Brahimi : "Je suis meilleur quand je suis libre"

L'international algérien, passé par Clairefontaine, brille avec le FC Porto. Interview exclusive de celui qui rêve de suivre les traces de Rabah Madjer.

Yacine Brahimi en action face à Beşiktaş cette saison
Yacine Brahimi en action face à Beşiktaş cette saison ©AFP/Getty Images

L'attaquant algérien du FC Porto, formé à Clairefontaine et au PSG puis passé par Rennes, a disputé tous les matches de la phase de groupes. Alors qu'il s'apprête à affronter Liverpool en 8es de finale, il s'est confié en exclu à UEFA.com.

Yacine Brahimi fête un but en C1 cette saison
Yacine Brahimi fête un but en C1 cette saison©AFP/Getty Images

Quels souvenirs gardes-tu de ton enfance ? Comment t'est venu l'amour du football ?
Yaince Brahimi : J'ai aimé le foot depuis mon plus jeune âge, en jouant en bas de chez moi, dans la rue, avec mes amis. J'ai tout de suite pris goût à ce sport, c'est devenu une passion dès mes 4-5 ans et ça l'est toujours aujourd'hui.

Tu as grandi en France à l'époque où Zinédine Zidane était au sommet. Quel impact cela a-t-il eu sur toi en tant que joueur et en tant que personne ?
En étant jeune, Zidane faisait partie de mes exemples footballistiques. Il a été l'un des plus grands joueurs de tous les temps. Étant jeune, ce qu'il pouvait montrer sur le terrain était un exemple.

Je me rappelle de ces très très grands matches qu'il a pu faire contre le Portugal et l'Italie durant l'EURO 2000, et tout le monde se souvient de son superbe but en finale de Champions League avec le Real Madrid.

Gérez votre équipe Fantasy Football !

Qu'as-tu appris de ton passage à Clairefontaine et au centre de formation du PSG ?
J'ai laissé ma famille très jeune, j'avais 12-13 ans, ce n'est pas toujours facile de partir loin de sa famille, mais la passion que j'avais pour le football a beaucoup facilité les choses. J'ai passé trois années exceptionnelles à Clairefontaine, j'ai eu la chance d'être dans un environnement top pour progresser.

J'ai grandi un peu plus vite que la norme, on doit se responsabiliser plus rapidement, j'ai grandi en tant qu'homme et j'ai eu la chance de pouvoir m'entraîner dans de super conditions avec les meilleurs entraîneurs en tant que joueur.

Le sacre de Porto en 2004
Le sacre de Porto en 2004

Qu'as-tu ressenti en signant à Porto, double champion d'Europe ?
J'ai ressenti énormément de fierté de faire partie d'un grand club comme le FC Porto, d'avoir la chance d'écrire ma part d'histoire avec ce grand club. Je suis vraiment heureux ici et j'espère vraiment gagner des trophées avec Porto.

Quelles sont les ambitions du club, cette saison ?
On est encore en course dans trois compétitions cette saison. Le championnat est notre priorité, nous voulons aussi gagner la Coupe du Portugal et aller le plus loin possible en Champions League. J'espère que nos supporters auront un titre à fêter au mois de mai.

Madjer entre dans l'Histoire
Madjer entre dans l'Histoire

Que t'évoque l'impact qu'a eu Rabah Madjer à Porto ?
C'est un très très grand joueur qui a laissé une grande marque ici. Dès mon premier jour à Porto, le président m'a parlé en bien de Rabah Madjer, qui est aujourd'hui mon sélectionneur en équipe nationale. C'est une fierté de pouvoir à mon tour représenter ce grand club.

Je n'étais pas encore né en 1987, mais j'ai compris plus tard que Rabah Madjer avait marqué l'Histoire du football algérien en gagnant la Champions League. J'espère un jour aussi pouvoir la gagner.

D'où vient ce talent, cette technique qui te caractérise ?
J'ai le même style de jeu depuis que je suis tout petit. J'ai appris toutes ces choses dans la rue, en m'amusant, et c'est ce que j'essaye aujourd'hui de transmettre. Je suis le meilleur quand je suis le plus libre et le plus heureux. Le football est un jeu pour moi, mais il faut aussi savoir rester le plus efficace possible, ça reste la chose la plus importante. J'essaye de joindre les deux pour être le joueur le plus complet possible.

Qui avais-tu pour idole quand tu étais petit ?
Le joueur qui m'a le plus marqué dans ma jeunesse, c'est Ronaldinho. Je regardais énormément de joueurs comme Zidane, Ronaldo, ou même Messi encore aujourd'hui. Ce sont des joueurs qui ont marqué ou qui marquent toujours l'Histoire du foot. On essaie toujours d'apprendre des très très grands joueurs.

Champions League, pronostiquez et gagnez !

Aboubakar fait mouche pour Porto
Aboubakar fait mouche pour Porto

Quelle relation entretiens-tu avec Vincent Aboubakar et Moussa Marega, les deux autres attaquants africains de Porto ?
On s'entend bien en dehors du terrain, et on a la chance que nos bonnes relations se transmettent sur le terrain cette saison. Il reste les mois les plus importants de l'année à jouer, et j'espère qu'on pourra aller jusqu'au bout avec mes camarades.

Brahimi contre le BATE Borisov
Brahimi contre le BATE Borisov

Qu'as-tu ressenti lors de tes débuts en UEFA Champions League, en 2014/15, contre le BATE Borisov ?
Quand on ne l'a jamais jouée, c'est dur de savoir ce que c'est. Mais une fois sur le terrain... Cette musique vous transcende ! En plus, j'ai eu la chance de mettre un triplé, donc c'était une soirée exceptionnelle...

La saison avait déjà commencé depuis quelques semaines, j'étais déjà bien dans le groupe, bien sur le terrain. Le coach m'a motivé et dit que c'était un match comme un autre. J'ai eu la chance de marquer mes deux premiers buts très rapidement. Ça reste une grande fierté, mais j'espère surtout que ça se reproduira ! J'étais très très heureux ce jour-là.

Quel impact Sérgio Conceição a-t-il eu sur l'équipe ?
Son arrivée a transcendé les joueurs, il a réussi à redonner confiance à pas mal d'entre nous. C'est un entraîneur avec beaucoup de caractère, qui sait ce qu'il veut et qui sait où il va. Notre groupe avait besoin de ça. Il nous a fait croire en nous, croire qu'on pouvait gagner beaucoup de choses cette année, qu'on était une très bonne équipe. Il a eu un impact très positif sur l'équipe.

Cinq superbes buts signés Salah
Cinq superbes buts signés Salah

Liverpool, votre adversaire en 8es de finale, est connu pour son pressing haut et son jeu offensif. Que t'évoque ce choc à venir ?
Ce sera un grand match, avec beaucoup d'intensité. Liverpool est une très très bonne équipe, très forte offensivement, qui presse beaucoup. Mais on va bien préparer ce match. On a d'autres rendez-vous importants avant, mais on sera prêts au moment venu.

Lors de ce match, tu feras face à un autre grand attaquant du continent africain : Salah. Que penses-tu de son influence sur l'équipe et sur le football européen ? Représente-t-il la principale menace pour Porto ?
Il est en train de réaliser une très grande saison. Il est très important pour Liverpool, il a beaucoup d'influence, il marque beaucoup de buts et est très décisif. Il va falloir essayer de l'empêcher de réaliser ce qu'il est en train de réaliser depuis le début de l'année. C'est un très grand joueur, donc à nous de l'empêcher de briller ce jour-là.

Il a été élu Meilleur Joueur d'Afrique, c'est un grand joueur qui est capable de démontrer l'étendue de son talent. Je suis content pour lui, et c'est une très bonne chose pour le football africain.

Haut