allemagne0-1Espagne
 
  • Stade: Ernst-Happel-Stadion
  • Ville: Vienne (AUT)
demi-finalistes
Russie
Turquie
 

Xavi revient sur le sacre de l'Espagne

Xavi Hernández, métronome de la passe devenu indispensable grâce à sa vision du jeu, revient sur le triomphe de la Roja en Suisse et en Autriche.

Le triomphe de l'Espagne à l'UEFA EURO 2008 a mis fin à 44 ans de disette pour la Roja, mais elle a aussi marqué le début d'une nouvelle ère, où l'intelligence et la vitesse prennent le pas sur le physique. Avec son 1,70 m, Xavi Hernández symbolise cette montée en puissance des petits gabarits : métronome de la passe, il s'est montré indispensable dans le sacre espagnol grâce à sa vision du jeu - d'où son élection de Joueur du tournoi. Il revient pour UEFA.com sur cet été inoubliable.

La quête du trophée...
C'était beau. On utilise peut-être trop souvent cet adjectif dans le football mais il n'empêche que le jeu qu'on a pratiqué en 2008 était beau ; pas seulement du point de vue offensif, mais au niveau de l'organisation sur le terrain. On a été couronnés champions sans faire appel à la fameuse "furia española". On l'a emporté en développant un football léché, joué par des mecs talentueux. Luis [Aragonés] voyait le jeu à la manière de Cruyff.

Le tournant...
Iker Casillas contre l'Italie. J'étais sur le banc car Luis voulait me laisser au repos, donc j'étais de mauvais poil. En tout cas, jusqu'aux tirs au but, car je savais qu'on avait Iker. Je croyais en lui et je savais qu'il répondrait présent au bon moment. Je ressens la même chose avec Víctor Valdés au Barça. J'ai vu ces mecs réaliser tellement d'exploits... À Vienne, j'étais persuadé qu'Iker allait changer le cours de l'histoire.

Se faire un nom...
On dirait que le public m'a découvert lors de l'EURO 2008, alors que je jouais de la même manière depuis des années. Mais je reconnais que j'ai gagné en confiance et en sérénité grâce au succès. Après le sacre européen, nos adversaires nous pressaient plus haut et ne nous laissaient plus respirer.

L'après-EURO...
Désormais, tout le monde veut jouer en une touche de balle. Notre victoire a déclenché ce phénomène. Mais si on avait perdu contre l'Italie à l'EURO 2008, les choses seraient sans doute différentes. Le public aurait dit qu'on ne pouvait pas gagner avec un jeu de passes rapide, qu'il fallait d'abord dominer sur le plan physique.

Je pense que Luis [Aragonés] a été le détonateur. Il a parié sur les petits gabarits. C'est lui qui a aligné des joueurs comme [Andrés] Iniesta, [Santi] Cazorla, Cesc Fàbregas, [David] Silva et [David] Villa dans l'équipe. La révolution a commencé avec Luis et on a transformé notre "furia" en maîtrise du ballon. On a prouvé au monde qu'il était possible de gagner avec style. Mais si on n'avait pas gagné l'EURO, on n'aurait pas non plus remporté la Coupe du Monde [de la FIFA 2010].

Mis à jour le: 15/05/12 13.09HEC

En relation

Joueurs
  • SSI Err
Associations membres
  • SSI Err
Équipes
  • SSI Err

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2008/history-maker/index.html#xavi+leuro+2008

  • © 1998-2013 UEFA. Tous droits réservés.
  • La désignation UEFA, le logo de l'UEFA et toutes les marques liées aux compétitions de l'UEFA sont protégés en tant que marques et/ou droits d'auteur de l'UEFA. Toute utilisation de ces marques déposées à des fins commerciales est interdite. L'utilisation de la plate-forme UEFA.com implique que vous acceptez les Conditions générales et les Dispositions en matière de vie privée.