Le site officiel du football européen

Zbigniew Boniek fête ses 60 ans

Publié: Mercredi, 2 mars 2016, 19.01HEC
Le Polonais Zbigniew Boniek a 60 aujourd'hui ; Piotr Koźmiński vous explique pourquoi il est l'une des célébrités les plus aimées de son pays.
par Piotr Koźmiński
de Varsovie
Zbigniew Boniek fête ses 60 ans
Zbigniew Boniek et Robert Lewandowski fêtent la qualification à l'UEFA EURO 2016 ©Getty Images

Articles UEFA.com

Le n° 172 d’UEFA Direct met l’accent sur l’UEFA Nations League
  • Le n° 172 d’UEFA Direct met l’accent sur l’UEFA Nations League
  • « Tout le monde devrait pouvoir jouer » : la joueuse berlinoise Zehra soutient la campagne #EqualGame de l’UEFA
  • Lancement du programme UEFA ASSIST
  • La Convention des entraîneurs récolte ses fruits
  • Le football européen soutient la diversité, l’inclusion et l'accessibilité
  • Les clubs restent sur la bonne voie grâce à la procédure d’octroi de licence et au fair-play financier
  • Le dernier numéro d’UEFA Direct, sur les événements à Monaco
  • Luís Figo rejoint l’UEFA en tant que conseiller en football
  • L’UEFA et le réseau Fare promeuvent l’inclusion, la diversité et l'accessibilité
  • L’UEFA lance une plateforme de reporting antidopage
1 de 10
Publié: Mercredi, 2 mars 2016, 19.01HEC

Zbigniew Boniek fête ses 60 ans

Le Polonais Zbigniew Boniek a 60 aujourd'hui ; Piotr Koźmiński vous explique pourquoi il est l'une des célébrités les plus aimées de son pays.

Un exemple
Né le 3 mars 1956, Boniek quitte le Zawisza Bydgoszcz, son club formateur, pour Widzew Łódź, contre 400 000 złoty anciens. À l'époque, c'est plus que ce que le club peut payer, mais les joueurs de Widzew lui prêtent l'argent pour signer le jeune talent de 20 ans alors, qui devint vite un élément clé de l'effectif. Ils gagnent le championnat en 1981 et 1982, ce qui permit à 'Zibi' de se faire un nom à l'étranger.

©Getty Images

Boniek fête un but à la Coupe du Monde

L'espoir
Quand la Pologne participe à la Coupe du Monde de la FIFA 1982, le pays est en proie à des soucis internes, le gouvernement ayant adopté une loi permettant de recourir à l'armée pour contrer le mouvement Solidarność, qui avait pour but de défendre les droits sociaux des travailleurs. L'équipe nationale est donc porteuse des espoirs de toute une nation, en Espagne. Boniek symbolise cet optimisme et inscrit un célèbre triplé contre la Belgique, et mène la Pologne à la troisième place de la compétition, décrochée contre la France. 'Zibi' finit aussi troisième du Ballon d'Or 1981/82, derrière Paolo Rossi et Alain Giresse.

Beauté de la nuit
Ces performances lui permettent de rejoindre la Juventus, pour un transfert record en Pologne à l'époque. Sa relation avec Michel Platini éblouit l'Europe, et les Italiens l'affublent du surnom de "Bello di Notte" (beauté de la nuit).

©Getty Images

Boniek après la finale du Heysel

La Pologne avant tout
Malgré le drame du Heysel, qui a marqué la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions 1985, remportée par la Juve, à Bruxelles, Boniek qualifie son pays pour le Mondial 1986 lors du match éliminatoire contre l'Albanie, à Tirana, le lendemain. "J'ai pris un avion privé, le lendemain, et je devais arriver à 5 heures du matin à Tirana. L'aéroport n'ouvrait qu'à 7 heures ... Le pilote m'a donc emmené à Bari, en Italie. On a pris le petit-déjeuner, puis on est repartis à Tirana. J'ai joué, j'ai marqué, voilà." Il a toutefois été très marqué par la tragédie du Heysel. "Avec la prime de victoire, en Pologne, j'aurais pu me payer une dizaine de maisons. Mais je l'ai refusée", a-t-il déclaré à UEFA.com.

Une renommée internationale
Boniek ne faisait pas seulement rêver en Pologne et en Italie. Le 4 septembre 1984, à Tegucigalpa, au Honduras, nait un petit bébé qui deviendra international, et qui porte le nom de la légende polonaise. "Mon père était fan de ce joueur, c'est une sorte d'hommage", affirme Boniek García. "Et je ne suis pas le seul Boniek, au Honduras. À l'école, il y avait un autre Boniek. Il portait ce nom pour la même raison : son père était fan du joueur polonais."

Le football, du bonheur
Boniek l'affirme : "J'ai une femme magnifique, que j'ai rencontrée quand j'avais 17 ans ; j'ai aussi des enfants et des petits-enfants merveilleux. Je suis un homme heureux. J'ai réalisé mes rêves, sur le terrain comme en dehors. J'ai aimé être président de la fédération polonaise (PZPN). Nous avons fait énormément de choses, et j'ai encore énormément de projets pour mon avenir. Pour moi, tout va bien." Il a même laissé un message aux internautes d'UEFA.com : 'Wszystkiego najlepszego'. Ce qui signifie "Soyez heureux", en Polonais.

©Getty Images

Le tableau de marque témoigne des exploits de Boniek à la Coupe du Monde 1982

Mis à jour le: 03/03/16 9.28HEC

En relation

Équipes

http://fr.uefa.com/memberassociations/news/newsid=2338675.html#zbigniew+boniek+fete