Rapport UEFA/WWF « Playing for Our Planet »

Un rapport de l’UEFA et de son partenaire associé en matière de responsabilité sociale, le Fonds mondial pour la nature (WWF), décrit la contribution du sport au développement durable et analyse les liens entre le sport et les questions environnementales.

©UEFA-WWF

Un nouveau rapport de l’UEFA et de son partenaire associé en matière de responsabilité sociale, le Fonds mondial pour la nature (WWF), décrit comment le sport peut contribuer au développement durable et lutter contre les changements climatiques à tous niveaux, du football de base à l’élite.

Réalisé par l’UEFA et le WWF en collaboration avec la Green Sports Alliance, le rapport « Playing for Our Planet » se concentre sur des initiatives en matière d’environnement lancées dans le cadre du sport en Europe et au-delà.

Le rapport souligne les bonnes pratiques du sport en matière de développement durable qui démontrent les engagements pris, dans le cadre de différents sports, envers les communautés locales et la planète.

Le rapport analyse les liens qui existent entre le sport et les questions environnementales. Il met l’accent sur l’impact exercé par le sport, ainsi que sur la force unique du sport, qui est capable de sensibiliser les supporters au développement durable, en Europe et au-delà. 

Le rapport « Playing for Our Planet » recense 25 exemples de parties prenantes du sport, dont l’UEFA, qui se sont engagées à réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement. Elles donnent toutes un bon exemple en luttant contre les défis environnementaux urgents tels que les changements climatiques et les déchets plastiques dans les océans.

« Les activités réalisées en Europe qui sont présentées dans le rapport témoignent toutes d’un esprit novateur, et montrent que le sport peut contribuer au développement durable à tous les niveaux », a déclaré le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin.

« Lorsqu’il s’agit de l’avenir, le développement durable est l’une des questions les plus importantes que doivent traiter les décideurs et les leaders d’opinion dans le sport. »

Les parties prenantes du sport sont invitées à redoubler d’efforts pour réduire leur impact environnemental et à utiliser leur portée unique pour promouvoir le développement durable.

« Qu’il soit pratiqué le dimanche dans un parc ou au niveau professionnel, le sport dépend de la générosité de la nature », a expliqué Jochem Verberne, directeur Partenariats mondiaux du WWF.

Toutes les organisations sportives doivent prendre soin de l’environnement et inciter les supporters et les joueurs du monde entier à contribuer au développement durable et à respecter la nature. »

Outre les parties prenantes d’Europe, le rapport présente également des exemples d’Amérique du Nord, afin de souligner les liens entre préoccupations locales et mondiales.

La Commission européenne et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) soutiennent ce rapport, et montrent ainsi que la coopération entre les institutions publiques et le mouvement sportif est essentielle pour protéger la planète.

Haut