Le site officiel du football européen

Olé ! Anfield

Publié: Mercredi, 20 octobre 2004, 0.12HEC
Le stade anglais avait un parfum d'Espagne, hier soir, pour Liverpool - La Corogne.

Articles UEFA.com

3e journée, le cap des 40
  • 3e journée, le cap des 40
  • Comment transformer un penalty
  • Xabi : "Plus rapide, plus physique"
  • Džeko, ses secrets pour les têtes
  • Benatia prêt pour son retour à la Roma
  • Malmö, Welbeck et Totti à l'honneur
  • Xavi en UEFA Champions League
  • Des voyages difficile
  • Le Real transcende la Bulgarie
  • Durmaz heureux de retrouver Malmö
1 de 10
 
 
Publié: Mercredi, 20 octobre 2004, 0.12HEC

Olé ! Anfield

Le stade anglais avait un parfum d'Espagne, hier soir, pour Liverpool - La Corogne.

Par Adrian Harte in Liverpool

C'était une soirée "spéciale Primera División" sur les bords de la Mersey hier soir : le RC Deportivo La Coruña affrontait une équipe du Liverpool FC, entraînée par Rafael Benítez et comptant dans ses rangs les Espagnols Josemi, Luis García et Xabi Alonso. Le match du Groupe A de l'UEFA Champions League a pris des airs de fiesta, même si aucune équipe n'a réussi à marquer.

Frisson arctique
Le temps est resté imperméable à l'ambiance latine qui régnait à Anfield : on se serait plutôt cru au pôle Nord. Anders Frisk avec son teint hâlé se détachait du lot. La vue de l'arbitre suédois, redevenu fringant, faisait chaud au cœur. Le style du début frénétique du match n'avait rien de très hispanique, mais par la suite Xabi Alonso et Luis García ont été de plus en plus présents, tandis que Liverpool dominait les débats.

García en état de grâce
Déjà victime de comparaisons prématurées avec Kenny Dalglish, le petit Luis a séduit les supporteurs. Espiègle et plein d'énergie, García était au cœur des efforts de Liverpool en multipliant constamment les tentatives et les occasions. Dès le début du match, il faisait la passe à Djibril Cissé, mais la frappe du Français était déviée en corner. A la demi-heure de jeu, l'ancien joueur du FC Barcelona récupérait la balle après un tir bloqué d'Alonso - mais sa frappe était brillamment stoppée par José Molina.

Xabi prend le relais
Xabi Alonso, comparé cette semaine au svelte Jan Molby en couverture d'un magazine du Liverpool FC, s'est lui aussi montré impressionnant. La contribution de l'ancien milieu de terrain de la Real Sociedad de Fútbol était moins spectaculaire, mais sa série de passes a fait prendre un tour nouveau au jeu de Liverpool, qui lui a permis de dicter le rythme du match.

Valerón calmé
Benítez considérait Juan Carlos Valerón comme le moteur du Deportivo, mais la seule contribution du joueur dans les premiers moments a été un carton jaune pour avoir dégagé la balle après une faute. Les supporteurs du club espagnol étaient eux aussi calmes, mais vu leur nombre, ce n'était pas étonnant. En regardant à ma gauche pendant un des moments de répit de la première période, il m'a suffi de quelques secondes pour dénombrer 200 Galiciens derrière le but de Chris Kirkland - sur un total de 40 236 spectateurs.

Baroš exceptionnel
Sans respect pour la hiérarchie espagnole, le joueur exceptionnel de la rencontre a été Milan Baroš. Le buteur tchèque récupérait une passe précise de Dietmar Hamann à la 17e minute. Alors qu'il s'apprêtait à tirer, Jorge Andrade et José Molina réussissaient à faire échouer un but presque certain. Plus tard, il a enchaîné une course tête baissée et un tir puissant au ras du sol, qui a malheureusement manqué sa cible de quelques centimètres.

Owen toujours présent
Baroš était dans une telle forme que le souvenir de Michael Owen pourrait faiblir à Anfield. Mais le stade a connu son plus grand moment d'enthousiasme à la mi-temps, avec des nouvelles de l'Espagne : Owen venait de marquer son premier but pour le Real Madrid CF contre le FC Dynamo Kyiv. Sensation de défaite pour Liverpool, de plus en plus forte à mesure que le match progressait sans que les Anglais ne parviennent à marquer, malgré une approche du jeu parfois somptueuse.

Cran espagnol
L'élégance, le style et la ruse sont les mots les plus couramment associés au football espagnol. Mais - Benítez l'a montré au Valencia CF - la discipline, la détermination et une défense intraitable ne sont pas loin derrière. Aucune équipe n'a mieux représenté ces principes que le Deportivo ces dernières saisons. En défense, Jorge Andrade et César Martin incarnaient le cran galicien - un rôle dévolu au toujours jeune Mauro Silva et à Aldo Duscher en milieu de terrain.

Match retour
La rencontre à Anfield est restée dans l'impasse. Le match retour - le déplacement d'"El Liverpool" à La Corogne dans deux semaines - sera crucial, dans ce groupe le plus serré de tous.

Mis à jour le: 20/10/04 0.27HEC

En relation

Équipes

http://fr.uefa.com/uefachampionsleague/news/newsid=247072.html#ole+anfield

  • © 1998-2014 UEFA. Tous droits réservés.
  • Les désignations CHAMPIONS LEAGUE et UEFA CHAMPIONS LEAGUE, le logo et le trophée de l’UEFA Champions League ainsi que les logos de la finale de l’UEFA Champions League sont protégés en tant que marques et/ou droits d’auteur de l’UEFA. Toute utilisation de ces marques déposées à des fins commerciales est interdite. L’utilisation de la plate-forme UEFA.com implique que vous acceptez les Conditions générales et les Dispositions en matière de vie privée.