Ben Yedder : "Pas les mots"

Wissam Ben Yedder était un homme heureux et ému, mardi soir, après avoir inscrit ses 7e et 8e buts cette saison en Champions League.

La joie de Wissam Ben Yedder (Séville)
La joie de Wissam Ben Yedder (Séville) ©AFP/Getty Images

"Très content, franchement, je suis très content." Le sourire est immense, mais les mots ont du mal à s'en échapper. Les phrases sont courtes et les paroles fortes. "Je ne sais pas comment décrire mon émotion", lance Ben Yedder, 27 ans, premier Français auteur d'un doublé en UEFA Champions League à Old Trafford. "C'était un rêve d'enfant de gagner contre des grands joueurs, une grande équipe. C'était une belle soirée."

"On sait que ce n'est pas facile ici, surtout dans ce stade", ajoute-t-il. "C'est historique pour le club. On est en quarts de finale. Je ne sais pas comment décrire cela. C'est exceptionnel."

Wissam Ben Yedder raconte son doublé
Wissam Ben Yedder raconte son doublé

D'autant plus incroyable que le meilleur buteur du club en C1 cette saison (50 % des réalisations) n'a pas joué à l'aller. Au retour, Vincenzo Montella, le nouveau coach du club espagnol, l'a fait débuter sur le banc, encore une fois. Entré à la 73e minute, il ne lui a pourtant fallu que deux ballons et 77 secondes pour inscrire le premier but de la soirée. Et quatre minutes supplémentaires pour vider le Théâtre des Rêves de ses spectateurs et de ses espoirs.

"Jouer, être remplaçant, attendre son heure, cela paye", rappelle l'ancien Toulousain, passé par le futsal (1 sélection en équipe de France) avant d'éclore sur grand terrain. "Tout le monde dit qu'il y a des problèmes entre l'entraîneur et moi. Il n'y en a pas. La clé, c'est le travail, continuer à progresser. On a vu le résultat. L'entraîneur était content, j'étais content."

Les quarts de finale (tirage vendredi à midi) ? "On sait que ce sera dur. Il n'y a que de grandes équipes. Être en quart de finale, c'est déjà énorme."

Même sentiment pour le défenseur de Séville Clément Lenglet : "Il y a beaucoup de fierté. C'est difficile d'arriver là. Ça faisait 60 ans que Séville ne s'était pas qualifié pour les quarts de finale. C'est un plaisir personnel et un plaisir collectif. On a bien travaillé sur ces deux matches. On est récompensés."

"Je suis content pour Wissam qui n'a pas beaucoup de temps de jeu. Il prouve qu'il est un grand professionnel quand il est sur le terrain. Il donne tout. C'est mérité sur l'ensemble des deux matches."

Haut