Le site officiel du football européen

Nouvelle ère à Auxerre

Publié: Mercredi, 15 juin 2005, 11.17HEC
La retraite de Guy Roux a sonné la fin d'une époque en Bourgogne. Mais l'AJA a déjà réagi.
Publié: Mercredi, 15 juin 2005, 11.17HEC

Nouvelle ère à Auxerre

La retraite de Guy Roux a sonné la fin d'une époque en Bourgogne. Mais l'AJA a déjà réagi.

Par Christian Châtelet

Quelques heures après son quatrième sacre en Coupe de France, l'AJ Auxerre apprenait le départ de Guy Roux, son entraîneur emblématique. La peur du vide était comblée, deux jours plus tard, par l'arrivée de Jacques Santini.

Fêtes gâchées
Un peu à la manière de Paul Le Guen il y a un mois avec l'Olympique Lyonnais, Guy Roux a gâché la fête de son AJ Auxerre. Dans la nuit de samedi à dimanche, après la victoire en Coupe de France contre le CS Sedan-Ardennes (2-1 au Stade de France), celui qui portait le bonnet au club depuis 44 saisons a dit stop.

Mieux que des cannes à pêche
Dimanche matin, au moment de retrouver les supporteurs au stade Abbé Deschamps, le cœur n'y était pas vraiment. "Je ne m'occuperai plus de l'équipe professionnelle", déclarait Roux. Pour justifier sa décision, il invoquait le stress qui lui valut un double pontage coronarien le 23 novembre 2001 mais aussi le "bon moment pour arrêter". "Je préfère le faire de mon propre chef après une saison à 59 matches et une Coupe de France plutôt qu'on m'offre des cannes à pêche pour me dire de partir."

Un président peiné
Pour son dernier match, le Sorcier de l'Yonne, 66 ans, qui signa sa première licence à Auxerre en 1952, égalait au passage l'entraîneur du Lille OSC André Cheuva, recordman des victoires après-guerre dans la Doyenne avec quatre succès. Pour les fans d'Auxerre, autant que pour le président Jean-Claude Hamel, les honneurs passaient pourtant au second plan. "J'ai de la peine", confiait ce dernier. "Nous étions comme deux frères, moi l'aîné, lui le cadet. Quand j'ai appris, ma femme était à côté de moi et elle était effondrée."

90 matches de Coupe d'Europe
Quelques chiffres peuvent aider à comprendre comment le départ de Roux peut à ce point éclipser un succès historique en Coupe de France. Le natif de Colmar, arrivé sur les terres maternelles icaunaises alors qu'il était enfant, a passé sur le banc 2000 matches environ, dont 890 en D1 devenue L1 et 90 au cours de 15 Coupes d'Europe disputées entre 1984 et 2005.

Une aventure unique
Roux, qui rêvait enfant de gagner le Tour de France, avait 23 ans quand il a réalisé qu'il ne serait champion ni de vélo ni de football, après un essai infructueux à Limoges. Sa candidature en tant qu'entraîneur d'Auxerre était acceptée en 1961 et il emmenait ce club et cette ville d'aujourd'hui 40 000 habitants de la Division d'Honneur aux quarts de finale de l'UEFA Champions League perdu en 1996/97 contre le BV Borussia Dortmund. Une aventure unique dans le football européen.

Mieux qu'Avallon
Son meilleur souvenir, cet homme qui dit être allé au bout et même au-delà de son potentiel, ne le puise pourtant pas dans sa quête des sommets internationaux. "Le moment où j'ai été le plus heureux c'est quand nous avons rejoint (l')Avallon (CO) en CFA", dit-il, fier de cultiver son art du contre-pied et son personnage rustique.

Le grand qui se fait petit
Roux, c'est aussi l'avaricieux attachant du football français, l'éleveur de champions qui a nourri la caricature et les publicitaires, l'obsessionnel à la mémoire infaillible. Le grand qui se fait petit pour mieux dévorer sa proie. Roux va manquer à Auxerre. On pouvait même se demander, en début de semaine, si Auxerre s'en remettrait.

Vice président
Pour répondre à cette question, il faut d'abord dire que Roux ne quittera pas le club. Il a annoncé mardi qu'il serait désormais vice-président en charge des affaires sportives. Il va quitter son bureau actuel pour emménager dans le centre de formation qu'il a créé en 1982 et qui vit passer Eric Cantona, Basile Boli ou Djibril Cissé.

Lourde tâche pour Santini
Hamel et son vice-président Gérard Bourgoin ont aussi montré qu'ils ne se laissaient pas abattre. Après avoir sillonné la France aux commandes de son avion, ce dernier intronisait Jacques Santini mardi soir. L'ancien sélectionneur national, qui a signé pour deux ans, offrit son premier titre de champion de France à Lyon en 2002. Il retrouve un club et se dit "heureux et fier de succéder à un monument du football français".

Cuperly, le trait d'union
Probablement adoubé par Roux avant que sa venue soit officialisée, Santini n'arrive pas seul. Son adjoint Dominique Cuperly est un ancien joueur d'Auxerre. Il a épaulé Roux de 1985 à 2000 sur le banc de l'AJA. La nouvelle ère d'Auxerre pourrait ne pas être si éloignée des années Guy Roux.

Mis à jour le: 20/08/10 3.01HEC

En relation

Équipes

http://fr.uefa.com/news/newsid=308071.html#nouvelle+auxerre

Articles UEFA.com

Des légendes européennes rejoignent l'UEFA
  • Des légendes européennes rejoignent l'UEFA
  • Découvrez les compétitions de l'UEFA
  • Aucune tolérance pour le trucage de matches
  • Des changements sur le site officiel de l'UEFA
  • Ramos voudrait voir Mbappé
  • Pour Umtiti, "plus qu'un match amical"
  • Benzema veut faire l'exploit
  • Top 100 des buteurs : Messi se rapproche
  • Les 20 Français en quarts
  • Simeone aime ses Bleus
1 de 10