1899436
Ian Holyman
par
Ian Holyman
de
Paris

Sirigu continue de surprendre

Lorsque Salvatore Sirigu est arrivé au Paris Saint-Germain, en provenance de Palerme, personne ne s'attendait à ce qu'il soit aussi précieux.
 
 
Publié: Lundi, 26 novembre 2012, 14.46HEC

Sirigu continue de surprendre

Lorsque Salvatore Sirigu est arrivé au Paris Saint-Germain, en provenance de Palerme, personne ne s'attendait à ce qu'il soit aussi précieux.

Sirigu était totalement inconnu lorsqu'il a signé un contrat de quatre ans à l'été 2011. À vrai dire, son arrivée est presque passée inaperçue car elle s'est produite entre la présentation de Mohamed Sissoko au Parc des Princes et des rumeurs insistantes sur la venue de Javier Pastore. Aujourd'hui, les supporters parisiens scandent régulièrement le nom du portier italien.

Encore plus impressionnante que son français remarquable, ce qui lui a permis non seulement de bien s'intégrer mais aussi d'être bien vu par les fans et les médias, est la manière dont Sirigu est passé du statut de parfait inconnu à celui de gardien de classe internationale. Acheté pour être la doublure de Nicolas Douchez, tout juste arrivé du Stade Rennais FC, une blessure a permis à Sirigu de débuter le premier match de la campagne 2011/12, une opportunité que l'Italien a su saisir des deux gants.

©Getty Images

Les performances de Sirigu en club lui ont permis d'être retenu en équipe nationale

Omniprésent sous la direction tout d'abord d'Antoine Kombouaré puis de Carlo Ancelotti, les prestations affirmées de Sirigu ont permis au PSG de terminer à la deuxième place la saison dernière, et de confiner Douchez à un poste de doublure. Ses bons matches lui ont aussi valu une place en équipe nationale d'Italie pour l'UEFA EURO 2012. Et lorsqu'une blessure venait empêcher Sirigu de jouer l'ouverture de l'actuel championnat, l'intérim de Douchez entre les poteaux ne durait que le temps de l'absence de l'Italien.

Il est facile de voir pourquoi celui qu'on surnommait Walterino, en l'honneur de l'ancien gardien italien Walter Zenga, a Ancelotti de son côté. Pas très spectaculaire mais terriblement efficace, la chose la plus "flashy" chez Sirigu, c'est le maillot fuchsia qu'il porte cette saison avec le PSG.

Le PSG est la co-meilleure défense en Ligue 1 et en UEFA Champions League cette saison (trois matches sans prendre de but cette saison dans le Groupe A). Certes, l'arrivé de Thiago Silva a sans aucun doute permis de renforcer l'arrière-garde parisienne, mais Sirigu reste un formidable dernier rempart.

Même si les prouesses offensives de Zlatan Ibrahimović lui ont quelque peu volé la vedette ce week-end face à l'ES Troyes Aube Champagne (4-0), Sirigu a fait montre de ses propres forces. Une prise de balle impeccable et une relance parfaite ont permis au PSG de contre-attaquer et de marquer le troisième but. Le seul véritable arrêt du joueur de 25 ans est intervenu à sept minutes de la fin, sur un retourné qu'il a claqué au-dessus de la barre.

Avec une équipe si dominatrice, Sirigu aurait pu facilement déconnecter. Mais sa concentration est restée intacte. C'est bien là le signe d'un talent très spécial.

Les opinions émises sont celles du journaliste et non celles de l'UEFA.

http://fr.uefa.com/uefachampionsleague/news/blogs/blog=ucl_blog_france/postid=1899436.html#sirigu+main+ferme

Mis à jour le: 27/11/12 11.45HEC
  • © 1998-2014 UEFA. Tous droits réservés.
  • Les désignations CHAMPIONS LEAGUE et UEFA CHAMPIONS LEAGUE, le logo et le trophée de l’UEFA Champions League ainsi que les logos de la finale de l’UEFA Champions League sont protégés en tant que marques et/ou droits d’auteur de l’UEFA. Toute utilisation de ces marques déposées à des fins commerciales est interdite. L’utilisation de la plate-forme UEFA.com implique que vous acceptez les Conditions générales et les Dispositions en matière de vie privée.